L’électricité, un enjeu clef de la crise libanaise

[article publié le 13 août 2020 sur The Conversation]

L’électricité, un enjeu clef de la crise libanaise

Alix Chaplain, Sciences Po – USPC

La double explosion du mardi 4 août à Beyrouth, poumon économique du Liban, a entraîné des pertes humaines et matérielles dramatiques alors même que le pays du Cèdre est en plein naufrage économique et pris dans un vent de contestation politique depuis la révolution d’octobre 2019.

Dans le contexte de grande fragilité politico-économique que connaît aujourd’hui le Liban, la question de l’accès à l’électricité est essentielle. Celle-ci est au cœur des revendications des Libanais qui dénoncent l’inertie, la gabegie et la corruption qui minent le secteur de l’électricité.

Face aux défaillances du réseau conventionnel et dans l’absence de réformes, un ensemble de solutions diversifiées d’accès à l’électricité s’ancrent dans les pratiques et déstabilisent le système électrique libanais.

Pannes d’électricité de 3 à 20 heures par jour

Au Liban, le secteur de l’électricité est centralisé avec le quasi-monopole d’Électricité du Liban (EDL), établissement public sous tutelle du ministère de l’Énergie et de l’Eau.

Alors même que le pays est électrifié à plus de 99 %, la sous-production et une gestion erratique des infrastructures entraînent des coupures d’électricité de 3 à 20 heures par jour, variables selon les régions et les localités.

En 2018, 37 % de la demande en électricité n’était pas couverte par EDL, et si la production n’augmente pas, en 2025 56 % de la demande restera insatisfaite

Lourdement touché par la guerre civile puis la guerre de 2006, le secteur de l’électricité libanais accumule aujourd’hui les mauvaises performances techniques et financières, et doit être restructuré depuis près de 20 ans.

EDL, second poste de la dette publique

Les pertes techniques et non techniques sont estimées à 40 % du total de la production, notamment dues à des problèmes de gestion des infrastructures comme le retard de paiement, le non-paiement et le vol d’électricité. En outre, le tarif conventionnel demeure inchangé depuis 1994 avec un tarif de revente de 9 centimes de dollar par kilowatt-heure (kWh) pour le consommateur, alors que le coût de production est en moyenne de 18 centimes de dollar le kWh pour EDL. Enfin, avec 96 % de l’énergie primaire importée et un modèle majoritairement fossile, la production nationale reste dépendante de l’étranger.

En conséquence, l’opérateur national EDL est le second poste de la dette publique : les transferts du bon du Trésor libanais vers EDL sont estimés entre 1,5 et 2 milliards de dollars par an.

Les coupures pèsent sur l’ensemble de l’économie libanaise avec des factures énergétiques très élevées pour les entreprises et les ménages.

Des pénuries aux conséquences variables sur le territoire

La structure tarifaire d’EDL et le rationnement en électricité géographiquement différencié se traduisent par un subventionnement des gros consommateurs et plus particulièrement ceux habitant Beyrouth.

Actuellement, le système de redistribution d’EDL est régressif avec un coût de production doublement supérieur au tarif de revente EDL. Ce sont donc les grands consommateurs, et les territoires les moins rationnés qui profitent de ce tarif implicitement subventionné, alors que les tarifs au kWh des groupes électrogènes privés présents sur l’ensemble du territoire dépassent de trois à quatre fois les prix d’EDL (en moyenne 0,20 $/kWh pour un générateur individuel ; entre 0,25 et 0,30 $/kWh pour un consommateur abonné aux générateurs collectifs).

Quartier de Bourj Hammoud
Quartier de Bourj Hammoud Beyrouth : la prolifération de câbles témoigne de l’état du système électrique. Pxfuel, CC BY

Mais depuis plusieurs semaines, face à l’incapacité d’EDL d’assurer un approvisionnement en fioul pour ses centrales de production, le rationnement en électricité s’est sévèrement aggravé avec des coupures de 20 heures par jour plongeant dans l’obscurité l’ensemble des ménages libanais.

Malgré la pression des bailleurs de fonds internationaux pour restructurer le secteur de l’électricité, les controverses juridiques, le manque de ressources et l’instabilité politico-économique ont jusqu’à présent empêché la mise en œuvre des réformes nécessaires (restructuration du tarif, augmentation de la production, réhabilitation des infrastructures existantes).

Le fructueux marché des générateurs

En raison de la dégradation structurelle du réseau conventionnel d’électricité, émergent au Liban des pratiques alternatives dans la production, la transmission et la distribution d’électricité.

Développés pendant la guerre civile comme systèmes compensatoires individuels et solidaires, les groupes électrogènes sont progressivement devenus des dispositifs collectifs et marchands de fourniture d’électricité.

En 2019, les générateurs alimentaient 84 % des ménages pendant les heures de rationnement, représentant un marché informel de 2 milliards de dollars par an, 13 200 emplois et 7000 propriétaires.

Les propriétaires de générateurs détiennent aujourd’hui des micro-monopoles territoriaux avec le commerce des abonnements aux générateurs, dont la régulation est assurée par les municipalités sans que cela ne relève d’une compétence propre. En effet, la municipalité a un droit de regard variable sur les tarifs, les infrastructures et le périmètre d’action des propriétaires privés, selon les rapports de force et le jeu politique local. C’est pourquoi la relation marchande entre propriétaire privé, consommateur et municipalité varie selon les territoires et les logiques qui la régulent (confessionnelle, capitaliste, etc.).

Le développement des énergies renouvelables

Parallèlement, les ménages, les grandes entreprises voire les municipalités se dotent de systèmes de production renouvelable locale depuis une dizaine d’années.

En étroit partenariat avec la Banque Centrale du Liban et les bailleurs de fonds actifs sur le territoire, les acteurs publics ont mis en place des politiques incitatives et non contraignantes pour encourager les acteurs privés à investir dans les énergies renouvelables (prêt vert, net metering, appel d’offre).

Avec un retour sur investissement de 3,5 à 7 ans, les systèmes photovoltaïques en réseau avec groupe électrogène diesel (pour sécuriser la production pendant les intermittences) se sont massivement déployés sur l’ensemble du territoire libanais et dans une grande diversité de secteurs d’activité. Ces dispositifs permettent de bénéficier de l’énergie solaire ou du tarif conventionnel à bas coût selon leur disponibilité.

Toutefois, l’augmentation drastique du délestage en 2020 tend à favoriser le développement de dispositifs autonomes et déconnectés du réseau conventionnel avec solution de stockage (batteries).

Répartition de la capacité photovoltaïque par type d’activités en 2018. Alix Chaplain, Author provided

Si le tarif conventionnel très bas incite peu à investir dans les énergies renouvelables, ces dernières sont très rentables dans les territoires les plus rationnés. Le coût unitaire de production de l’énergie solaire était en moyenne de 9,5 centimes de dollars par kWh en 2018. Avec le tarif subventionné, moins le réseau EDL est disponible et plus le retour sur investissement d’un dispositif renouvelable est rapide car les factures associées aux générateurs sont très élevées.

Le développement des énergies renouvelables pourrait donc potentiellement rééquilibrer les inégalités territoriales associées aux pénuries aggravées dans certaines régions libanaises. Toutefois, avec un tarif moyen en 2019 de 900 dollars par kWc installé, ces dispositifs restent coûteux et nécessitent des capacités d’investissement importantes (entreprises industrielles et commerciales, institutions publiques, ménages aisés). En conséquence, les dispositifs photovoltaïques sont très développés dans le gouvernorat du Mont-Liban et dans le caza (districts) de Saïda et Zahlé, qui ne sont pourtant pas les plus rationnés en électricité.

Des logiques de pouvoir local dans l’accès à l’électricité

Les configurations de fourniture électrique sont donc de plus en plus hétérogènes et différenciées spatialement sur l’ensemble du territoire national. Cette diversification des systèmes répond à un double objectif de sécurité énergétique et/ou de réduction de la facture pour les consommateurs individuels (entreprise ou ménage) ou collectifs (municipalité).

Mais les modes d’accès à l’électricité sont aussi régulés par diverses logiques de pouvoir et sont issues de stratégies de territorialisation variées.

Le développement des énergies renouvelables mais aussi du commerce des abonnements aux générateurs résulte de stratégies de conquête de marché pour certains acteurs capitalistes (installateurs d’équipement ENR, concessions d’électricité ou propriétaires privés de générateurs), d’une logique de développement local, de participation communautaire voire de patronage politique pour certaines municipalités ou encore d’une volonté de coopération internationale notamment pour les projets renouvelables à l’initiative du PNUD (projet CEDRO et DREG). Ces acteurs font toutefois face à de fortes résistances du secteur public à la décentralisation des systèmes énergétiques.

Vers un service d’électricité universel et fiable ?

Ainsi, alors que la restructuration du secteur de l’électricité est attendue depuis plus de 20 ans, une multiplicité d’acteurs conduisent à une transformation par le bas du système électrique libanais et incitent l’État à réguler une forme plus polycentrique d’approvisionnement.

Alors que l’aide internationale s’organise suite à l’explosion du 4 août et que les bailleurs de fonds réclament des réformes, quelles sont les perspectives à venir concernant le secteur de l’électricité ?

Entre attachement à un service public d’électricité centralisé et constat d’une privatisation et décentralisation de facto, comment assurer le maintien d’un service fiable et accessible pour tous ?

Si les nombreuses expérimentations en cours sur le territoire libanais ouvrent à de nouvelles perspectives, l’absence de régulation publique risque d’entraîner le creusement des inégalités socio-territoriales.

Un risque accru de fragmentation sociale

À Beyrouth seulement 54,1 % des ménages sont abonnés à un générateur et ne paient que 3 heures de consommation pendant les coupures. Dans le Sud-Liban 93,2 % des ménages recourent à un abonnement aux générateurs avec une facture élevée du fait des longues heures de délestage.

L’accès à ces services alternatifs, générateur ou ENR, reste par ailleurs limité à des ménages relativement aisés. C’est pourquoi la différenciation croissante du service d’électricité (qualité et gamme de prestations) avec un phénomène d’individualisation des pratiques et de constitution de territoires exclusifs peut donc conduire à un accroissement des fragmentations sociales, économiques et territoriales.

Dans un cadre régulé et en coexistence avec le réseau conventionnel, ces configurations de fourniture d’électricité hétérogènes apparaissent actuellement comme une solution aux problèmes du secteur de l’électricité.

Alix Chaplain, Doctorante en sociologie et études urbaines, CERI, Sciences Po, Sciences Po – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Les groupes électrogènes : une technologie d’appoint en voie d’hybridation et de mondialisation

Ce billet résume les principaux acquis d’un étude (en ligne sur HALSHS) préparée dans le cadre des réflexions menées par l’ANR Hybridelec autour de l’hybridation des systèmes électriques dans des villes de pays en développement et émergents. Ce travail s’intéresse spécifiquement aux groupes électrogènes (GE) qui, dans ces pays où les réseaux conventionnels peinent à universaliser l’accès aux services essentiels, sont à la base de différentes configurations alternatives de production et de distribution d’électricité. Fixes ou mobiles, ces appareils sont principalement utilisés pour produire une source autonome d’électricité en complément ou de façon totalement indépendante aux réseaux. Cette fonction initiale subalterne vis-à-vis des modèles dominants de production et de fourniture d’électricité explique sans doute pourquoi ces petits objets ont été, à l’inverse, des macro-systèmes techniques, peu étudiés par les sciences sociales, y compris dans le champ des STS (Science and Technical Studies).

Du point de vue des sources analysées, l’étude exploite un corpus de données diverses. Les aspects techniques ont été synthétisés à partir de sites internet spécialisés, de sites des fabricants, de magasines professionnels, d’articles de presse ou de rapports d’institutions internationales. Les informations relatives au marché des groupes électrogènes proviennent essentiellement de deux bases de données statistiques : la première est produite par la Banque Mondiale (http://www.enterprisesurveys.org/) et indique le taux de pénétration des générateurs dans le secteur industriel, commercial ou tertiaire des pays aux revenus bas ou intermédiaires ; la seconde est constituée des informations recueillies par la société de consulting Mordor Intelligence qui nous a livré un échantillon de données personnalisées présentant la valeur totale (en $) des importations et des exportations de GE diesel de différentes puissances (< 75 kVA, entre 75 et 375 kVA, > 375 kVA) entre 1997 et 2017. Les données sont désagrégées à l’échelle de 26 pays dont 8 pays industrialisés (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Allemagne, Australie, France, Norvège, Israël), 13 pays « émergents » (Inde, Pakistan, Afrique du Sud, Turquie, Russie, Emirats Arabes Unies, Indonésie,  Mexique, Chine, Corée du Sud, Chili, Liban, Iran) et 5 pays pauvres (Nigéria, Bénin, Sénégal, Thaïlande, Bangladesh)

La première partie de l’étude présente les principales caractéristiques de fonctionnement de cette technologie méconnue. Quels éléments matériels et procédés techniques permettent aux groupes électrogènes de produire du courant électrique ? Quelles sont les propriétés différenciées de ce courant en fonction des combustibles utilisés et des contextes d’implantation des groupes électrogènes ? Ces notices techniques rappellent ainsi ce qui distingue courant continu/alternatif, monophasé/triphasé, détaillent les indicateurs de puissance (Voltampère/Watt) ainsi que les différents types de ressources, combustibles fossiles ou énergies renouvelables, capables d’alimenter les moteurs thermiques. En pointant par ailleurs une série de progrès technologiques (dont l’introduction des régulateurs et des onduleurs de tension) qui ont récemment contribué à améliorer le rapport taille/poids/puissance des groupes électrogènes, nous mettons en avant la capacité de ces petits objets à s’adapter aux transformations contemporaines de la demande d’électricité (hausse des consommations, diffusion des appareils électroniques) ainsi qu’à des politiques énergétiques orientées vers la valorisation de systèmes de production plus petits et plus sobres tout en s’ajustant aux objectifs prioritaires de sécurisation énergétique et d’individualisation de l’offre d’électricité aux besoins locaux. Les fabricants industriels insistent sur le caractère innovant et moderne d’une technologie qui, loin d’être obsolète, présente l’avantage de la flexibilité qui passe par le couplage avec différents types de flux et de systèmes techniques et celle de la modularité, c’est-à-dire la capacité des GE à se transformer en des systèmes plus grands/puissants (micro-grid) soit par effets d’addition/de couplage entre différentes unités, soit par hybridation avec d’autres systèmes énergétiques.

Source: Worldwide Independent Power Magazine

Une deuxième partie évoque l’émergence de petits systèmes électriques hybrides nés de l’association entre des groupes électrogènes, des sources d’énergies renouvelables et des unités de stockage. Cette forme d’hybridation présente l’avantage de minimiser les inconvénients respectifs des technologies combinées (principalement sous la forme de groupes électrogènes diesel avec du solaire photovoltaïque), c’est-à-dire la dépendance au carburant, à ses variations de prix et à la dégradation rapide du rendement de puissance dans le cas des groupes électrogènes et l’intermittence de la production dans le cas des ENR. Le couplage des deux est censé favoriser l’ajustement de l’offre d’électricité à la variation de la demande et ainsi réduire significativement la consommation de combustible (de 50 à 85% selon les contextes) et les émissions de CO2, tout en améliorant la qualité du service. Si la réduction drastique des coûts de production des batteries et des technologies renouvelables incite les industriels à investir dans ce secteur, le développement des mini-réseaux de distribution hybride est freiné par des difficultés d’ordre technique, économique et politique. La dynamique d’hybridation des groupes électrogènes est de fait encore marginale et semble cantonnée à des projets d’électrification rurale, notamment dans les régions fortement ensoleillées d’Afrique Sub-Saharienne et du Moyen-Orient sous la forme d’une combinaison GE diesel/panneaux photovoltaïques.

Source: Mordor Intelligence; GE Diesel toute puissance confondue

Une troisième et dernière partie dresse un état des lieux de l’organisation mondiale du marché des groupes électrogènes alimentés au diesel, ces derniers représentant en 2017  plus de 80% de la production et des ventes totales. Est ainsi proposée une lecture géographique et quantifiée des circuits d’importation et d’exportation des groupes électrogènes selon leurs usages finaux. Il ressort de cette analyse que les dynamiques structurant les modalités de diffusion et d’implantation des GE (fort développement du commerce mondial depuis le début du XXIème siècle, position dominante des pays industrialisés au sein des filières de production et de distribution, montée en puissance des pays émergents en tant que producteurs et consommateurs) semblent liées à un phénomène commun d’urbanisation planétaire. Il est intéressant nous semble-t-il de prendre au sérieux et d’interroger à l’avenir cette hypothèse de l’existence d’une relation entre urbanisation et développement du commerce des générateurs au moins pour trois raisons :

  1. parce qu’elle structure les représentations et les stratégies économiques/commerciales des fabricants industriels comme en témoigne ces affiches où l’espace urbain et la fabrique urbaine sont présentées comme des espaces privilégiés d’installation/d’utilisation de ces objets
Source: Worldwide Independent Power Magazine

2. parce qu’elle remet en cause la perception dominante d’une technologie majoritairement destinée aux milieux ruraux et dont le développement serait entièrement guidé par des choix individuels de ménages cherchant une alternative à l’absence de réseau électrique. D’autres réalités sociales, économiques, techniques en prise direct avec un phénomène plus collectif (et donc politique) d’urbanisation participeraient aussi de la construction de cette demande croissante de GE.

3. parce-qu’en tant que phénomène généralisé à l’ensemble de la planète, l’urbanisation fait des GE une technologie mondialisée, qui n’est pas l’apanage des pays pauvres/ou en voie de développement où ils sont directement visibles dans le paysage urbain pour pallier les coupures fréquentes de courant. Qu’ils servent à sécuriser une fourniture d’électricité ininterrompue dans des infrastructures aussi diverses que des aéroports, data-center, complexes immobiliers, commerciaux ou industriels ou lors d’événements sportifs internationaux, les groupes électrogènes viennent pallier la vulnérabilité intrinsèque de ces infrastructures qui garantissent l’insertion des villes dans les flux de la mondialisation et qui pour cela nécessite une alimentation continue. Derrière la digitalisation, la financiarisation et la dématérialisation des structures économiques des plus grandes métropoles du Nord (comme certaines du Sud au demeurant), on retrouve donc des GE qu’une affiche publicitaire présente comme « la meilleure option pour garantir un courant électrique de soutien et d’urgence en termes de coût, de flexibilité et de réactivité ».

Source: Worldwide Independent Power Magazine