Cinq remarques sur le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du sud

Alain Dubresson analyse le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du Sud à la veille des élections du 29 mai 2024.

Note en accès libre sur Research Gate.

Citation:

Alain Dubresson, “Cinq remarques sur le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du sud“, Avril 2024,
DOI: 10.13140/RG.2.2.20113.85600

Résumé:

Contrairement aux précédents plans (IRP2010 et IRP2019), la révision 2023 ne propose pas un chemin clair de changement du mix électrique actuel et ne traduit pas un réel arbitrage de long terme, conforme aux engagements inclus dans le plan national de transition juste (Just Energy Transition Investment Plan, JET-IP) finalisé en 2022. Restreint aux années 2023-2030, le calendrier, assorti d’objectifs définis pour chaque source d’énergie en fonction de plusieurs scénarios mais sans choix réel, est contesté et qualifié, au mieux d’irréaliste, au pire d’irresponsable dans la quasi totalité des analyses. Sans vision, l’IRP2023 ne questionne pas non plus la libéralisation du marché électrique, ses conséquences et la montée en puissance des producteurs privés. À la veille des élections nationales et provinciales du 29 mai 2024, aucun consensus relatif au choix d’une énergie pilotable permettant une “transition juste” n’est identifiable et le devenir du charbon divise toujours autant les protagonistes. Cinq remarques sur l’IRP2023 sont formulées dans ce document de travail : – La capacité du réseau national à répondre efficacement à la demande projetée demeure insuffisante durant toute la décennie – La décarbonation significative du mix électrique est reportée après 2030 – L’essor des énergies renouvelables est freiné par les déficiences du réseau de transport, des contraintes réglementaires et des narratifs politiques hostiles – Le pouvoir d’État n’arbitre pas vraiment entre tournant gazier, retour du nucléaire ou une combinaison raisonnée des deux – L’émergence de la flexibilité, celle de nouveaux acteurs et l’ouverture du marché électrique à la concurrence posent le problème de la régulation et mettent en question la dimension “juste” du changement.

[new publication] Urban Electric Hybridization: Exploring the Politics of a Just Transition in the Western Cape (South Africa)

We are happy to announce the release of Sylvy Jaglin’s article “Urban Electric Hybridization: Exploring the Politics of a Just Transition in the Western Cape (South Africa)” in The Journal of Urban Technology (ahead of press), 2023. Online at https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10630732.2022.2111176

Abstract:

Focusing on the adoption of rooftop solar photovoltaics (PV) by high-income households and businesses in the Western Cape, South Africa, the article analyzes its effects on the hybridization of urban electricity systems and the ability of municipalities to drive a just transition in cities where inequality remains very high. By reducing municipal electricity sales, decentralized solar technologies threaten the surpluses generated from charges paid by grid customers, which are essential to subsidize electricity services for the poor and support other municipal services. Based on fieldwork in four Western Cape cities, the paper shows that municipalities are implementing a variety of local arrangements (regulatory, tariff, and technical) to control distributed electricity generation and are seeking, with mixed success, to avoid a post-carbon transition model that undermines grid benefits by creating a new energy divide.

[Parution] Energie électrique décentralisée et réseau municipal : hautes tensions autour d’un bien commun urbain dans la province du Western Cape (Afrique du Sud)

Nous avons le plaisir de signaler la parution de cet article produit dans le cadre du projet soutenu par l’ANR Hybridelec :

Jaglin, S., Dubresson, A., 2021, « Energie électrique décentralisée et réseau municipal : hautes tensions autour d’un bien commun urbain dans la province du Western Cape (Afrique du Sud) », Flux, vol. N° 124-125, n° 2, p. 92‑108.

Résumé:

En un temps de profusion d’usage des concepts de bien commun et de commun(s), il est tentant de mobiliser ces derniers pour analyser les évolutions des réseaux électriques municipaux sud-africains. Après un rappel des relations entre ces concepts et le réseau électrique telles qu’elles sont discutées dans la littérature, l’article établit une distinction entre la notion de bien collectif (l’infrastructure) et celle de bien commun (le projet politique d’intégration urbaine et ses valeurs) dont le réseau est à la fois l’incarnation matérielle et le vecteur sociotechnique en Afrique du Sud. Il montre d’abord qu’au stade actuel, l’essor du solaire photovoltaïque, résultant d’initiatives individuelles de citadins aisés ou de stratégies d’entreprises, ne peut pas être interprété en termes de communs électriques. Il explique ensuite pourquoi la déstabilisation de la fonction municipale de distribution électrique sous l’effet d’une révolution solaire encore mal contrôlée menace l’existence d’un bien commun urbain adossé au réseau depuis 1994. Enfin, revenant sur la distinction proposée entre bien collectif et bien commun, il montre qu’elle est utile pour interpréter les circonstances qui ont rendu possible l’alignement entre un dispositif matériel hérité et les objectifs du projet urbain post-apartheid. En revanche, le concept de commun(s) et celui de bien commun ne permettent qu’imparfaitement de comprendre ce qui se joue, aujourd’hui, dans les réseaux électriques municipaux. Les difficultés qu’éprouvent en effet les municipalités du Western Cape à combiner tous les dispositifs sociotechniques et à réinventer des formes de régulation constitutives d’un nouveau modèle redistributif font craindre une appropriation du solaire PV par les seuls citadins et entreprises qui en ont les moyens financiers. Ainsi pourraient surgir des clubs hors réseau porteurs d’une fracture électrique au sein de villes très inégalitaires.

Summary

Decentralized power and the municipal grid: high tensions around an urban common good in the Western Cape (South Africa)

In a time of profuse use of the concepts of commons and common good, it is tempting to mobilise them to analyse the evolution of South African municipal electricity networks. After a review of the relationship between these concepts and the electricity network as discussed in the literature, the article distinguishes between the notion of collective good (the infrastructure) and that of common good (the political project of urban integration and its values) of which the network is both the material embodiment and the socio-technical vector in South Africa. It first shows that, at the present stage, the rise of photovoltaic solar energy, resulting from individual initiatives by wealthy urbanites or corporate strategies, cannot be interpreted in terms of electric commons. It then explains why the destabilization of the municipal electricity distribution function under the effect of a still poorly controlled solar revolution threatens the existence of an urban common good backed by the grid since 1994. Finally, it returns to the proposed distinction between a collective good and the common good, showing that it is useful for interpreting the circumstances that made possible the alignment between an inherited material infrastructure and the objectives of the post-apartheid urban project. However, the concepts of commons and common good only imperfectly allow us to understand what is at stake today in the municipal electricity networks. Indeed, the difficulties experienced by Western Cape municipalities in combining all the socio-technical devices and in reinventing forms of regulation that constitute a new redistributive model give rise to fears that solar PV will only be appropriated by city dwellers and companies that have the financial means. This could lead to the emergence of off-grid clubs that would create an electricity divide in highly unequal cities.

ANR Hybridelec : intentions de recherche dans la province du Western Cape (Afrique du Sud)

Sylvy Jaglin, professeur Université Paris-Est Marne-la-Vallée et chercheur au Latts
Alain Dubresson, professeur Université Paris Nanterre et chercheur au Lavue

Le contexte national sud-africain de “transition énergétique”

Depuis la crise électrique survenue en 2008, dont les symptômes – coupures tournantes, délestages sectoriels – affectant ménages et entreprises ont resurgi en 2014 et 2015, les municipalités sud-africaines tentent de négocier avec le pouvoir d’État une redéfinition de leur périmètre d’action énergétique. Dépendantes d’Eskom, entreprise publique nationale verticalement intégrée cumulant des fonctions de production, de transport et de revente et bénéficiant d’une position dominante, à laquelle elles achètent l’électricité en gros pour la revendre ensuite dans leur territoire de juridiction, les autorités municipales cherchent à modifier un système vertical très contraignant, dont les dysfonctionnements les vulnérabilisent. Continuer la lecture de « ANR Hybridelec : intentions de recherche dans la province du Western Cape (Afrique du Sud) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search