Retour de mission au Bihar (Inde): Quelles dynamiques pour les systèmes alternatifs dans un contexte d’expansion du réseau conventionnel?

Cette note vise à résumer les principales observations et hypothèses issues de deux terrains menés dans le district de Bhagalpur, dans l’Etat du Bihar en Inde, le premier en décembre 2018 et le second en février 2019. Ce district connaît actuellement une expansion rapide du réseau électrique conventionnel sous l’impulsion des Etats central et fédéré. L’objectif de ces deux premiers terrains était d’identifier, dans ce contexte, les différents systèmes alternatifs d’accès à l’électricité présents (solaire, groupes électrogènes, batteries) et leurs dynamiques. Comment ces différents systèmes sociotechniques font-ils face à l’amélioration de l’approvisionnement ? Nos observations nous conduisent vers l’analyse d’une transition non-linéaire, avec une très grande diversité des systèmes disponibles et des modèles de diffusion/disparition/résistance. L’hybridation des pratiques énergétiques, profondément ancrée dans les pratiques quotidiennes, n’est remise en cause que partiellement par l’amélioration du réseau conventionnel dans un contexte de forte défiance à l’égard de la puissance publique. Nous commencerons cette note en présentant le lieu d’étude et nos terrains, avant de nous tourner vers les différents systèmes alternatifs disponibles et leurs dynamiques.

Présentation de la zone d’étude

Le district de Bhagalpur

Situé à l’Est du Bihar, à la frontière avec le Jharkhand, le district de Bhagalpur a selon le recensement de 2011, une population d’un peu plus de trois millions d’habitants, à plus de 80% rurale. Le district est composé de trois subdivisions administratives: Bhagalpur Sadar et Kahalgaon situées au sud du Gange, et Naugachia, située entre le Gange au sud et la rivière Kosi au nord. Nos terrains se sont pour l’instant concentrés sur la subdivision de Bhagalpur Sadar et plus particulièrement sur les agglomérations de Sultanganj (env. 61 000 habitants), Bhagalpur (env. 500 000 habitants) et Akbarnagar (env. 38 000 habitants)[1]. Le textile, et en particulier la soie, est la principale activité industrielle du district. Parmi les autres activités économiques, on compte l’agriculture et l’agro-industrie. La ville de Bhagalpur est également aussi un centre régional important pour l’enseignement supérieur.

Un réseau conventionnel qui s’améliore

Tandis que l’approvisionnement en électricité via le réseau conventionnel était encore de 10 à 15 heures par jour seulement il y a quelques années, la plupart de nos interlocuteurs estiment aujourd’hui la durée quotidienne de l’approvisionnement à 18/22h pour les villes et zones périurbaines d’étude avec des coupures courtes mais non-annoncées. Plusieurs résidents se plaignent cependant de la qualité de l’approvisionnement, signalant en particulier des fluctuations importantes de tension. Il semble qu’il y ait en outre un effet saisonnier : la très forte augmentation de la demande pendant la période estivale (ventilateurs, air conditionné, etc.) tendrait à réduire la qualité de l’approvisionnement et à augmenter le nombre de coupures longues.

Bien que l’approvisionnement via le réseau conventionnel se soit amélioré, la compagnie de distribution connaît encore de grosses difficultés de facturation. Cela n’est pas spécifique au district de Bhagalpur : l’ingénieur en charge du département des recettes à Patna, la capitale du Bihar, estime ainsi qu’environ 40% des clients ne paient pas leurs factures. L’ingénieur d’une des subdivisions électriques de Bhagalpur estime quant à lui qu’il perçoit 50 à 60 millions de roupies par mois, tandis qu’il facture l’équivalent de 80 à 90 millions de roupies d’électricité, soit un ratio d’environ 60%. Bien qu’officiellement, les débranchements aient lieu au bout de deux mois, sur le terrain, les ingénieurs expliquent qu’ils ne débranchent qu’au bout de 6 mois environ et se concentrent sur les clients avec les plus gros arriérés.

Un technicien de la compagnie de distribution répare un branchement à Bhagalpur (B.Girard, CC)

Enfin, notre terrain suggère que les usagers ont une très faible confiance dans le réseau. Nombreux sont nos interlocuteurs qui mentionnent la possibilité de coupures longues, pouvant durer plusieurs jours pendant la période estivale. Comme nous le verrons, le dynamisme du marché des batteries et le maintien du marché des groupes électrogènes semblent confirmer ce manque de confiance des consommateurs dans la durabilité de l’amélioration. Les ingénieurs de terrain décrivent par ailleurs des relations très tendues avec les usagers : les ingénieurs d’une des subdivisions électriques de Bhagalpur nous expliquent ainsi être très régulièrement interpelés et injuriés par les usagers.

Présentation des terrains

Comme indiqué plus haut, l’objectif de ces deux premiers terrains était d’identifier les différents systèmes sociotechniques utilisés par les résidents et commerçants pour pallier les manquements du réseau conventionnel, remplacer ce dernier ou simplement, réduire leur facture, et de comprendre leurs dynamiques dans un contexte d’expansion rapide du réseau conventionnel. Pour cela, nous avons réalisé deux séjours sur le terrain : un premier en décembre 2018 (du 30/11 au 14/12 – d’abord à Patna, puis dans le district de Bhagalpur) et un second en février 2019 (du 03/02 au 18/02 – uniquement dans le district de Bhagalpur). Au cours de ces deux terrains, nous avons rencontré une diversité d’acteurs : des ingénieurs et employés de la compagnie électrique de distribution, des ingénieurs et employés de l’agence des énergies renouvelables, des représentants des administrations locales, des commerçants, résidents, gérants de mini-réseaux diesel, gérants d’entreprises spécialisées dans le solaire, etc.

Ces interactions nous ont permis d’observer différents systèmes techniques (solaire connecté au réseau, solaire hors-réseau, batteries, groupes électrogènes), installés par une diversité d’acteurs (ménages, petits commerçants, ateliers, agences publiques, etc.) pour différentes raisons (back-up, réduction des factures, absence d’accès au réseau conventionnel, réduction de la pression sur le réseau conventionnel, etc.) Nous présentons ici quelques-uns de ces résultats.

Le solaire: un secteur en évolution

Nous avons pu observer sur le terrain la très grande diversité des systèmes solaires disponibles pour les ménages et commerçants, et dès lors, la diversité du marché. Parmi les produits les moins chers, on trouve de petites lampes solaires dépliables qui coûtent quelques centaines de roupies et sont principalement utilisées par les clients les plus pauvres (habitants de quartiers informels, vendeurs de rue, etc.) dans des contextes d’absence du réseau conventionnel. À cela s’ajoute des lanternes légèrement plus sophistiquées (prix 2000/2500Rs), utilisées en supplément du réseau conventionnel ou en cas de coupure. Plus complexes que ces premiers systèmes indépendants d’éclairage, des systèmes composés d’un panneau solaire, d’une batterie externe et d’un convertisseur (dits « Solar Home Systems ») coûtent quelques milliers à quelques dizaines de milliers de roupies. Il ne s’agit plus uniquement d’éclairer, mais aussi d’approvisionner des équipements tels que des ventilateurs ou une télévision en cas de coupure. Enfin, on remarque le développement récent des toits solaires (connectés au réseau ou avec batteries) d’une capacité minimum de 1kW, dont l’objectif peut être de réduire l’approvisionnement par le réseau des bâtiments publics et des ménages les plus aisés – et donc les factures -, d’alléger la pression sur le réseau conventionnel, ou parfois, dans le cas des systèmes avec batteries, d’assurer une certaine autonomie à l’égard de ce dernier.

Dans le contexte de l’amélioration de l’approvisionnement via le réseau conventionnel, nos terrains nous ont permis d’observer l’évolution du marché du solaire à Bhagalpur à la fois en terme de prix, de complexité des systèmes et de clientèle. En effet, bien que les produits les moins onéreux (lanternes solaires, lampes d’urgence et petits systèmes solaires pour recharger des téléphones portables – souvent vendus par des magasins de proximité, sans aucune garantie) continuent à se vendre (même si le marché baisse), car ils s’adressent aux populations les plus pauvres qui n’ont toujours pas accès à l’électricité, les produits que nous pourrions appeler « milieu de gamme », comme les Solar Home Systems, sont en forte perte de vitesse[1]. À l’inverse, nous pouvons observer le début de la diffusion des toits solaires dans le district de Bhagalpur. Leur développement concerne pour l’instant une clientèle limitée :

  • D’une part, quelques entreprises d’envergure nationale qui ont investi tôt dans cette technologie, comme la compagnie nationale des chemins de fer, la compagnie pétrolière nationale ou certains groupes de télécommunication ;
  • D’autre part, le secteur public, avec l’installation de toits solaires sur de nombreux bâtiments comme le tribunal civil, le bureau du District Magistrate, l’université, etc.
  • Et enfin, les ménages, avec d’une part, quelques innovateurs aisés qui peuvent investir des sommes importantes sans nécessairement demander d’emprunt auprès des banques ou de subventions auprès de la puissance publique, et d’autre part, les bénéficiaires des premiers programmes de subvention de l’agence des énergies renouvelables.
Les panneaux solaires sur le toit du tribunal civil de Bhagalpur (B.Girard, CC)

Ainsi, tandis que le marché des toits solaires a connu un développement rapide dans d’autres régions indiennes depuis quelques années, il est encore très restreint à Bhagalpur. Les différents acteurs privés impliqués dans leur développement, peu nombreux et de petite taille, sont en outre encore dans un processus d’apprentissage. Cela entraîne des retards, des erreurs de planification, une méconnaissance des politiques de subvention et de régulation et des choix techniques parfois réalisés sans information précise sur les différents systèmes disponibles. Ce déficit de compétences techniques au sein du secteur privé est probablement l’un des freins au développement du solaire à Bhagalpur à l’heure actuelle, puisque comme le démontre l’étude menée par WRI India (2018), les ménages qui investissent dans le solaire ont une forte préférence pour les entrepreneurs locaux[2].

Nos terrains nous ont par ailleurs permis d’observer l’importance des réseaux personnels dans la diffusion dans l’espace de ces technologies et des informations les concernant. C’est ainsi en observant des systèmes de toits solaires dans d’autres Etats fédérés que deux de nos interlocuteurs ont décidé d’investir eux-mêmes. Ces mêmes innovateurs agissent ensuite comme des ambassadeurs, en décidant d’installer de nouveaux systèmes ou en en parlant autour d’eux auprès de leurs collègues, voisins, etc. Nos prochains terrains à Bhagalpur nous permettront donc de continuer à observer cette dynamique de diffusion de la technologie des toits solaires dans le district.

Si le bouche-à-oreille est le facteur central de diffusion dans le secteur du solaire, l’agence des énergies renouvelables du Bihar joue néanmoins pour l’instant un rôle important dans la structuration du marché, malgré des ressources très limitées au niveau local (deux employés : un ingénieur et un technicien), et une forte défiance d’une large partie de nos interlocuteurs à l’égard de la puissance publique. Cela s’explique par la forte dépendance du marché aux subventions publiques, les systèmes solaires de taille importante restant encore trop onéreux pour de nombreux ménages. Or, le mode de fonctionnement des subventions de l’agence des énergies renouvelables du Bihar est très contraignant pour les bénéficiaires : une fois la subvention accordée, c’est l’agence qui décide de l’installateur, du produit et qui garde le contrôle sur tout le processus d’installation. De ce fait, l’agence des énergies renouvelables joue un rôle important dans la sélection/définition des acteurs privés et produits pertinents (pompes solaires, toits solaires connectés au réseau ou avec batteries, etc) et dans leur diffusion.

Les mini-réseaux diesel: des systèmes en perte de vitesse? 

Nos deux terrains dans le district de Bhagalpur nous ont permis d’observer plusieurs mini-réseaux approvisionnés par des groupes électrogènes, que nous appellerons mini-réseaux diesel. Il est d’abord important de noter que ces mini-réseaux diesel sont très divers à la fois par la complexité de leurs systèmes techniques, leurs tarifs et leur clientèle. Certains mini-réseaux proposent en effet un simple service d’ampoule (une ampoule est installée chez le client et allumée de 17/18h à 22h), tandis que d’autres proposent un service complexe de back-up pouvant atteindre 10kVA. Les tarifs quant à eux peuvent varier de 70 roupies à plusieurs milliers de roupies par mois. Ces mini-réseaux tirent une part importante (voire la totalité) de leurs revenus d’une clientèle commerciale, s’adressant pour certains aux gros et moyens commerçants des zones les plus commerçantes, qui ont en général plusieurs sources d’électricité (réseau conventionnel, systèmes de batterie et réseau diesel), tandis que d’autres ciblent les petits commerçants (et les ménages) qui n’ont pas de système individuel de back-up ou les commerçants les plus pauvres qui utilisent ces systèmes, car ils n’ont accès à aucune autre source d’électricité (vendeurs de rues, commerçants aux installations informelles, etc.) Ces mini-réseaux sont souvent le fait d’initiatives locales de résidents avec quelques compétences techniques et se sont généralement développés en dehors de tout contrôle de la puissance publique.

Le tableau électrique d’un mini-réseau diesel (B.Girard, CC)

La plupart sont actuellement en perte de vitesse. Nos différentes interactions avec les gérants et leurs clients semblent en effet indiquer la disparition de très nombreux mini-réseaux et la réduction progressive de la clientèle des réseaux existants. Nous pouvons cependant identifier un certain nombre d’éléments qui favorisent le maintien de ces systèmes dans un contexte d’amélioration du réseau conventionnel. Cela inclut :

  • le passage d’un marché très compétitif à un marché beaucoup plus restreint. Ce resserrement du marché explique en partie la capacité de certains de ces réseaux à se maintenir, puisqu’ils ont désormais un monopole dans leur zone d’approvisionnement.
  • les spécificités du secteur commercial indien, comme l’importance des horaires nocturnes ; la très faible capacité d’épargne des (très) petits commerçants, ce qui rend difficile l’investissement dans des systèmes individuels de back-up ; la forte densité de certains espaces marchands qui rend impossible l’utilisation de groupes électrogènes individuels ; ou encore, l’informalité de l’installation de certains commerces, ce qui les empêchent d’avoir accès à un branchement légal.
  • La forte capacité de ces mini-réseaux à adapter leur offre à la demande. Ainsi, tandis que certains ont un fonctionnement finalement très proche de celui du réseau conventionnel (complexité technique, collecte mensuelle, tarifs en fonction de la consommation et prix élevés), d’autres mini-réseaux moins complexes techniquement ont adapté leurs tarifs et leur fréquence de collection à leur clientèle (collection quotidienne ou bimensuelle, tarif fixe, somme payable en argent ou en kérosène, etc.)
  • Enfin, la résilience des mini-réseaux diesel tient à leur intégration forte dans la société à laquelle ils apportent un service. Nos terrains nous ont en effet permis d’apercevoir la forte dimension relationnelle de leur fonctionnement: arrangements entre gérants et clients, interactions entre gérants, approvisionnement gratuit pour les lieux de culte, rapports de caste, économie informelle, etc. Cette dimension nous semble importante, car elle permet de comprendre en partie des comportements qui n’apparaissent pas entièrement rationnels autrement, comme par exemple, ces résidents d’Akbarnagar qui continuent de payer 70/rs/mois pour une ampoule de 18h à 22h alors qu’ils affirment avoir 20 à 22h d’électricité par jour via le réseau conventionnel, ou ces commerçants d’un des marchés principaux de Bhagalpur qui paient autant voire plus pour le système de back-up que pour le réseau conventionnel ; etc.

Les batteries: un marché qui se porte bien

Le marché des batteries (communément appelées ‘inverters’) bénéficie de l’amélioration de l’approvisionnement via le réseau conventionnel. En effet, la plupart des ménages et des petits commerçants ne cherchent plus des systèmes autonomes pour pallier les manquements massifs du réseau conventionnel (comme par exemple un « Solar Home System »), mais des systèmes de back-up pour des coupures courtes. Le marché pour ces batteries semble ainsi avoir explosé au cours des 5/10 dernières années, ce qui est aussi visible dans l’espace urbain : nous avons pu compter une dizaine de magasins de batteries (vendant des batteries à la fois pour les voitures, les rickshaws et les ménages) sur l’une des artères principales de Bhalgalpur. Concernant les systèmes de back-up pour ménages, les commerçants avec qui nous avons discuté décrivent un marché dynamique, tourné vers une clientèle urbaine, diverse par ses origines sociales et ses capacités financières.

Un magasin de batteries à Bhagalpur (B.Girard, CC)

Nos terrains nous ont en outre permis de récolter des informations sur des systèmes collectifs d’approvisionnement en électricité via batteries qui ont existé par le passé, mais ont progressivement disparu avec l’amélioration de l’électricité et l’arrivée des modèles récents de batteries. Certains magasins proposaient par exemple des services de location/recharge de batteries : pour quelques dizaines de roupies, on pouvait louer une batterie pour une journée, ce qui permettait d’alimenter plusieurs ampoules lors d’une fête religieuse ou de famille. Un gérant de mini-réseau diesel raconte quant à lui avoir commencé son commerce de vente d’électricité avec des batteries auxquelles étaient branchés ses clients et qu’il rechargeait pendant la journée. Il a cependant rapidement abandonné les batteries pour un groupe électrogène, qui lui permettait d’augmenter sa clientèle.

Conclusion: une transition non-linéaire

Nos deux terrains nous ont ainsi permis d’observer dans le district de Bhagalpur  une forte hybridation des pratiques énergétiques et ce que nous pourrions appeler une transition non-linéaire. Par ce terme, nous entendons la présence simultanée dans l’espace urbain de très nombreux systèmes d’accès à l’électricité, certains, fondés sur des énergies fossiles, présents depuis longtemps et dont l’objectif initial était de pallier l’absence ou l’échec du réseau conventionnel, d’autres plus récents comme les toits solaires. Les dynamiques de ces systèmes dans un contexte d’expansion du réseau conventionnel divergent selon les espaces (disparition progressive, résilience, développement/diffusion). Cette diversité est nourrie par le manque de confiance des ménages et commerçants dans le réseau conventionnel, par la présence importante d’installations informelles et par les objectifs naissants de réduction de la pression sur le réseau conventionnel (pour le secteur public) ou de réduction des factures (pour les ménages).

Dans le secteur du solaire, on observe une transition de la vente de systèmes individuels par des commerçants locaux à des ménages et petits commerçants ruraux à d’importants systèmes, subventionnés par la puissance publique et installés par des entreprises de taille grande ou moyenne, ou par quelques innovateurs aisés, souvent en zone urbaine. Il ne s’agit dès lors plus d’accéder à l’électricité mais de réduire la pression sur un réseau conventionnel désormais fonctionnel. Ces développements semblent en outre d’abord répondre à des enjeux économiques et techniques plutôt qu’à des arguments environnementaux. En ce qui concerne les mini-réseaux diesel, bien qu’ils soient en perte de vitesse, certains réussissent à se maintenir, soit en proposant une alternative collective aux systèmes individuels de back-up, soit en approvisionnant en électricité des populations qui n’ont accès à aucune autre source d’énergie pour s’éclairer. Enfin, le marché le plus dynamique semble être celui des systèmes batteries / convertisseurs pour les ménages et petits commerçants. Tandis que, pour certaines catégories de population (ménages, petits commerçants), ces batteries semblent progressivement remplacer les autres solutions alternatives, comme un branchement à un mini-réseau diesel, elles viennent, pour d’autres (gros et moyens commerçants), s’ajouter à des pratiques électriques déjà hybrides.

Ces premiers éléments donnent de nombreuses pistes pour nos prochains terrains : mieux identifier les conséquences des dynamiques spatiales et du contexte socio-économique sur les différents systèmes étudiés ; mieux comprendre les dynamiques qui favorisent le maintien des pratiques hybrides dans un contexte d’amélioration du réseau conventionnel (inertie, défiance à l’égard de la puissance publique, coût social, etc.) ; comprendre les importantes disparités en terme de développement du solaire entre les régions indiennes (et même peut-être entre les districts du Bihar, à vérifier) ; etc.

 

[1] Ces estimations s’appuient sur les agglomérations identifiées par la base de données Indiapolis et les chiffres du recensement de 2011. En l’absence de données plus récentes, elles sont probablement des sous-évaluations.

[1] Il faut souligner que bien que la vente de ces systèmes soit en baisse, leur utilisation semble se maintenir : les quelques ménages ayant investi dans des « solar home systems » que nous avons pu rencontrer continuent en effet à les utiliser. Cela est aussi favorisé par l’une des caractéristiques du marché du solaire : les très longues périodes de garantie pour les panneaux, 20 à 25 ans en général.

[2] WRI India, « Here comes the sun. Residential consumers’ experiences with rooftop solar pv in five Indian Cities», 2018 : https://www.wri.org/publication/here-comes-the-sun

Emerging forms of hybrid energy systems in cities of the global South: Summary of the Delhi Roundtable

Summary of Roundtable on « Emerging forms of hybrid energy systems in cities of the global South »
Centre for Policy Research, New Delhi, 30th October 2018

Summary by Federico de Lorenzo and Bérénice Girard

Videos of the presentations are inserted below after the summary of each panel

Organizers and moderators: Marie-Hélène Zérah (IRD and Centre for Policy Research), Ankit Bhardwaj (Centre for Policy Research), Federico De Lorenzo (Sciences Po Paris), Augustin Delisle (Agence Française de Développement)
Speakers : Eric Verdeil (Centre for International Studies, Sciences Po Paris), Rémi de Bercegol (PRODIG, CNRS, Paris), Ankit Bhardwaj (Centre for Policy Research, New Delhi), Gaurang Sethi (Azure Power, India), Santosh Kumar Thakur (Energy Efficiency Services Limited, India)

Organized jointly by the Agence Française de Développement (AFD), the Centre for Policy Research (CPR) and the Centre de Recherches Internationales (CERI, Sciences Po) and hosted by the CPR, this roundtable brought together around 30 stakeholders from urban studies and the energy sector to discuss the coevolution of electricity supply systems and urban change in the Global South and understand how the imperative of energy transition translates in cities. The roundtable gathered researchers and academics from Indian and French institutions (such as TISS, CEER, CNRS), representatives from NGOs (Centre for Science and Environment, Shakti Sustainable Energy Foundation), private and public companies (such as Oracle Utilities, Maxop Engineering, India Smart Grid Forum), and international organizations (such as World Bank, International Solar Alliance, European Investment Bank and the German Developement Bank -KfW).

The roundtable started with a presentation of the ANR funded Hybridelec project by É. Verdeil. As cities of the Global South are experiencing fast economic and population growth, their electricity supply systems often lag behind (cuts, load-shedding, high prices, inadequate coverage…). In this context, public policy has mostly been focused on extending the grid and augmenting supply. However, this development is often not going fast enough and alternative responses emerge both in cities and in the intermediate spaces between them (generators, solar panels, batteries – different technologies bringing new opportunities and often transformed to suit the local needs). In this context, the Hybridelec project aims at thinking together local electric supply systems and urban change by focusing more specifically on the collective solutions, often socially more structuring and technically more complex, than conventional grid provision. How are these alternatives initiated, organized and regulated? How do they sustain and extend? What are the implications for the electrical system and the objectives of energy transition? Making the hypothesis of an increased heterogeneity of these systems rather than that of a convergence, the Hybridelec project wishes to go beyond the idea of delivery palliatives and uses the concept of hybridization to look at the long-lasting process of electrification and to understand the complex assemblages of actors, technical objects and institutions contributing to changing energy systems on the ground.
R. de Bercegol then presented his work on slum electrification in Nairobi, Kenya. Though, officially, the Kibera slum does not have electricity (due to unidentified land tenure), it is electrified, as cartels provide electricity by poaching it from the conventional network. In 2014, a new electrification project was launched in Kibera by the Kenya Power Corporation, justified by the publicly-declared goal of 100% electrification by 2030 and the technical, security and financial problems the illegal poaching leads to. Though there have been tensions in the past between engineers and slum dwellers, the situation seems to have improved in recent years as the power corporation resorted to different means of ensuring the sustainability of the grid connections: involvement of cartel members in the programme ; installation of prepaid and locked meters to avoid unpaid bills and tempering ; use of aluminium instead of copper for the wires to avoid theft, etc. R. de Bercegol then turned to the societal meaning of slum electrification, by showing how prepaid meters act as a depoliticization tool in a long-lasting power struggle, but also as an instrument to formalize poor consumers. Indeed, though they take part in the regularization of slum dwellers by acknowledging their right to live in the city, they also act as disciplining and punishing tools for the poorest consumers, who are not able to afford the conventional network’s electricity. The paradoxical consequences of the arrival of the grid were also underlined, such as changes in daily practices (households going back to charcoal to cook), rapid tempering of these same meters and continued predominance of the informal system of provision.

The two papers were followed by a rich discussion which mainly focused on how to reconcile two policy paradigms often seen as contradictory, namely centralized versus decentralized energy production. Several participants called for a change of perspective, as mini-grids are often seen by distribution companies as sources of potential loss of revenue and influence, and renewable energies are mostly developed in a centralized manner. In this context, how can we ensure a change of perspective from “centralized or decentralized” to “centralized and decentralized”? Taking the case of Beirut, É. Verdeil underlined how, as solutions first seen as temporary become more and more embedded in the conventional network, we observe a shift in representations amongst NGOs, international funding agencies and even ministries. Only the national or regional utilities in charge of production and distribution are still reluctant to promote these systems. However, one can hope that as more sustainable technologies develop on the ground these same utilities will get on board. Innovative solutions to provide electricity to Kibera were also discussed, such as user group connections, solar panels bought in bulk or batteries.
Based on a joint ongoing research with F. De Lorenzo and M.H. Zérah, A. Bhardwaj’s presentation focused on Indian Smart Cities. Even if energy is not generally framed as an urban issue, the Smart Cities Mission (SCM) seems to leave scope for cities to actively shape their energy systems. Findings from the analysis of the Smart Cities proposals offer some interesting insight in what energy management in the Indian Smart City would look like. Although in the proposals cities focused mostly on basic energy infrastructures (expansion of the power network, increasing energy production, etc.), there is considerable room for low-carbon technological improvement as well. In particular, the Smart Cities will direct their efforts towards four low-carbon technologies: solar (mostly rooftop), energy-efficient street lighting, E-mobility, and waste-to-energy. Smart meters receive surprisingly small investment. However, notwithstanding the significant budget planned for the four sectors overall, most of the cities do not seem to have envisioned a global low-carbon strategy, but rather each city seems to have selected some specific area(s) of action.
Head of Business and Project Development at Azure Power, G. Sethi presented the potential and challenges of the solar rooftop sector in India from a private company perspective. He first underlined the current favourable context for solar rooftop development in India: an ambitious programme launched by the Ministry for New and Renewable Energy for the installation of 40 GW of solar projects by 2022; an estimated 124GW solar rooftop potential in India; a supportive regulation and policy framework and a growing demand, mostly coming from the government sector but also from the industrial, commercial and, to a lesser extent, from the residential sectors. He underlined the important role the government sector plays as an initiator in the market, as well as the reduction in solar power tariffs over the last few years. He then turned to challenges the sector is currently facing: a focus which remains mostly on large solar utility; limitations regarding capacity installation, as discoms do not wish to see building owners become producers of energy; a lack of coordination between Central and State governments ; different requirements and regulations from State to State, but also the existence of unfavourable charges for supply through open access and the small number of tenders released by discoms to buy solar-produced energy.
S. K. Thakur offered an overview of EESL’s action as its General Manager of the street lighting division. EESL is a joint venture of four public companies which facilitates and provides support for the implementation of energy-efficient lighting projects in India. Availability of funding to start LED projects is the main challenge that urban local bodies are faced with. EESL can take on the initial investment for them. Moreover, it has been able to bring prices of LED down dramatically through demand aggregation and bulk procurement. The Street Lighting National Programme (SLNP) is one of the most successful initiatives undertook by EESL. Its target is to replace 13.4 million street lights with LED lighting in Indian towns and save 1,500 MW of energy. Drawing on its experience, EESL has adapted its business model to specific capacities of the urban local bodies and technical constraints. The agreement between EESL and local bodies includes support by the former for supply, installation, and maintenance (tasks delegated to different agencies) of the street lighting assets, other than financement. Poor infrastructures and repayment capacity of urban bodies are amongst the most common challenges the SLNP is faced with.


Throughout the second Q&A session, the debate focused on the role of urban authorities in shaping energy transitions in India, on the importance of access to accurate data, and on standards of quality of technologies. First, the view that the SCM represents an opportunity for local bodies to be leading actors of the urban energy transition, is challenged by a first-hand insight in the solar rooftop sector which shows that growth here has been primarily driven by tendering opportunities released by State and Central authorities. Second, data on the technical features of the places of transition are necessary both for authorities to set realistic targets and for implementing bodies. In particular, collection of reliable data on government buildings, along with the necessity to obtain several authorisations from the concerned bodies, represents a crucial question for Azure and the private sector in general. The complexity which Azure is faced with in implementation contrasts with EESL’s less-stringent requirement to have its agreement signed by the sole municipal commissioner. Last, while EESL’s primary concern is to expand the lighting network than meeting quality standards, in a PPA/RESCO business model (used by Azure), it is in the best interest of the developer to deliver high-quality technologies because they own the assets.

In conclusion, this roundtable showed the diversity and complexity of the possible pathways to energy transition in urban contexts. In the case of India, though use of REs is growing fast thanks to ambitious national schemes, decentralized energy production systems are facing many challenges such as a lack of capacity at the local and regional levels and paradoxical regulations and policies at the different stages of decision-making. The roundtable thus confirmed the necessity of in-depth fieldwork and continued discussions between policy-makers, stakeholders and academics to confront the mismatches between the declared ambitious objectives of energy transition and the local and technical constraints.

Observations sur quelques hybridations électriques à Delhi et dans sa périphérie

Le projet de recherche Hybridelec a commencé à explorer le terrain indien, en particulier la ville de Delhi et sa périphérie sud, à l’occasion de visites collectives menées à la suite du séminaire co-organisé par l’AFD, le CPR et le CERI au CPR le 30 octobre dernier (voir compte rendu séparément). Ces visites de terrain (Marie-Hélène Zérah, Bérénice Girard, Rémi de Bercegol, Gowda Shankare, Federico de Lorenzo et Eric Verdeil) ont permis d’identifier cinq configurations socio-techniques et d’observer les formes de production d’électricité et d’accès à cette ressource qui les caractérisent.

Toits solaires des bâtiments publics

Installation photovoltaïque sur le toit de la NPC, Dehli (Eric Verdeil, CC)

Une première configuration concerne de nombreuses administrations et entreprises publiques qui se dotent d’équipements solaires installés sur leurs toits. Nous avons ainsi visité, à South Delhi, dans le quartier des administrations, la National Productivity Corporation (NPC), une entreprise publique qui intervient comme consultant pour aider des administrations ou des entreprises à améliorer leur productivité, entre autres sur le plan de leur politique environnementale ou énergétique. A notre arrivée, l’alimentation électrique était interrompue, une situation tout à fait inhabituelle selon nos hôtes. Néanmoins, un groupe électrogène dédié alimentait l’ascenseur et l’éclairage d’urgence.

Autres installations sur les toits de bâtiments voisins dans le Delhi administratif (Eric Verdeil, CC)

Les responsables du département Environmental management au sein de la NPC nous ont montré l’installation d’un ensemble de panneaux voltaïques sur leur toit, pour une capacité totale de 30 kW, datant de 2015. Ce système est relié au réseau haut voltage qu’il alimente. L’électricité produite n’est donc pas consommé directement dans cet immeuble mais le NPC bénéficie d’une diminution de sa facture électrique à hauteur du nombre de KW injectés dans le réseau (haute tension). L’électricité générée représente environ 10% de la consommation annuelle de l’immeuble (30.000 Rs par mois): c’est donc une économie pour cette entreprise. Nos interlocuteurs ont beaucoup insisté sur la nécessité d’un nettoyage régulier pour éliminer la poussière et maintenir une bonne capacité de production. Aux alentours, plusieurs autres immeubles sont également équipés de panneaux de même type, quoique beaucoup moins bien entretenus. Sans que cela soit très clair, nos interlocuteurs mettent en avant plusieurs facteurs incitatifs pour expliquer cet équipement récent :

  • une décision du gouvernement central tendant à obliger les administrations à faire ce type d’installation;
  • la mise en place d’une réglementation favorable aux compteurs doubles-flux (netmetering) [mais ici ce n’est pas le cas puisque l’électricité produite alimente directement le réseau HT];
  • La réalisation de ce projet a été facilitée par l’obtention d’une subvention du Ministère des Energies Renouvelables dans le cadre de la National Solar Mission.  
  • Une autre incitation pour ce projet est l’obligation d’installer des panneaux solaires pour pouvoir être considéré comme un “green building”.
  • Au total, ces incitations financières sont substantielles: dans le cas de ce projet d’un coût total de 2.157.000 Rs, la subvention reçue fut de 647.000 rs.
  • Enfin, la baisse très rapide du coût des panneaux qui a été divisé par 2 depuis 2015 est un autre facteur essentiel de l’investissement.

La politique d’installation de panneaux PV de la Delhi Metro Rail Corporation (DMRC)

La DMRC représente un deuxième exemple très impressionnant d’installation de panneaux PV. Nous visitons un dépôt-atelier situé à l’est de la rivière Yamuna , dans le quartier de Karampura. Notre interlocuteur nous montre une installation de 50 kW ?? situé sur le toit mais en réalité, l’ensemble des toitures du complexe, y compris celles de forme arrondie, donc peu propice, sont couvertes et plus largement les stations de métro, ainsi que divers terrains libres. C’est le résultat d’une série de contrats successifs depuis 2015, avec une capacité installée qui atteint en 2018 24 MW, et une nouvelle phase d’installations est en cours. L’enjeu pour la DMRC est de produire une partie du courant dont elle a besoin pour alimenter la traction et l’éclairage de ses installations. Nous apprenons que la production solaire représente 30% de la consommation diurne, mais seulement 5% sur l’ensemble de la journée, sachant que deux pics de transport se produisent au petit matin et en soirée, lorsque le soleil n’est pas levé ou est déjà couché. L’enjeu du nettoyage est très important mais très contraint. En effet, en raison de la maintenance des trains et du réseau qui est nécessairement nocturne, le seul moment où les nettoyeurs peuvent intervenir et où les installations de panneaux sont possibles se situe entre 1 et 4 heures du matin. Cela constitue évidemment un défi logistique, technique et sécuritaire pour les employés qui travaillent de nuit. L’entretien et la maintenance sont confiés à l’entreprise (Sun Edison) qui a posé les panneaux via un contrat d’entretien sur 25 ans.

Si les incitations gouvernementales évoquées ci-dessus sont aussi valables, nous comprenons aussi que la mobilisation de la DMRC va au-delà et témoigne d’une véritable appropriation de l’enjeu d’auto-production, en vue de réduire ses coûts de fonctionnement, dont l’électricité représente une part majeure. Notre interlocuteur souligne du reste qu’il y a aussi un intérêt direct du public, puisque la réduction des charges se traduit directement dans la baisse des coûts de revient et donc des tarifs offerts au public (ou dans une baisse des subventions, peut-on penser). De ce fait, il nous fait part d’un débat avec les autorités régulatrices: la DMRC souhaiterait s’affranchir des DISCOMS qui ont le monopole local de la distribution d’électricité: la DMRC voudrait pouvoir développer ses propres capacités de production en dehors de Delhi. Elle a déjà par exemple un contrat d’approvisionnement avec un parc solaire au Madhya Pradesh (via le RESCO model) auquel elle achète l’électricité à un prix inférieur à celui de la DISCOM (environ 2 Rs. d’écart), et ce malgré l’imposition de frais imposés par la Central Electricity Regulatory Commission (interstate charges) et la Delhi Regulatory Commission (intrastate charges). On peut penser, sous réserve de vérification, que cette évolution ne serait pas favorable au modèle d’affaire des DISCOMS car les gros clients industriels comme la DMRC jouent un rôle essentiel, à travers la péréquation, pour permettre de mener une politique socialement intégratrice auprès des petits consommateurs (voir pour plus de détail Kohler, Zerah 2013). C’est très certainement ce qui explique le refus opposé à la DMRC d’être exemptée des interstate et intrastate charges. De même la demande, que la DMRC compte réitérer, pour obtenir le statut de “deemed licensee” (obtenu par les chemins de fer)  et qui permettrait de construire une stratégie d’autonomisation complète, n’a pas été accordée.

Gurgaon: des condos solaires

Vue d’une partie de l’installation PV sur le toit du condominium Wellington Estate (Eric Verdeil, CC)

Nous avons observé un autre exemple très impressionnant d’équipement solaire dans un condominium d’environ 500 appartements à Gurgaon, ville nouvelle à vocation tertiaire qui s’est développée depuis 20 ans au sud de Delhi. La copropriété a investi depuis deux ans dans une première phase de panneaux PV représentant 200 kW. Cette installation occupe environ 50% des toits de cette résidence. Devant le succès de cette opération, une nouvelle phase est prévue.

Plusieurs facteurs favorables sont à citer : en premier lieu, la personnalité de l’actuel président de la copropriété semble décisive. Cet homme d’affaires retraité du secteur de la publicité, désœuvré (ses enfants sont partis à l’étranger, sa femme a ses propres activités, …) a voulu faire faire des économies à la copropriété et faire quelque chose pour l’environnement même s’il ne se définit pas comme un activiste. De fait, la mise en œuvre du projet se traduit par des baisses de charge, d’autant que sa gestion semble plus largement orientée vers une rationalisation des dépenses – l’électricité des parties communes a déjà été changée pour des lampes LED, entraînant une grande économie, comparable au montant économisé par la production solaire. Ensuite, on peut citer de nouveau les incitations réglementaires (netmetering, etc.) Surtout la copropriété, comme beaucoup de ses semblables à Gurgaon, a une histoire ancienne d’autonomie infrastructurelle. Elle était équipée de forages pour l’eau, qui aujourd’hui n’ont semble-t-il plus qu’un rôle d’appoint, mais aussi des groupes électrogènes qui à l’origine assuraient la totalité de l’alimentation électrique du complexe. Si aujourd’hui cette capacité de production n’a plus qu’un rôle de back up en cas de coupure (environ 10 h par mois, sous la forme de petites coupures très courtes), c’est le résultat de l’amélioration de fourniture électrique par la DISCOM et c’est une situation relativement récente. Dans ce contexte, l’investissement en solaire s’inscrit dans une continuité même si il ne représente pas, en lui-même une nouvelle capacité de back up. Le solaire peut fonctionner couplé avec le réseau public ou les générateurs, mais pas seul.

Vue aérienne de l’installation solaire de Wellington Estate (source: YouTube, Wellington Board, mise en ligne 2 décembre 2017)

Une caractéristique très remarquable est la volonté de la copropriété de s’approprier cette technologie et de garantir une qualité des travaux. Pour cela, et malgré une opposition de nombreux résidents, le président de cette copropriété et une ou deux autres personnes impliquées ont travaillé avec le consultant sélectionné pour améliorer le projet. Ils ont d’ailleurs préféré une petite entreprise (Green Roots) plutôt qu’une entreprise plus large qui propose des offres standardisées. Il a d’ailleurs une perspective intéressante sur les conditions qui permettraient de faire décoller ce segment du solaire. Il faudrait selon lui des tierce parties (third party consultants) qui permettraient d’aider les résidences à négocier avec les entreprises. En effet, il raconte que leurs discussions avec Tata ou Hero Solar ont échoué car ces dernières ont refusé tout changement dans le design ou voulaient imposer le fournisseur de panneaux. Enfin, même si le fournisseur est en charge, pour cinq ans, de la maintenance, en pratique c’est la copropriété qui réalise l’entretien et la maintenance des installations.

En termes économiques, ils n’ont pas hésité à investir sur la longue durée en achetant du matériel de qualité et aujourd’hui, ils arrivent à réduire leur facture d’électricité de 10%. Ils ont pour projet d’utiliser leur système de monitoring pour optimiser leurs installations. Cette action fait partie d’une stratégie d’optimisation plus large (installation de ventilateurs moins consommateurs d’énergie, remplacement des moteurs, …) et d’une gestion in-house, qui explique selon lui que les charges sont très inférieures aux autres résidences de Gurgaon. Ceci expliquerait selon lui la fin des protestations constatées au début du projet.

Dans quelle mesure cette situation se reproduit-elle ailleurs dans la ville? La question semble d’autant plus pertinente que les travaux du CPR sur le programme Smart City montrent que pour la ville de Gurgaon, le développement des toits solaire est une priorité affichée. Toutefois, selon notre interlocuteur, la ville n’a apporté aucun soutien et ses réalisations dans ce domaine semblent à peu près inexistantes. Seuls 6 ou 7 autres complexes immobiliers semblent avoir développé des programmes d’investissement similaires, et encore, avec moins de réussite et surtout moins d’appropriation. Pourtant, la baisse des coût d’installation semble un facteur incitatif puissant, même si une maîtrise est aussi nécessaire, que toutes les copropriétés et leurs sous-traitants ne maîtrisent pas.

L’électrification rapide des slums et quartiers populaires de Delhi

Emmenés par Rémi de Bercegol et Gowda Shankare, nous visitons deux quartiers de slums qui sont aussi des points centraux dans la collecte et le traitement des déchets. Le premier, à Hanuman Mandir, Rama Krishna Puram, est un squat situé dans une zone basse traversée par un nala, un égout à ciel ouvert, un quartier est tout à fait irrégulier et dont beaucoup des maisons sont faites de matériaux de récupération. Les déchets collectés, déposés dans de vastes enclos ou simplement le long de l’égout, y font l’objet d’un premier tri avant d’être envoyés auprès de grossistes qui les négocieront avec des industriels du recyclage. Nous sommes accueillis par le periwalah, l’entrepreneur qui contrôle ce commerce, et qui en même temps est le sarpanch, le chef du quartier. Devant sa maison, les récupérateurs viennent déposer leurs ballots sur la balance mesurant les quantités collectées chaque jour. Cette habitation, en brique et ciment avec poutres d’acier, est connectée au réseau électrique, comme le reste du quartier, comme en atteste les compteurs bien visibles. Du reste, notre interlocuteur reçoit les factures et est chargé de les distribuer aux habitants. Il nous est difficile de comprendre à quoi correspondent les sommes visibles, qui dans certains cas nous paraissent très élevées. S’agit il d’arriérés de paiement?

Notre hôte met aussi en avant l’éclairage public récemment installé, ce qui correspond à une politique nationale, dont nous avons eu une présentation lors du séminaire CPR-AFD-CERI. Il s’agit de lampes LED sous lesquelles le travail se poursuit alors que la nuit est déjà bien tombée.

Rémi de Bercegol souligne que le récent accès au pouvoir (à l’assemblée de l’Etat) du groupe politique Aam Aadmi Party (parti de l’Homme commun)  peut expliquer le développement de ces réseaux d’infrastructure dans un quartier par ailleurs si clairement informel :  depuis l’arrivée de ce parti au pouvoir à Delhi en 2012, la politique de répression vis-à-vis des bidonvilles s’est amenuisée et certains habitants ont ajouté un premier étage à leur habitations, ne craignant plus une éviction.

Interrogé sur la régularité de l’alimentation, notre interlocuteur considère que les coupures sont rares et qu’il y a eu une nette amélioration depuis quelques années. Elles semblent néanmoins quasi-quotidiennes, mais de très courtes durées et ne suscitent pas de gêne ni n’obligent à l’acquisition de dispositifs complémentaires.

Le second quartier visité se situe à Okhla, au Sud de Delhi. Nous visitons plusieurs ateliers de recyclage, notamment de verre et de métal. Les contremaîtres sur place nous indiquent que leurs machines sont alimentées par l’électricité, et qu’ils ne sont guère perturbés par les rares coupures. Ils ne disposent pas de générateurs.

Un générateur devant un atelier de meubles (Eric Verdeil, CC)

A l’arrière de ces ateliers, dans un espace encore maraîcher, se développe un nouveau quartier le long de rues surélevées. Des petits immeubles de promotion, des ateliers, parfois des maisons individuelles se développent visiblement très rapidement d’après le témoignage de Rémi de B. et de Gowda S. qui passent régulièrement par là depuis un an. Nous sommes frappés, là aussi, par l’électrification en cours du quartier, visible à travers les fils du réseau de distribution et les compteurs suspendus aux pylônes ou accrochés aux maisons. Nous visitons aussi un atelier de meubles, équipés de machines modernes et alimenté à l’électricité. Un générateur tout neuf trône devant l’entrée. Acheté il y a seulement cinq mois, il sert peu selon nos interlocuteurs mais il est néanmoins intéressant qu’ils aient éprouvé le besoin de s’assurer un back up. Nous observons aussi un rickshaw à batterie électrique en train d’être rechargé.

L’urbanisation et l’électrification avancent de concert (Eric Verdeil, CC)

Un peu plus loin, le long d’une rue en construction (le long d’une canalisation de gaz naturel), nous discutons longuement de la logique d’urbanisation du quartier avec un agent immobilier. L’urbanisation est en fait illégale, le quartier étant en dehors du master plan. Mais les terrains agricoles ont été acheté par des développeurs, qui ont fait un plan de lotissement (très dense) et de nombreuses transactions ont lieu, marquées selon lui par divers abus. Concernant l’accès aux infrastructures, il souligne aussi l’existence et donc la tolérance du piratage (juste derrière nous, des connexions suspectes semblent en effet accrochées à un fil) et le fait que si la compagnie de distribution électrique a équipé le quartier, ce n’est pas le cas pour l’eau, qui dépend d’un opérateur public. De ce fait, les habitants se reposent sur des forages dans la nappe.

Campement ”bengali”. L’antenne parabolique ne fonctionne plus, suite à la déconnexion d’un raccordement électrique illégal par la compagnie de distribution (Eric Verdeil, CC)

Nous poursuivons notre visite de terrain en traversant, non loin de là, des zones habitées par des migrants qui se disent “Bengalis” mais qui sont très probablement des migrants du Bangladesh en situation illégale. Ils sont également impliqués dans la collecte des déchets et le tri en vue du recyclage. Il s’agit de populations extrêmement précaires, et leur habitat, de type campement, est également très frustre: bois, tôle, tissus, plastiques. Nous observons un point d’eau collectif (une pompe manuelle, sans savoir si elle pompe dans la nappe ou sur le réseau public de la cité de relogement de Madanpur qui passe à proximité). Devant une habitation, nous notons la présence d’une antenne satellite mais les habitants nous disent qu’elles ne fonctionnement plus, les connexions électriques qu’ils avaient installé ayant été retirées par la compagnie de distribution après qu’un incendie s’est déclenché dans un autre campement à la suite d’un court circuit.

Ces visites de slums et de quartiers populaires montrent une électrification en marche très rapide, en dépit de la situation foncière de ces zones. De plus, l’amélioration de l’alimentation fait que les habitants semblent principalement se reposer sur l’électricité – s’ils peuvent se la payer – sans avoir besoin d’autres sources de production électrique.

Dharuhera: quelles configurations hybrides dans le corridor de développement au sud de Delhi?

L’ancien palais des rajputs à Dharuhera (Eric Verdeil, CC)

Cette petite ville en forte croissance (environ 35000 habitants actuellement, contre 18000 en 2011) se situe dans un corridor de développement vers le sud de Delhi : elle accueille des zones industrielles et des résidences destinées aux classes moyennes et aux ouvriers liés à ces nouvelles activités économiques. La structure sociale et spatiale est marquée par la juxtaposition de ces nouveaux groupes avec l’ancien village. Politiquement, une famille de propriétaires terriens, qui était aussi liée aux Anglais (ils organisaient la conscription), domine les instances municipales. Nous sommes d’ailleurs successivement reçu par l’ancien maire dans sa villa puis par sa tante, maire actuelle, dans sa grande maison moderne au coeur du village à proximité de l’ancien palais en déshérence.

La municipalité a récemment été modernisée. Elle occupe un grand bâtiment moderne où nous rencontrons le secrétaire exécutif, qui est en fait le représentant de l’Etat. Nous apprenons que là aussi, les conditions d’alimentation électrique se sont fortement améliorées, les coupures étant résiduelles. Un générateur devant le bâtiment se met néanmoins en marche à intervalle régulier. Nos interlocuteurs de la municipalité mentionne le développement des panneaux photovoltaïques, et les incitations voire obligations de l’Etat à en installer. La municipalité étudie ainsi le projet d’en installer sur son toit, et envisage même de surdimensionner l’installation afin d’en tirer un revenu complémentaire. Nous comprenons toutefois la faible maîtrise technique et juridique de ces questions au sein de la municipalité. On nous parle d’un propriétaire qui aurait installé des panneaux dans la ville et de quelques installations dans les villages alentours. Même si un installateur semble avoir pignon sur rue (nous n’avons pu le rencontrer), on distingue peu de panneaux sur les immeubles. Des investigations complémentaires seront nécessaires.

Conclusion

Une première observation convergente a trait à l’amélioration impressionnante de l’accès à l’électricité, en lien avec l’augmentation de la production électrique et l’extension des réseaux de distribution. Les coupures de courant, naguère chroniques, semblent aujourd’hui résiduelles. Les pratiques de back up demeurent pour une partie des entreprises et des ménages de classe moyenne ou supérieure (générateurs, inverteurs) mais ne concernent pas les plus pauvres.

Le deuxième fait majeur est le décollage d’installations photovoltaïques de production individuelles ou à l’échelle d’entreprises et de condominiums, en réponse aux incitations étatiques et à la transformation du cadre réglementaire, mais aussi pour bénéficier des avantages économiques offertes par cette technologie de plus en plus abordable. On peut se demander si l’habitude de gérer des pénuries ou une alimentation perturbée constitue un facteur favorisant l’investissement dans ces technologies.

Compte rendu rédigé par Eric Verdeil et complété par Bérénice Girard, Rémi de Bercegol et Marie-Hélène Zérah.

Contrat post-doctoral d’un an. Hybridations électriques : formes émergentes de la transition énergétique dans les villes de l’Inde

For an English Version, see here.

Programme et contexte du post-doctorat

Ce contrat post-doctoral est proposé dans le cadre d’un projet, mené par une équipe interdisciplinaire en sciences sociales, intitulé HYBRIDELEC – Hybridations électriques : formes émergentes de la transition énergétique dans les villes du Sud – et financé par l’Agence Nationale pour la recherche (pour plus d’information, voir http://hybridelec.hypotheses.org). Ce projet part du postulat que les villes des pays en développement et émergents connaissent de lourds problèmes de fourniture en électricité (accès inégal et non généralisé, coupures et irrégularités du service) que les réponses conventionnelles telles que l’extension du réseau ne parviennent pas à résoudre. C’est pourquoi on assiste au développement de solutions alternatives, individuelles ou collectives, tels que des réseaux décentralisés et hybrides. Appliquant le concept d’hybridation aux études socio-techniques, la recherche propose d’étudier ces nouvelles configurations, qui restent mal connues, leurs impacts sur le futur du système électrique ainsi que sur la coévolution des systèmes locaux d’approvisionnement en électricité et du changement urbain. L’objectif de cette recherche est d’analyser ces configurations, qui sont façonnées par les contextes sociaux dans lesquels elles sont intégrées, comme des assemblages urbains constitués d’acteurs, d’objets techniques, d’institutions, d’intérêts économiques, de pratiques sociales et de représentations. Continuer la lecture de « Contrat post-doctoral d’un an. Hybridations électriques : formes émergentes de la transition énergétique dans les villes de l’Inde »