[Parution] Effondrement infrastructurel et interdépendance des réseaux : leçons du Liban en temps de blackout

Nous sommes heureux d’annoncer une nouvelle publication en lien avec le projet Hybridelec.

Verdeil, Éric. « Le sens de l’événement. Effondrement infrastructurel et interdépendance des réseaux : leçons du Liban en temps de blackout », Flux, vol. 128, no. 2, 2022, pp. 66-74.

Via ce lien, accès gratuit jusqu’au 8 juillet 2022.

Premières lignes:

Dimanche 10 octobre 2021, de nombreux médias internationaux ont fait des gros titres sur le blackout complet du réseau électrique public du Liban : plusieurs centrales à court de combustible ayant cessé de tourner, la faible production restante n’était plus suffisante pour maintenir l’équilibre du réseau. Électricité du Liban (EDL), l’entreprise publique nationale d’électricité, avait mis en garde depuis longtemps contre l’inéluctabilité de cet effondrement si elle ne pouvait importer plus de combustible. Certains internautes libanais s’étonnaient toutefois de cette mise à la une  : pour eux, cet événement n’en était pas un, puisque depuis des mois, et même des années, l’opérateur public ne fournissait plus que quelques heures de courant par jour, et que l’essentiel de leur électricité provient de générateurs privés. Depuis l’été, même ces solutions alternatives ont subi des intermittences, étant elles aussi touchées par la pénurie de carburant et la hausse des coûts d’approvisionnement.

Pour comprendre cette crise énergétique, ce qu’il convient d’expliquer est la combinaison et le renforcement de ces défaillances, sur fond de crise financière politique majeure, que la Banque Mondiale considère comme l’une des trois plus graves depuis 150 ans (World Bank, 2021). Cette situation paroxystique offre une fenêtre pour analyser ce que le fonctionnement des infrastructures doit à l’interdépendance des réseaux (objet de ce dossier de la revue Flux), en se situant plus particulièrement dans le champ d’étude sur les infrastructures en crise (Graham, 2010). La crise illustre d’abord la forte imbrication de réseaux socio-techniques différents, où l’interdépendance est asymétrique : l’effondrement d’un réseau a des conséquences systémiques, soulignant ici la centralité de l’énergie électrique. Mais l’interdépendance concerne aussi des ressources nécessaires au bon fonctionnement des infrastructures, ici en particulier les énergies fossiles qui conditionnent la production d’électricité, tant publique que d’origine privée (Coutard, Florentin, 2022). Enfin, le cas libanais permet d’interroger l’encastrement des réseaux dans des « dynamiques macro-structurelles », notamment les marchés internationaux de gaz et de pétrole, mais aussi le marché des capitaux.

L’originalité et l’intérêt du cas libanais peuvent alors être dégagés. D’abord, la temporalité lente de cette crise, comparée à des catastrophes soudaines qui affectent les pays avancés (d’origine climatique – inondations, vagues de froid – sismique ou tout simplement technologique), permet de mettre en évidence une structure réseautique paradoxalement hyper-connectée (Barles, Guillerme, 2016) pour faire face aux défaillances chroniques. Elle pointe en même temps combien la négligence des infrastructures s’est imposée, depuis une quinzaine d’années, comme un mode de domination politique, rejoignant les analyses de Fregonese (2020). Ensuite cette crise de l’interdépendance des réseaux au Liban met en lumière une caractéristique géographique en même temps qu’énergétique de ce petit pays : son absence d’autonomie énergétique et sa dépendance aux importations, essentiellement fossiles. Cet argument a pour corollaire de placer le fonctionnement des infrastructures dans une économie politique où le coût de l’énergie est dépendant du taux de change, lui-même en décrochage brutal et profond en raison d’un endettement largement produit par une consommation non régulée d’énergie importée. Avant d’aborder ces points d’analyse, revenons sur le déroulement factuel de la crise infrastructurelle libanaise en prenant un peu de recul temporel avant de détailler l’accélération récente .

[New Publication] Urban transition and domestic electrification in East Africa

We are happy to announce Rémi de Bercegol’s publication of

Urban transition and domestic electrification in East Africa: The diversification of energy in the peripheries of Dar Es Salaam

in Territoires en Mouvement, https://journals.openedition.org/tem/8479

This is a translation of the already published article in the same journal : Transition urbaine et électrification domestique en Afrique de l’Est: La diversification énergétique des périphéries de Dar Es Salaam

Abstract:

In the remote districts of the Dar Es Salaam periphery, low density and urban sprawl do not facilitate connection to basic urban infrastructures. Through the analysis of the district of Ilala, this article focuses on the modalities and effects of electrification of these areas located at the end of the network. Strongly supported by the inhabitants, TANESCO’s access to electricity is finally made possible, thanks to the subsidized extension of its networks, thus quickly relegating the few off-grid backup electrical systems (generators, solar systems). But counter-intuitively, the arrival of electricity does not mean that other pre-existing energy sources (such as kerosene and coal) disappear. In these intermediate areas between the city and the countryside, there is rather an ‘energy diversification’, resulting from the widening of the available offers: users quickly adopt electricity to access new services more easily (television, refrigerator, light bulb) while continuing to prefer non-electric energy for other domestic uses (cooking and ironing with coal, for example; or occasional lighting and rapid cooking with kerosene). Less expensive, easily available, requiring minimal equipment, these so-called traditional energies will continue to be used alongside new exclusively electrical uses. This diversification is neglected in the country’s energy strategy, which focuses on electricity despite the financial difficulties in implementing it. Documented in the literature, the explanatory factors of household fuel choices are usually centered on user practices, but more rarely placed in a broader perspective of understanding energy governance. By revealing the structural factors of energy diversification in intermediate spaces undergoing electrification, this article contributes to the reflections on the particularities of the energy transition in order to better understand the particularities of African urbanization.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search