[Document de travail] Entreprises et hybridation des dispositifs sociotechniques locaux dans les villes du Western Cape (Afrique du Sud)

Auteur : Alain Dubresson

Document de travail produit dans le cadre du programme Hybridelec. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02306527

Mossel Bay: Equipements des bâtiments et services municipaux, réalisation en 2016 (Photo : Alain Dubresson)

Résumé

La diversification des dispositifs sociotechniques (DST) d’entreprises par adjonction d’énergies ‘vertes’, particulièrement le solaire photovoltaïque (PV), est très inégale dans le Western Cape. Les changements observés semblent préfigurer une hétérogénéisation croissante des DST avec le développement, outre du PV, de solutions concurrentes ou complémentaires, voire avec l’émergence de symbioses industrielles locales façonnées autour de la biomasse. Après avoir rappelé le contexte dans lequel progresse la production d’électricité ‘verte’ dans les entreprises elles-mêmes, les nouvelles caractéristiques d’une offre de plus en plus sophistiquée sont exposées. Puis est soulignée l’extrême diversité des situations selon les types d’activité économique ainsi que l’hétérogénéité de la demande des entreprises en énergie électrique. Il est suggéré en conclusion de confronter les données empiriques à un croisement de deux corpus conceptuels, la ville néolibérale et la justice énergétique. Les exemples choisis sont extraits de monographies réalisées à partir d’enquêtes de terrain conduites au second semestre 2018 avec Sylvy Jaglin dans quatre villes de la province du Western Cape, Le Cap, George, Mossel Bay et Swellendam.

[New publication] Securitisation of urban electricity supply. A political ecology perspective on the cases of Jordan and Lebanon, by Eric Verdeil

Generator owned by the private company Electricity of Jbeil

Éric Verdeil. Securitisation of urban electricity supply A political ecology perspective on the cases of Jordan and Lebanon Eric Verdeil. Haim Yacobi; Mansour Nasasra. Routledge Handbook on Middle Eastern Cities, Routledge, pp.246-264, 2019. Online : halshs-02176158

Abstract: Questions about urban infrastructure, resilience, and violence are central to current urban general literature since infrastructures function as locations of conflict and negotiation over the public good, inclusion and exclusion, and mobility in the city. This chapter develops a theoretical framework to analyse the emergence of new concerns for urban energy security in the cities of Amman (Jordan) and Jbeil and Zahleh (Lebanon). Supplying these cities with electricity requires creating new circuits that are both material and sociopolitical. In Amman, one of the projects proposed for coping with the projected growth of energy demand was to build a nuclear plant in the “desert” close to Amman. This project, allegedly in the final studies stage at the time of completing the chapter, has experienced many episodes and delays. Analysis shows the pressure of urban energy demand and the resizing of metabolic circuits at the level of the metropolis of Amman, while the governance of these circuits remains state-driven despite popular protests. In Jbeil and Zahleh, in the face of regular and long-lasting power cuts, local capitalist actors have taken the lead to provide an alternative electricity supply that replaces both the national grid and informal generators that are in use elsewhere in the country. At first glance, both situations seem very different in scale and in the type of actors involved. But in both cases, these new circuits are heavily contested and redistribute agencies of power in ways that empower some actors but that, at the same time, erode solidarity at the city and the national levels.

La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides

Du fait d’une dégradation structurelle du réseau conventionnel d’électricité, émergent au Liban des pratiques alternatives dans la production, la transmission et la distribution d’électricité. Alors même que le pays est électrifié à plus de 99%, la sous-production et une gestion erratique des infrastructures entraînent des délestages de 3 à 12 heures par jour, variables selon les régions et les localités. Lourdement touché par la guerre civile puis la guerre de 2006, le secteur de l’électricité accumule les mauvaises performances techniques et financières, et doit être restructuré depuis près de 20 ans[1]. Mais les controverses juridiques, le manque de ressources et l’instabilité politico-économique ont jusqu’à présent empêché la mise en œuvre de nombreux plans de réforme du secteur publiés par le gouvernement libanais. Continuer la lecture de « La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides »