Retour de mission au Bihar (Inde): Quelles dynamiques pour les systèmes alternatifs dans un contexte d’expansion du réseau conventionnel?

Cette note vise à résumer les principales observations et hypothèses issues de deux terrains menés dans le district de Bhagalpur, dans l’Etat du Bihar en Inde, le premier en décembre 2018 et le second en février 2019. Ce district connaît actuellement une expansion rapide du réseau électrique conventionnel sous l’impulsion des Etats central et fédéré. L’objectif de ces deux premiers terrains était d’identifier, dans ce contexte, les différents systèmes alternatifs d’accès à l’électricité présents (solaire, groupes électrogènes, batteries) et leurs dynamiques. Comment ces différents systèmes sociotechniques font-ils face à l’amélioration de l’approvisionnement ? Nos observations nous conduisent vers l’analyse d’une transition non-linéaire, avec une très grande diversité des systèmes disponibles et des modèles de diffusion/disparition/résistance. L’hybridation des pratiques énergétiques, profondément ancrée dans les pratiques quotidiennes, n’est remise en cause que partiellement par l’amélioration du réseau conventionnel dans un contexte de forte défiance à l’égard de la puissance publique. Nous commencerons cette note en présentant le lieu d’étude et nos terrains, avant de nous tourner vers les différents systèmes alternatifs disponibles et leurs dynamiques.

Présentation de la zone d’étude

Le district de Bhagalpur

Situé à l’Est du Bihar, à la frontière avec le Jharkhand, le district de Bhagalpur a selon le recensement de 2011, une population d’un peu plus de trois millions d’habitants, à plus de 80% rurale. Le district est composé de trois subdivisions administratives: Bhagalpur Sadar et Kahalgaon situées au sud du Gange, et Naugachia, située entre le Gange au sud et la rivière Kosi au nord. Nos terrains se sont pour l’instant concentrés sur la subdivision de Bhagalpur Sadar et plus particulièrement sur les agglomérations de Sultanganj (env. 61 000 habitants), Bhagalpur (env. 500 000 habitants) et Akbarnagar (env. 38 000 habitants)[1]. Le textile, et en particulier la soie, est la principale activité industrielle du district. Parmi les autres activités économiques, on compte l’agriculture et l’agro-industrie. La ville de Bhagalpur est également aussi un centre régional important pour l’enseignement supérieur.

Un réseau conventionnel qui s’améliore

Tandis que l’approvisionnement en électricité via le réseau conventionnel était encore de 10 à 15 heures par jour seulement il y a quelques années, la plupart de nos interlocuteurs estiment aujourd’hui la durée quotidienne de l’approvisionnement à 18/22h pour les villes et zones périurbaines d’étude avec des coupures courtes mais non-annoncées. Plusieurs résidents se plaignent cependant de la qualité de l’approvisionnement, signalant en particulier des fluctuations importantes de tension. Il semble qu’il y ait en outre un effet saisonnier : la très forte augmentation de la demande pendant la période estivale (ventilateurs, air conditionné, etc.) tendrait à réduire la qualité de l’approvisionnement et à augmenter le nombre de coupures longues.

Bien que l’approvisionnement via le réseau conventionnel se soit amélioré, la compagnie de distribution connaît encore de grosses difficultés de facturation. Cela n’est pas spécifique au district de Bhagalpur : l’ingénieur en charge du département des recettes à Patna, la capitale du Bihar, estime ainsi qu’environ 40% des clients ne paient pas leurs factures. L’ingénieur d’une des subdivisions électriques de Bhagalpur estime quant à lui qu’il perçoit 50 à 60 millions de roupies par mois, tandis qu’il facture l’équivalent de 80 à 90 millions de roupies d’électricité, soit un ratio d’environ 60%. Bien qu’officiellement, les débranchements aient lieu au bout de deux mois, sur le terrain, les ingénieurs expliquent qu’ils ne débranchent qu’au bout de 6 mois environ et se concentrent sur les clients avec les plus gros arriérés.

Un technicien de la compagnie de distribution répare un branchement à Bhagalpur (B.Girard, CC)

Enfin, notre terrain suggère que les usagers ont une très faible confiance dans le réseau. Nombreux sont nos interlocuteurs qui mentionnent la possibilité de coupures longues, pouvant durer plusieurs jours pendant la période estivale. Comme nous le verrons, le dynamisme du marché des batteries et le maintien du marché des groupes électrogènes semblent confirmer ce manque de confiance des consommateurs dans la durabilité de l’amélioration. Les ingénieurs de terrain décrivent par ailleurs des relations très tendues avec les usagers : les ingénieurs d’une des subdivisions électriques de Bhagalpur nous expliquent ainsi être très régulièrement interpelés et injuriés par les usagers.

Présentation des terrains

Comme indiqué plus haut, l’objectif de ces deux premiers terrains était d’identifier les différents systèmes sociotechniques utilisés par les résidents et commerçants pour pallier les manquements du réseau conventionnel, remplacer ce dernier ou simplement, réduire leur facture, et de comprendre leurs dynamiques dans un contexte d’expansion rapide du réseau conventionnel. Pour cela, nous avons réalisé deux séjours sur le terrain : un premier en décembre 2018 (du 30/11 au 14/12 – d’abord à Patna, puis dans le district de Bhagalpur) et un second en février 2019 (du 03/02 au 18/02 – uniquement dans le district de Bhagalpur). Au cours de ces deux terrains, nous avons rencontré une diversité d’acteurs : des ingénieurs et employés de la compagnie électrique de distribution, des ingénieurs et employés de l’agence des énergies renouvelables, des représentants des administrations locales, des commerçants, résidents, gérants de mini-réseaux diesel, gérants d’entreprises spécialisées dans le solaire, etc.

Ces interactions nous ont permis d’observer différents systèmes techniques (solaire connecté au réseau, solaire hors-réseau, batteries, groupes électrogènes), installés par une diversité d’acteurs (ménages, petits commerçants, ateliers, agences publiques, etc.) pour différentes raisons (back-up, réduction des factures, absence d’accès au réseau conventionnel, réduction de la pression sur le réseau conventionnel, etc.) Nous présentons ici quelques-uns de ces résultats.

Le solaire: un secteur en évolution

Nous avons pu observer sur le terrain la très grande diversité des systèmes solaires disponibles pour les ménages et commerçants, et dès lors, la diversité du marché. Parmi les produits les moins chers, on trouve de petites lampes solaires dépliables qui coûtent quelques centaines de roupies et sont principalement utilisées par les clients les plus pauvres (habitants de quartiers informels, vendeurs de rue, etc.) dans des contextes d’absence du réseau conventionnel. À cela s’ajoute des lanternes légèrement plus sophistiquées (prix 2000/2500Rs), utilisées en supplément du réseau conventionnel ou en cas de coupure. Plus complexes que ces premiers systèmes indépendants d’éclairage, des systèmes composés d’un panneau solaire, d’une batterie externe et d’un convertisseur (dits « Solar Home Systems ») coûtent quelques milliers à quelques dizaines de milliers de roupies. Il ne s’agit plus uniquement d’éclairer, mais aussi d’approvisionner des équipements tels que des ventilateurs ou une télévision en cas de coupure. Enfin, on remarque le développement récent des toits solaires (connectés au réseau ou avec batteries) d’une capacité minimum de 1kW, dont l’objectif peut être de réduire l’approvisionnement par le réseau des bâtiments publics et des ménages les plus aisés – et donc les factures -, d’alléger la pression sur le réseau conventionnel, ou parfois, dans le cas des systèmes avec batteries, d’assurer une certaine autonomie à l’égard de ce dernier.

Dans le contexte de l’amélioration de l’approvisionnement via le réseau conventionnel, nos terrains nous ont permis d’observer l’évolution du marché du solaire à Bhagalpur à la fois en terme de prix, de complexité des systèmes et de clientèle. En effet, bien que les produits les moins onéreux (lanternes solaires, lampes d’urgence et petits systèmes solaires pour recharger des téléphones portables – souvent vendus par des magasins de proximité, sans aucune garantie) continuent à se vendre (même si le marché baisse), car ils s’adressent aux populations les plus pauvres qui n’ont toujours pas accès à l’électricité, les produits que nous pourrions appeler « milieu de gamme », comme les Solar Home Systems, sont en forte perte de vitesse[1]. À l’inverse, nous pouvons observer le début de la diffusion des toits solaires dans le district de Bhagalpur. Leur développement concerne pour l’instant une clientèle limitée :

  • D’une part, quelques entreprises d’envergure nationale qui ont investi tôt dans cette technologie, comme la compagnie nationale des chemins de fer, la compagnie pétrolière nationale ou certains groupes de télécommunication ;
  • D’autre part, le secteur public, avec l’installation de toits solaires sur de nombreux bâtiments comme le tribunal civil, le bureau du District Magistrate, l’université, etc.
  • Et enfin, les ménages, avec d’une part, quelques innovateurs aisés qui peuvent investir des sommes importantes sans nécessairement demander d’emprunt auprès des banques ou de subventions auprès de la puissance publique, et d’autre part, les bénéficiaires des premiers programmes de subvention de l’agence des énergies renouvelables.
Les panneaux solaires sur le toit du tribunal civil de Bhagalpur (B.Girard, CC)

Ainsi, tandis que le marché des toits solaires a connu un développement rapide dans d’autres régions indiennes depuis quelques années, il est encore très restreint à Bhagalpur. Les différents acteurs privés impliqués dans leur développement, peu nombreux et de petite taille, sont en outre encore dans un processus d’apprentissage. Cela entraîne des retards, des erreurs de planification, une méconnaissance des politiques de subvention et de régulation et des choix techniques parfois réalisés sans information précise sur les différents systèmes disponibles. Ce déficit de compétences techniques au sein du secteur privé est probablement l’un des freins au développement du solaire à Bhagalpur à l’heure actuelle, puisque comme le démontre l’étude menée par WRI India (2018), les ménages qui investissent dans le solaire ont une forte préférence pour les entrepreneurs locaux[2].

Nos terrains nous ont par ailleurs permis d’observer l’importance des réseaux personnels dans la diffusion dans l’espace de ces technologies et des informations les concernant. C’est ainsi en observant des systèmes de toits solaires dans d’autres Etats fédérés que deux de nos interlocuteurs ont décidé d’investir eux-mêmes. Ces mêmes innovateurs agissent ensuite comme des ambassadeurs, en décidant d’installer de nouveaux systèmes ou en en parlant autour d’eux auprès de leurs collègues, voisins, etc. Nos prochains terrains à Bhagalpur nous permettront donc de continuer à observer cette dynamique de diffusion de la technologie des toits solaires dans le district.

Si le bouche-à-oreille est le facteur central de diffusion dans le secteur du solaire, l’agence des énergies renouvelables du Bihar joue néanmoins pour l’instant un rôle important dans la structuration du marché, malgré des ressources très limitées au niveau local (deux employés : un ingénieur et un technicien), et une forte défiance d’une large partie de nos interlocuteurs à l’égard de la puissance publique. Cela s’explique par la forte dépendance du marché aux subventions publiques, les systèmes solaires de taille importante restant encore trop onéreux pour de nombreux ménages. Or, le mode de fonctionnement des subventions de l’agence des énergies renouvelables du Bihar est très contraignant pour les bénéficiaires : une fois la subvention accordée, c’est l’agence qui décide de l’installateur, du produit et qui garde le contrôle sur tout le processus d’installation. De ce fait, l’agence des énergies renouvelables joue un rôle important dans la sélection/définition des acteurs privés et produits pertinents (pompes solaires, toits solaires connectés au réseau ou avec batteries, etc) et dans leur diffusion.

Les mini-réseaux diesel: des systèmes en perte de vitesse? 

Nos deux terrains dans le district de Bhagalpur nous ont permis d’observer plusieurs mini-réseaux approvisionnés par des groupes électrogènes, que nous appellerons mini-réseaux diesel. Il est d’abord important de noter que ces mini-réseaux diesel sont très divers à la fois par la complexité de leurs systèmes techniques, leurs tarifs et leur clientèle. Certains mini-réseaux proposent en effet un simple service d’ampoule (une ampoule est installée chez le client et allumée de 17/18h à 22h), tandis que d’autres proposent un service complexe de back-up pouvant atteindre 10kVA. Les tarifs quant à eux peuvent varier de 70 roupies à plusieurs milliers de roupies par mois. Ces mini-réseaux tirent une part importante (voire la totalité) de leurs revenus d’une clientèle commerciale, s’adressant pour certains aux gros et moyens commerçants des zones les plus commerçantes, qui ont en général plusieurs sources d’électricité (réseau conventionnel, systèmes de batterie et réseau diesel), tandis que d’autres ciblent les petits commerçants (et les ménages) qui n’ont pas de système individuel de back-up ou les commerçants les plus pauvres qui utilisent ces systèmes, car ils n’ont accès à aucune autre source d’électricité (vendeurs de rues, commerçants aux installations informelles, etc.) Ces mini-réseaux sont souvent le fait d’initiatives locales de résidents avec quelques compétences techniques et se sont généralement développés en dehors de tout contrôle de la puissance publique.

Le tableau électrique d’un mini-réseau diesel (B.Girard, CC)

La plupart sont actuellement en perte de vitesse. Nos différentes interactions avec les gérants et leurs clients semblent en effet indiquer la disparition de très nombreux mini-réseaux et la réduction progressive de la clientèle des réseaux existants. Nous pouvons cependant identifier un certain nombre d’éléments qui favorisent le maintien de ces systèmes dans un contexte d’amélioration du réseau conventionnel. Cela inclut :

  • le passage d’un marché très compétitif à un marché beaucoup plus restreint. Ce resserrement du marché explique en partie la capacité de certains de ces réseaux à se maintenir, puisqu’ils ont désormais un monopole dans leur zone d’approvisionnement.
  • les spécificités du secteur commercial indien, comme l’importance des horaires nocturnes ; la très faible capacité d’épargne des (très) petits commerçants, ce qui rend difficile l’investissement dans des systèmes individuels de back-up ; la forte densité de certains espaces marchands qui rend impossible l’utilisation de groupes électrogènes individuels ; ou encore, l’informalité de l’installation de certains commerces, ce qui les empêchent d’avoir accès à un branchement légal.
  • La forte capacité de ces mini-réseaux à adapter leur offre à la demande. Ainsi, tandis que certains ont un fonctionnement finalement très proche de celui du réseau conventionnel (complexité technique, collecte mensuelle, tarifs en fonction de la consommation et prix élevés), d’autres mini-réseaux moins complexes techniquement ont adapté leurs tarifs et leur fréquence de collection à leur clientèle (collection quotidienne ou bimensuelle, tarif fixe, somme payable en argent ou en kérosène, etc.)
  • Enfin, la résilience des mini-réseaux diesel tient à leur intégration forte dans la société à laquelle ils apportent un service. Nos terrains nous ont en effet permis d’apercevoir la forte dimension relationnelle de leur fonctionnement: arrangements entre gérants et clients, interactions entre gérants, approvisionnement gratuit pour les lieux de culte, rapports de caste, économie informelle, etc. Cette dimension nous semble importante, car elle permet de comprendre en partie des comportements qui n’apparaissent pas entièrement rationnels autrement, comme par exemple, ces résidents d’Akbarnagar qui continuent de payer 70/rs/mois pour une ampoule de 18h à 22h alors qu’ils affirment avoir 20 à 22h d’électricité par jour via le réseau conventionnel, ou ces commerçants d’un des marchés principaux de Bhagalpur qui paient autant voire plus pour le système de back-up que pour le réseau conventionnel ; etc.

Les batteries: un marché qui se porte bien

Le marché des batteries (communément appelées ‘inverters’) bénéficie de l’amélioration de l’approvisionnement via le réseau conventionnel. En effet, la plupart des ménages et des petits commerçants ne cherchent plus des systèmes autonomes pour pallier les manquements massifs du réseau conventionnel (comme par exemple un « Solar Home System »), mais des systèmes de back-up pour des coupures courtes. Le marché pour ces batteries semble ainsi avoir explosé au cours des 5/10 dernières années, ce qui est aussi visible dans l’espace urbain : nous avons pu compter une dizaine de magasins de batteries (vendant des batteries à la fois pour les voitures, les rickshaws et les ménages) sur l’une des artères principales de Bhalgalpur. Concernant les systèmes de back-up pour ménages, les commerçants avec qui nous avons discuté décrivent un marché dynamique, tourné vers une clientèle urbaine, diverse par ses origines sociales et ses capacités financières.

Un magasin de batteries à Bhagalpur (B.Girard, CC)

Nos terrains nous ont en outre permis de récolter des informations sur des systèmes collectifs d’approvisionnement en électricité via batteries qui ont existé par le passé, mais ont progressivement disparu avec l’amélioration de l’électricité et l’arrivée des modèles récents de batteries. Certains magasins proposaient par exemple des services de location/recharge de batteries : pour quelques dizaines de roupies, on pouvait louer une batterie pour une journée, ce qui permettait d’alimenter plusieurs ampoules lors d’une fête religieuse ou de famille. Un gérant de mini-réseau diesel raconte quant à lui avoir commencé son commerce de vente d’électricité avec des batteries auxquelles étaient branchés ses clients et qu’il rechargeait pendant la journée. Il a cependant rapidement abandonné les batteries pour un groupe électrogène, qui lui permettait d’augmenter sa clientèle.

Conclusion: une transition non-linéaire

Nos deux terrains nous ont ainsi permis d’observer dans le district de Bhagalpur  une forte hybridation des pratiques énergétiques et ce que nous pourrions appeler une transition non-linéaire. Par ce terme, nous entendons la présence simultanée dans l’espace urbain de très nombreux systèmes d’accès à l’électricité, certains, fondés sur des énergies fossiles, présents depuis longtemps et dont l’objectif initial était de pallier l’absence ou l’échec du réseau conventionnel, d’autres plus récents comme les toits solaires. Les dynamiques de ces systèmes dans un contexte d’expansion du réseau conventionnel divergent selon les espaces (disparition progressive, résilience, développement/diffusion). Cette diversité est nourrie par le manque de confiance des ménages et commerçants dans le réseau conventionnel, par la présence importante d’installations informelles et par les objectifs naissants de réduction de la pression sur le réseau conventionnel (pour le secteur public) ou de réduction des factures (pour les ménages).

Dans le secteur du solaire, on observe une transition de la vente de systèmes individuels par des commerçants locaux à des ménages et petits commerçants ruraux à d’importants systèmes, subventionnés par la puissance publique et installés par des entreprises de taille grande ou moyenne, ou par quelques innovateurs aisés, souvent en zone urbaine. Il ne s’agit dès lors plus d’accéder à l’électricité mais de réduire la pression sur un réseau conventionnel désormais fonctionnel. Ces développements semblent en outre d’abord répondre à des enjeux économiques et techniques plutôt qu’à des arguments environnementaux. En ce qui concerne les mini-réseaux diesel, bien qu’ils soient en perte de vitesse, certains réussissent à se maintenir, soit en proposant une alternative collective aux systèmes individuels de back-up, soit en approvisionnant en électricité des populations qui n’ont accès à aucune autre source d’énergie pour s’éclairer. Enfin, le marché le plus dynamique semble être celui des systèmes batteries / convertisseurs pour les ménages et petits commerçants. Tandis que, pour certaines catégories de population (ménages, petits commerçants), ces batteries semblent progressivement remplacer les autres solutions alternatives, comme un branchement à un mini-réseau diesel, elles viennent, pour d’autres (gros et moyens commerçants), s’ajouter à des pratiques électriques déjà hybrides.

Ces premiers éléments donnent de nombreuses pistes pour nos prochains terrains : mieux identifier les conséquences des dynamiques spatiales et du contexte socio-économique sur les différents systèmes étudiés ; mieux comprendre les dynamiques qui favorisent le maintien des pratiques hybrides dans un contexte d’amélioration du réseau conventionnel (inertie, défiance à l’égard de la puissance publique, coût social, etc.) ; comprendre les importantes disparités en terme de développement du solaire entre les régions indiennes (et même peut-être entre les districts du Bihar, à vérifier) ; etc.

 

[1] Ces estimations s’appuient sur les agglomérations identifiées par la base de données Indiapolis et les chiffres du recensement de 2011. En l’absence de données plus récentes, elles sont probablement des sous-évaluations.

[1] Il faut souligner que bien que la vente de ces systèmes soit en baisse, leur utilisation semble se maintenir : les quelques ménages ayant investi dans des « solar home systems » que nous avons pu rencontrer continuent en effet à les utiliser. Cela est aussi favorisé par l’une des caractéristiques du marché du solaire : les très longues périodes de garantie pour les panneaux, 20 à 25 ans en général.

[2] WRI India, « Here comes the sun. Residential consumers’ experiences with rooftop solar pv in five Indian Cities», 2018 : https://www.wri.org/publication/here-comes-the-sun