Alix Chaplain and Eric Verdeil contributed to the seminar Models for Tackling Lebanon’s Electricity Crisis

The Issam Fares Institute for Public Policy at the American University of Beirut hosted a seminar about Models for Tackling Lebanon’s Electricity Crisis, in partnership with the SOAS-Anti Corruption-Evidence initiative. The seminar featered two researchers from AUB working on a project about the recent reform of electricty management in the city of Zahle, which allowed a 24/7 electricity supply through a private company. In addition, Dr Hassan Harajli from UNDP CEDRO and Alix Chaplain, PhD candidate at Sciences Po-CERI and a researcher in the Hybridelec project. Their presented were discussed by Eric Verdeil (Sciences Po CERI and Hybridelec project leader), Jamil Mouawad (AUB) and Pallavi Roy (SOAS University).

Read the Briefing paper: Ahmad, Ali, et al. « Models for tackiling Lebanon’s electricity crisis ». The Policy Practice/Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs, 2021, p. 1‑12.

To know more, read the working paper on Zahle’s model and Alix’ work:

Ali Ahmad, Neil McCulloch, Muzna Al-Masri, Marc Ayoub, From dysfunctional to functional corruption: The politics of reform in Lebanon’s electricity sector, Working Paper Anti-Corruption Evidence. Making Anti-Corruption Real. (2020) 1–55.

Chaplain, Alix. « L’émergence de mini-réseaux hybrides d’électricité au Liban : vers une différenciation territoriale des dispositifs de fourniture énergétique ». Billet. Les carnets de l’Ifpo (blog). En ligne: https://ifpo.hypotheses.org/10952.

La décompression réglementaire sous contrainte dans le secteur électrique sud-africain en 2020. Une chronologie commentée

Ce document de travail expose une chronologie résumée et commentée de la décompression réglementaire dans le secteur électrique en 2020 selon les trois types d’acteurs concernés : les grands producteurs privés ; les petits et moyens producteurs privés ( < 50 MW) ; les municipalités dont le modèle électrique est déjà ébranlé et dont les élus comme les ingénieurs tentent de trouver une position stable dans la durée, d’abord vis-à-vis des producteurs privés, ensuite par rapport à la restructuration en cours d’Eskom. L’acte 1 du processus de séparation légale d’Eskom, qui sera sans doute achevé en décembre 2021, devrait aboutir à une réorganisation de l’achat en gros de l’énergie électrique, de sa revente et de sa distribution aux échelles nationale et locale.

Dubresson Alain, 2021, La décompression réglementaire sous contrainte dans le secteur électrique sud-africain en 2020. Une chronologie commentée. Document de travail de l’ANR Hybridelec, En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03125688

ESKOM en 2020. Les trois fronts de l’opérateur public, une chronique. Document de travail de l’ANR Hybridelec

Ce document prolonge celui consacré à l’évolution d’Eskom en 2019 (https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02390654 ; voir aussi ce billet). Il propose une chronique des trois grands fronts auxquels l’opérateur public sud-africain a été confronté en 2020 : défaillance technique non surmontée et recul de son monopole de production d’énergie électrique ; resserrement de l’étau financier et épineux problème du traitement de la dette ; lancement de la première phase de sa dé-intégration avec des mesures d’autonomisation progressive du secteur de la transmission qui préparent une séparation prévue en décembre 2021, ainsi que la création d’une nouvelle entreprise publique, ITSMO, dont les conséquences seront considérables sur l’architecture du secteur électrique. De l’évolution de ces trois fronts à l’échelle nationale dépendent en partie, à l’échelle locale, d’une part, la place et la fonction qui seront réservées aux municipalités dans le nouveau paysage électrique en gestation et, d’autre part, le maintien – sous sa forme actuelle ou sous une variante hybride – ou la disparition du modèle électrique municipal, question centrale du travail en cours dans la province du Western Cape.

Accéder au document :

Dubresson Alain, 2021, ESKOM en 2020. Les trois fronts de l’opérateur public, une chronique. Document de travail de l’ANR Hybridelec, En ligne: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03125616

Petites installations photovoltaïques et revenus municipaux dans les villes du Western Cape. Hybridation et mise en question d’un modèle redistributif

Sylvy Jaglin, Université Gustave Eiffel, LATTS et Alain Dubresson, Université Paris Nanterre

Ce document de travail analyse l’essor des petites installations solaires photovoltaïques (PV) privées dans les villes de la province du Western Cape. Il montre pourquoi la diffusion rapide de ces petites installations PV, qui concourt à l’hybridation des configurations locales de fourniture d’électricité, remet en cause le financement et les modalités de fonctionnement du modèle électrique municipal sud-africain. Il expose les différentes réactions des municipalités et questionne l’émergence d’un ou de plusieurs modèles alternatifs à l’achat d’électricité en gros à Eskom et à sa revente aux abonnés, caractérisée par un principe d’équité sociale reposant sur des subventions croisées en faveur des citadins pauvres.

Accéder au document : Jaglin Sylvy, Dubresson Alain, 2020, Petites installations PV et revenus municipaux dans les villes du Western Cape. Hybridation et mise en question d’un modèle redistributif, En ligne

[New article] Electrifying urban Africa: energy access, city-making and globalisation in Nigeria and Benin

Rateau, M., Choplin, A., 2021. Electrifying urban Africa: energy access, city-making and globalisation in Nigeria and Benin. International Development Planning Review. ahead of press

Abstract

Electricity access has become a crucial issue in global South cities. While demand is growing, conventional grids are failing or insufficient, especially in Africa. Urban dwellers therefore have to develop a wide range of (in)formal infrastructures to meet their daily electricity needs. Building on recent studies on urban electricity in the global South, this paper aims to contribute to the debates on hybrid forms of electricity provision by analysing the diffusion of solar panels and generators in two cities, Ibadan in Nigeria and Cotonou in Benin. Although neighbouring and relatively similar, these two cities illustrate distinct daily electrical lives. In Nigeria, an electricity-exporting country, people face daily power outages. In Benin, a country that depends on Nigeria for its supply, there is electricity but it is difficult to connect to the grid because of connection costs. Based on an empirical study, the article shows that Ibadan’s inhabitants use generators as a complement to a conventional grid that is almost universal but unreliable. In Cotonou, solar energy is an alternative until they can connect to the grid. Generators and solar panels have become the material markers of urban Africa, providing information on inequalities in access to electricity.

[Parution] L’émergence de mini-réseaux hybrides d’électricité au Liban : vers une différenciation territoriale des dispositifs de fourniture énergétique

Alix Chaplain vient de publier sur les Carnets de l’IFPO :

L’émergence de mini-réseaux hybrides d’électricité au Liban : vers une différenciation territoriale des dispositifs de fourniture énergétique

C’est en 2009, lors de la conférence de Copenhague sur le changement climatique, que le gouvernement libanais s’engage à réduire sa dépendance aux énergies fossiles en déclarant que 12 % de la demande en électricité et en chauffage thermique devra être d’origine renouvelable d’ici à 2020. Cette déclaration du Premier ministre libanais en poste, Saad Hariri, s’inscrit dans un contexte international d’injonction forte vers la transition et la décarbonisation du mix énergétique. Cependant, en raison d’une dégradation structurelle du réseau conventionnel, lourdement touché par la guerre civile puis la guerre de 2006, des coupures d’électricité allant de 3 à 17 heures plongent quotidiennement le Liban et ses habitants dans l’obscurité.

Avec un écart entre l’offre et la demande de 1,5 GW, l’opérateur national Électricité du Liban (EDL) est en sous-production structurelle et ne couvre que 63 % de la demande en électricité en 2018 (Ahmad, 2020). Au Liban, le secteur de l’électricité est centralisé avec un quasi-monopole d’EDL, établissement public sous tutelle du ministère de l’Énergie et de l’Eau. À l’exception des concessions du Litani, de Jbeil et de Zahlé, EDL est l’unique opérateur autorisé à revendre de l’électricité au Liban. Toutefois, face à un rationnement en électricité aggravé et inégalement réparti sur le territoire, les usagers cumulent et articulent divers modes d’accès à l’électricité.

(à suivre)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search