[Publication] Une lecture géographique de la crise électrique au Liban et des bonus cartographiques

Je me réjouis de la publication du dossier consacré au Liban dans le n° 56 de la revue Moyen Orient. J’y contribue avec un article proposant une lecture géographique de la crise électrique au Liban, dont voici l’introduction/résumé.

Depuis l’été 2021, la population du Liban n’a plus accès à l’électricité publique que 2 à 3 heures par jour, avec parfois des pannes totales. Cette déliquescence extrême a des origines remontant à la guerre civile (1975-1990), malgré une amélioration temporaire jusqu’à 2006. Depuis, le secteur connaît une dégradation aux raisons multiples, entre insuffisance de la capacité installée, manque d’investissement, blocage des importations de combustible, corruption, clientélisme… Cette gabegie a également des dimensions géographiques.

Trois grilles de lecture s’imposent. La première est celle du communautarisme libanais, ancré dans des territoires divisés. Pour les élites politico-confessionnelles, l’électricité est à la fois une ressource à sécuriser pour leur territoire et une source de pouvoir. La deuxième renvoie à l’opposition entre centre et périphéries du pays et aux inégalités spatiales dans la distribution de l’électricité. La troisième est régionale et géopolitique : la dépendance du Liban aux importations d’hydrocarbures est une source majeure de vulnérabilité face aux conflits et blocus affectant les infrastructures énergétiques, mais aussi face aux évolutions brutales des marchés internationaux, à l’impact aggravé par la dévaluation récente.
Face à ces défis, le territoire libanais offre-t-il des ressources permettant une autonomisation de la production énergétique ? Les promesses du gaz du bassin levantin sont encore incertaines, et si les énergies renouvelables ont un vrai potentiel, leur exploitation dépend d’une transformation de la gouvernance. En attendant, l’essor rapide des technologies individuelles ne comble pas les lignes de fracture internes au Liban et risque de les accentuer.

Éric Verdeil, 2022, La crise électrique du Liban : une lecture géographique, Moyen Orient, n°56, oct.-déc., pp.56-62.
Continuer la lecture de « [Publication] Une lecture géographique de la crise électrique au Liban et des bonus cartographiques »

Villes et crise au Liban, le 22/10/2021 au CERI Sciences Po

L’effondrement financier, économique, infrastructurel et social que connaît le Liban trouve ses racines dans trois décennies de politiques publiques mettant en avant un modèle de développement urbain aux effets délétères. Les interventions à ce séminaire, basées sur des travaux doctoraux en cours, analysent ces choix de politique publique et réfléchissent aux alternatives qui s’esquissent, dans le domaine urbain et énergétique.

Générateur électrique à Mar Mikhael, face au port de Beyrouth, devant un immeuble en reconstruction (cliché Eric Verdeil, juillet 2021)

Le séminaire aura lieu le vendredi 22 octobre au CERI, Sciences Po, salle du conseil, de 14h à 17h. Il est organisé avec le soutien du programme Hybridelec, financé par l’ANR.

Présentations

Petra Samaha, doctorante, CERI Sciences Po : Land as a Cash Machine. The case of Lebanon

Alix Chaplain, doctorante, CERI Sciences Po : La diversification des configurations de fourniture d’électricité au Liban : vers une différenciation territoriale et sociopolitique des pratiques d’accès

Discutant : Jihad Farah, Professeur, Département d’urbanisme, Université Libanaise

Organisateur : Eric Verdeil, Professeur, chercheur au CERI-Sciences Po

Inscription obligatoire via ce formulaire

L’électricité, un enjeu clef de la crise libanaise

[article publié le 13 août 2020 sur The Conversation]

L’électricité, un enjeu clef de la crise libanaise

Alix Chaplain, Sciences Po – USPC

La double explosion du mardi 4 août à Beyrouth, poumon économique du Liban, a entraîné des pertes humaines et matérielles dramatiques alors même que le pays du Cèdre est en plein naufrage économique et pris dans un vent de contestation politique depuis la révolution d’octobre 2019.

Dans le contexte de grande fragilité politico-économique que connaît aujourd’hui le Liban, la question de l’accès à l’électricité est essentielle. Celle-ci est au cœur des revendications des Libanais qui dénoncent l’inertie, la gabegie et la corruption qui minent le secteur de l’électricité.

Face aux défaillances du réseau conventionnel et dans l’absence de réformes, un ensemble de solutions diversifiées d’accès à l’électricité s’ancrent dans les pratiques et déstabilisent le système électrique libanais.

Continuer la lecture de « L’électricité, un enjeu clef de la crise libanaise »

La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides

Du fait d’une dégradation structurelle du réseau conventionnel d’électricité, émergent au Liban des pratiques alternatives dans la production, la transmission et la distribution d’électricité. Alors même que le pays est électrifié à plus de 99%, la sous-production et une gestion erratique des infrastructures entraînent des délestages de 3 à 12 heures par jour, variables selon les régions et les localités. Lourdement touché par la guerre civile puis la guerre de 2006, le secteur de l’électricité accumule les mauvaises performances techniques et financières, et doit être restructuré depuis près de 20 ans[1]. Mais les controverses juridiques, le manque de ressources et l’instabilité politico-économique ont jusqu’à présent empêché la mise en œuvre de nombreux plans de réforme du secteur publiés par le gouvernement libanais. Continuer la lecture de « La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides »

Electricity Subsidies in Lebanon: Benefiting some Regions More than Others – analysis featured on the LCPS website

Eric Verdeil’s analysis of electricity subsidies in Lebanon is featured on the website of the Lebanese Center for Policy Studies.

While the recent political showdown over where to connect the Esra Gul barge to Lebanon’s power grid is indicative of the country’s unequal electricity supply, it also unearthed something more fundamental, namely, how electricity subsidies exacerbate geographical and social inequalities. Indeed, one major problem facing Electricité Du Liban (EDL) concerns the fact that production costs exceed revenues from consumers. For many years, the difference has been covered/subsidized by the state but these subsidies impact citizens differently depending on where they reside.

More precisely, because the periphery have access to a smaller supply of electricity per day, they incur greater generator use costs than those living in the central agglomeration, particularly   municipal Beirut. Consequently, my recent study demonstrates that effective subsidies disproportionately benefit wealthier households and in particular those who live in Beirut, as the latter are supplied with more power on a daily basis compared to other regions.[1] Therefore, electricity subsidies exacerbate both geographical and social inequalities.

While the production cost of electricity—indexed to the international hydrocarbon market—has significantly increased since 1994, prices have not been reevaluated in that period. According to the National Electricity Strategy Plan of 2010, the price represented on average only 55% of the production cost per kilowatt hour. While the price structure should reflect a principle of fairness and employ progressive rates designed to ease the burden for small consumers—among whom are the country’s poorest people—a 2009 World Bank study reported the opposite. In fact, fixed costs added onto an EDL bill resulted in small consumers (who use up to 300 kilowatt hours) paying disproportionately more of their income toward energy bills than larger users. Practically, the more they consume, the more users are subsidized by the state. This is not an open and deliberate subsidy, but rather a largely unseen mechanism at work.

In fact, the study highlights geographic variances that result from the length of time that power is supplied. This adds an essential component to the distortion caused by this effective subsidy. Since 2006­-2007, Beirut has received on average nineteen to twenty-one hours of electricity per day, while other regions have received only twelve to fifteen hours if not less (depending on the time of year and in which year data was gathered). The capital’s residents use more public electricity by default and consequently benefit more from subsidies.

…/…

Read the end of the article on the LCPS website. The translation of this article has been made possible thanks to the financial support of AFD.

A French longer version, including the detailed data, is to be read on Rumor, Eric Verdeil’s own blog.

Appel à candidature : contrat doctoral de 3 ans sur l’hybridation des systèmes d’infrastructure urbaine au Liban

Mise à jour : date limite de remise du dossier repoussée au 14 mai à midi (12h)

Au Liban, le dysfonctionnement durable des infrastructures a conduit les populations et les entreprises à s’adapter. De multiples arrangements socio-techniques permettent d’accéder à l’électricité, à l’eau ou de collecter les ordures. Dans le cadre du projet Hybridelec, financé par l’Agence nationale de la recherche, nous proposons de comprendre ces arrangements à travers la notion d’hybridation. Ce terme vise à rendre compte de la diversification des configurations de fourniture, tant dans leur dimension technique que socio-politique, et en même temps des interrelations entre ces dispositifs hybrides et les solutions conventionnelles qui continuent de guider l’action publique, à travers la référence maintenue aux infrastructures en réseau avec leurs logiques industrielles et leurs gestion centralisée.

Un contrat doctoral qui commencera en septembre 2018 a vocation à étudier cette question Continuer la lecture de « Appel à candidature : contrat doctoral de 3 ans sur l’hybridation des systèmes d’infrastructure urbaine au Liban »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search