Eskom en 2019 : ‘Too big to fail or to support ?’. Chronique d’un modèle intégré en phase terminale

Depuis les premières manifestations de la ‘crise électrique’ nationale en 2008, de nombreuses interrogations ont été formulées sur le devenir d’Eskom SOC Ldt[i], entreprise publique en monopole, verticalement intégrée, que ni les hausses continuelles de tarifs accordées par le régulateur national (NERSA), ni la recapitalisation par l’État ne semblaient pouvoir sauver du naufrage.

L’une des réponses à ces interrogations est désormais connue : au premier trimestre 2019, alors que la puissance totale installée, 47 000 MW, n’a jamais été aussi importante, Eskom, dont la marge de réserve est redevenue quasi nulle, a été incapable de faire face régulièrement au pic de demande journalier (28 000 à 30 000 MW) dans un contexte où la consommation nationale ne cesse pourtant de diminuer. L’entreprise publique a multiplié les coupures tournantes (load shedding) pour éviter le pire et tous ses indicateurs financiers sont passés au rouge. Une autre réponse est contenue dans le discours à la Nation prononcé le 7 février 2019 par le président sud-africain : Cyril Ramaphosa y a annoncé la dé-intégration du monopole public dans les plus brefs délais ainsi que la mise en place de mesures financières d’urgence.

Huit mois plus tard, le 16 octobre, les coupures tournantes ont repris, le réseau est constamment menacé de rupture et la situation financière d’Eskom est qualifiée d‘intenable par Cyril Ramaphosa. L’opérateur public est un fardeau économique et financier pour l’Afrique du Sud et ses dysfonctionnements répétés sont considérés par la Banque africaine de développement comme un risque majeur pour le réseau électrique interconnecté d’Afrique australe (Southern African Power Pool). Le 29 octobre, Pravin Gordhan, ministre des Entreprises publiques, a révélé un plan de restructuration dont le calendrier débutera en mars 2020, la séparation fonctionnelle en trois entités distinctes devant être achevée en 2021. Le 18 novembre, il a dévoilé le nom du nouveau directeur exécutif d’Eskom, Andre de Ruyter, qui prendra ses fonctions le 15 janvier 2020 et devra engager la restructuration annoncée.

Le modèle Eskom est donc en phase terminale, mais nul ne peut prédire ce qui résultera de sa dé-intégration, à laquelle sont hostiles les organisations syndicales, ni quelles en seront les conséquences, d’une part sur l’organisation et le fonctionnement du réseau électrique national et, d’autre part, sur les conditions et les modalités de la transition énergétique engagée depuis 2010 par le pouvoir d’État, dont les nouveaux objectifs ont été officiellement publiés le 18 octobre 2019 (voir le précédent billet).

Cette chronique récapitule les principaux événements survenus en 2019. Elle rappelle, en conclusion, qu’il faut inscrire l’année 2019 dans un temps long pour comprendre ce qui se joue autour du devenir d’Eskom, qui n’est pas seulement un opérateur électrique mais aussi un pilier technopolitique du pouvoir de l’ANC. Elle souligne également que la nouvelle architecture d’Eskom ainsi que le nouveau paysage électrique qui est esquissé à l’échelle nationale auront des conséquences majeures à l’échelle municipale, en particulier sur les conditions et les modalités de l’hybridation des dispositifs sociotechniques locaux.

4 Décembre 2019

Lire la chronique déposée sur HAL-SHS.


[i] Eberhard A., Godinho C., 2017, Eskom Inquiry. Reference Book. A Resource for Parliament’s  Public Enterprises Inquiry., Civil Society, Journalists & Engaged Citizens, Cape Town, University of Cape Town, Graduate School of Business

Greenpeace Africa, 2019, Eskom : A roadmap to powering the future. The future role of Eskom in the transition process of the South African Electricity sector, Johannesburg, Greenpeace Africa.

Hofstatter S., 2018, Licence to Loot. How the plunder of Eskom and other parastatals almost sank South Africa,  Johannesburg, Penguin Random House South Africa.

Jaglin S., Dubresson A., 2015a, « Portrait d’entreprise. Eskom Holdings SOC Limited », Flux, 2, n° 101-102, pp. 133-144.

Jaglin S., Dubresson A., 2016, Eskom. Electricity and technopolitics in South Africa, Cape Town, UCT Press. (Version française : Jaglin S., Dubresson A., 2015b, Eskom. Electricité et pouvoir en Afrique du Sud, Paris, Karthala).

Makgetla, N. (2017). The Crisis at Eskom and Industrialisation, Working Paper, November,

Pretoria, Trade and Industrial Policy Strategies.

Mondi L., 2018, ‘State, Market and Competition. Can Eskom be rescued ?’, Viewpoints, n°3, September 2018 (Centre for Development and Entreprises)

Séminaire à l’AFD le 19/12/2019 : L’hybridation des systèmes électriques dans les espaces urbains et en voie d’intégration urbaine des pays émergents

Systèmes de production énergétique sur le toit d’une école à Beyrouth (Eric Verdeil, 2019)

Nous avons le plaisir de vous inviter à ce séminaire co-organisé avec l’AFD.

Les villes des pays émergents et en développement connaissent de lourds problèmes de fourniture en électricité que les réponses conventionnelles telles que l’extension du réseau ne parviennent pas à résoudre. C’est pourquoi on assiste au développement de solutions alternatives, individuelles ou collectives, tels que des réseaux décentralisés et hybrides. Appliquant le concept d’hybridation aux études socio-techniques, le projet de recherche Hybridelec se propose d’étudier ces nouvelles configurations, qui restent mal connues, et leurs impacts sur le futur du système électrique. Le programme Hybridelec est soutenu par l’ANR et L’AFD. 

19 décembre 2019 14h30 – AFD Paris, 5 rue Roland Barthes, Paris 12

 INSCRIPTION OBLIGATOIRE : ICI

Le but de cette session est de livrer une première série de résultats obtenus dans sept pays où se déroulent les enquêtes (Inde, Afrique du Sud, Nigéria, Bénin, Tanzanie, Sénégal, Liban) explorant la diversité et le foisonnement des assemblages sociotechniques que recouvre cette notion d’hybridation des systèmes électriques. Ces analyses interrogent les formes de régulations publiques mises en œuvre, qu’elles visent directement l’électrification, la transition énergétique ou qu’elles interagissent avec ces objectifs à partir d’autres enjeux (sociaux, économiques, politiques). La discussion entre chercheurs et experts de l’AFD a pour but de contribuer à l’identification de dynamiques d’électrification mal connues et des réfléchir aux enjeux de politiques publiques qu’elles soulèvent.

Programme :       

 14h30-14h45    Introduction par Eric Verdeil (CERI-Sciences Po)       

 14h45-15h15    Les mini-réseaux en Afrique Sub-saharienne et dans l’Inde rurale : logiques d’une électrification temporaire par Bérénice Girard (LATTS-Université Paris Est) et Emmanuelle Guillou (LATTS-Université Paris Est/Hydroconseil)        

15h15-15h45    La place des générateurs dans les systèmes électriques locaux: Liban, Nigéria, Indepar Elvan Arik, LATTS-Université Paris Est / Mélanie Rateau, LATTS-Université Paris Est / Eric Verdeil CERI Sciences Po        

Pause-café        

16h00-17h00    Le développement du solaire photovoltaïque pour les ménages et les entreprises : politiques publiques et dynamiques de marché (Afrique du Sud, Inde, Liban)par Sylvy Jaglin (LATTS-Université Paris Est) et Alain Dubresson (Univ. Paris Nanterre) RSA ; Bérénice Girard (LATTS-Université Paris Est) et Marie-Hélène Zérah (IRD/CPR Dehli) Inde ; Alix Chaplain (CERI-Sciences Po)) Liban        

17h00-17h30    Débat général

Un événement organisé dans le cadre du partenariat AFD-SciencesPo Paris