[Parution] Energie électrique décentralisée et réseau municipal : hautes tensions autour d’un bien commun urbain dans la province du Western Cape (Afrique du Sud)

Nous avons le plaisir de signaler la parution de cet article produit dans le cadre du projet soutenu par l’ANR Hybridelec :

Jaglin, S., Dubresson, A., 2021, « Energie électrique décentralisée et réseau municipal : hautes tensions autour d’un bien commun urbain dans la province du Western Cape (Afrique du Sud) », Flux, vol. N° 124-125, n° 2, p. 92‑108.

Résumé:

En un temps de profusion d’usage des concepts de bien commun et de commun(s), il est tentant de mobiliser ces derniers pour analyser les évolutions des réseaux électriques municipaux sud-africains. Après un rappel des relations entre ces concepts et le réseau électrique telles qu’elles sont discutées dans la littérature, l’article établit une distinction entre la notion de bien collectif (l’infrastructure) et celle de bien commun (le projet politique d’intégration urbaine et ses valeurs) dont le réseau est à la fois l’incarnation matérielle et le vecteur sociotechnique en Afrique du Sud. Il montre d’abord qu’au stade actuel, l’essor du solaire photovoltaïque, résultant d’initiatives individuelles de citadins aisés ou de stratégies d’entreprises, ne peut pas être interprété en termes de communs électriques. Il explique ensuite pourquoi la déstabilisation de la fonction municipale de distribution électrique sous l’effet d’une révolution solaire encore mal contrôlée menace l’existence d’un bien commun urbain adossé au réseau depuis 1994. Enfin, revenant sur la distinction proposée entre bien collectif et bien commun, il montre qu’elle est utile pour interpréter les circonstances qui ont rendu possible l’alignement entre un dispositif matériel hérité et les objectifs du projet urbain post-apartheid. En revanche, le concept de commun(s) et celui de bien commun ne permettent qu’imparfaitement de comprendre ce qui se joue, aujourd’hui, dans les réseaux électriques municipaux. Les difficultés qu’éprouvent en effet les municipalités du Western Cape à combiner tous les dispositifs sociotechniques et à réinventer des formes de régulation constitutives d’un nouveau modèle redistributif font craindre une appropriation du solaire PV par les seuls citadins et entreprises qui en ont les moyens financiers. Ainsi pourraient surgir des clubs hors réseau porteurs d’une fracture électrique au sein de villes très inégalitaires.

Summary

Decentralized power and the municipal grid: high tensions around an urban common good in the Western Cape (South Africa)

In a time of profuse use of the concepts of commons and common good, it is tempting to mobilise them to analyse the evolution of South African municipal electricity networks. After a review of the relationship between these concepts and the electricity network as discussed in the literature, the article distinguishes between the notion of collective good (the infrastructure) and that of common good (the political project of urban integration and its values) of which the network is both the material embodiment and the socio-technical vector in South Africa. It first shows that, at the present stage, the rise of photovoltaic solar energy, resulting from individual initiatives by wealthy urbanites or corporate strategies, cannot be interpreted in terms of electric commons. It then explains why the destabilization of the municipal electricity distribution function under the effect of a still poorly controlled solar revolution threatens the existence of an urban common good backed by the grid since 1994. Finally, it returns to the proposed distinction between a collective good and the common good, showing that it is useful for interpreting the circumstances that made possible the alignment between an inherited material infrastructure and the objectives of the post-apartheid urban project. However, the concepts of commons and common good only imperfectly allow us to understand what is at stake today in the municipal electricity networks. Indeed, the difficulties experienced by Western Cape municipalities in combining all the socio-technical devices and in reinventing forms of regulation that constitute a new redistributive model give rise to fears that solar PV will only be appropriated by city dwellers and companies that have the financial means. This could lead to the emergence of off-grid clubs that would create an electricity divide in highly unequal cities.

Villes et crise au Liban, le 22/10/2021 au CERI Sciences Po

L’effondrement financier, économique, infrastructurel et social que connaît le Liban trouve ses racines dans trois décennies de politiques publiques mettant en avant un modèle de développement urbain aux effets délétères. Les interventions à ce séminaire, basées sur des travaux doctoraux en cours, analysent ces choix de politique publique et réfléchissent aux alternatives qui s’esquissent, dans le domaine urbain et énergétique.

Générateur électrique à Mar Mikhael, face au port de Beyrouth, devant un immeuble en reconstruction (cliché Eric Verdeil, juillet 2021)

Le séminaire aura lieu le vendredi 22 octobre au CERI, Sciences Po, salle du conseil, de 14h à 17h. Il est organisé avec le soutien du programme Hybridelec, financé par l’ANR.

Présentations

Petra Samaha, doctorante, CERI Sciences Po : Land as a Cash Machine. The case of Lebanon

Alix Chaplain, doctorante, CERI Sciences Po : La diversification des configurations de fourniture d’électricité au Liban : vers une différenciation territoriale et sociopolitique des pratiques d’accès

Discutant : Jihad Farah, Professeur, Département d’urbanisme, Université Libanaise

Organisateur : Eric Verdeil, Professeur, chercheur au CERI-Sciences Po

Inscription obligatoire via ce formulaire

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search