PRODIG: Development and Environment (English Presentation)

PRODIG is a research unit focusing on the relationships between development and environment. Its objective is to assess the effects of globalization and of an economic growth on the new territorial, social and environmental systems. The team aims to understand how changes and cracks in the environment question social solidarities at global, regional, national and local scales and help assess state capacities to manage ecological imbalances and dwindling resources in the North as well as in the South. Professor of Geography of Development Géraud Magrin has led research on issue of natural resources, energy and development in West Africa.

Rémi de Bercegol, a geographer, is a CNRS Researcher. After having studied urban services in small Indian towns and in Dehli, he extended his interest to Eastern Africa (Tanzania in particular).

Raphalële Guibert, a politist at PRODID (IRD), has studied dynamics of entrepreneurship in South Sudan. She intends to expand her interest to energy entrepreneurs in Chad.

The team will also include Armelle Choplin, Lecturer in urban geography at Marne-la-Vallée University, currently seconded to IRD’offices in Cotonou. Their work and that of students involved will be held in West Africa. The team’s work will be facilitated by partnerships with local institutions (universities, development actors), particularly with IFRA in Ibadan.

LATTS: Laboratoire Techniques Territoires Société (English presentation)

LATTS (Laboratoire Techniques Territoires Société) is a renowned international laboratory for the study of interrelations infrastructure-society, both North and South (Paris-Est University). It associates Social Sciences, Economics and Engineering. It is part of the LABEX Urban Futures, a Cluster of Excellence based at Paris-Est University and dedicated to urban issues, with a strong emphasis on the collaboration of engineering sciences, environment sciences and social sciences.
Professor of Geography Sylvy Jaglin will co-manage the scientific track of the project, which expends the TERMOS / GOUVENUS project (2010-2013). She led several researches on the socio-technical governance of urban services, including electricity, in Africa (Jaglin 2016; Jaglin 2017; Dubresson et Jaglin 2016; Jaglin 2013). She supervises the thesis of Mélanie Rateau (starting 2016) on electrification in Benin and Nigeria. She is also supervising Emmanuelle Guillou’s PhD, funded jointly by the firm Hydroconseil and the National Agency for Research and Technology on mini networks in two African countries.
Marie-Helene Zerah (IRD, currently seconded to India) will work with LATTS in the project. In addition to her own research on the electrification of Dehli’s outskirt in Haryana State, she will supervise a post-doc who will do research on small in India (Bihar). Leading socio-economist of energy research director Olivier Coutard will provide his expertise during the workshops.

Marie-Hélène Zérah soutient son HDR : Penser la diversité urbaine : une analyse par les services essentiels en Inde

Marie-Hélène Zérah, participante au projet Hybridelec, soutient son HDR intitulée Penser la diversité urbaine : une analyse par les services essentiels en Inde le 9 février à 14 h à l’Université Paris-Est / Marne la Vallée.

Bâtiment Bienvenüe (IFFSTAR) 14-20 Boulevard Newton

Cité Descartes 77420 Champs-sur-Marne

Salle mlv-11b021/mlv-12b023

Le jury se compose de:

Mme Sylvie Fol, Professeur des Universités (Aménagement de l’espace, Urbanisme), Université Paris I, Panthéon Sorbonne (rapporteure)

Patrick Heller, Professor, Department of Sociology and Watson Institute, Brown University

Mme Sylvy Jaglin, Professeur des Universités (Aménagement de l’espace, Urbanisme), Université Paris-Est Marne-la-Vallée (garante)

Mme Loraine Kennedy, Directrice de Recherche CNRS, CEIAS (Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud)

Mme Jennifer Robinson, Professor, Department of Geography, University College London (rapporteure)

Eric Verdeil, Professeur des Universités (Géographie et Etudes Urbaines), Institut d’Etudes Politiques de Paris (rapporteur)

Résumé

Cet essai contribue à une réflexion générale sur la diversité des mondes urbains à partir d’une analyse centrée sur la variété des arrangements dans la production et la gestion des services essentiels (eau, assainissement et électricité) en Inde. Il a trois ambitions principales.
La première est de saisir, au prisme des services urbains, les multiples facettes du processus d’urbanisation, depuis le début des années 1990, du pays abritant la deuxième plus grande population urbaine au monde. Dans la mouvance du renouveau des études urbaines porté par les chercheurs travaillant sur les « Suds », ce texte suit une démarche comparative. Il est
mené sur la base d’une analyse résolument empirique et ancrée dans la profondeur des territoires. Cette exploration au sein de la diversité des espaces urbains, dans un gradient allant de la grande métropole aux gros bourgs ruraux urbanisés, démontre que le biais métropolitain donne à voir une vision amputée et erronée de l’urbanisation indienne. La comparaison à l’échelle nationale permet une lecture plus riche et complexe des transformations sociales, des mutations démographiques et économiques, des formes de l’urbanisation, de l’impact des réformes néolibérales et des formes d’insertion des villes, et donc de l’Inde, dans la mondialisation.
La seconde ambition est de mettre au jour les soubassements et les caractéristiques de cette diversité, dans ses lieux, ses formes et ses dynamiques. Cet essai défend l’idée que les mutations observées sont imputables à des articulations variées, localisées et contingentes
entre différents régimes explicatifs ce que l’analyse par les services essentiels aide à décrypter.
Cette démonstration est faite en combinant des résultats sur (i) l’hybridation des discours et des modalités de l’action publique sous l’influence des modèles internationaux ; (ii) les ressorts et les régimes de justification de l’émergence et de la variété des formes de
capitalismes urbains ; et, (iii) sur les pratiques ordinaires et les mobilisations collectives des usagers pour accéder et défendre leur droit aux services urbains, en s’intéressant à ce que l’expression de ces pratiques révèle des fractures sociales qui traversent la société urbaine.
Cette démarche multidimensionnelle, qui emprunte à plusieurs corpus, permet de dépasser des explications univoques et normatives sur les liens entre transition urbaine et néolibéralisme en insistant sur la variété des trajectoires.
La troisième ambition vise à engager un dialogue constructif avec certains travaux menés en géographie urbaine critique, à en nuancer les résultats et à apporter un nouvel éclairage. D’une part, ce texte discute les apports de la « Southern theory » dont l’objectif est de décentrer les études urbaines menées au Nord en prônant une nouvelle forme d’urbanisme comparatif. Il démontre qu’en privilégiant les comparaisons entre grandes villes (comparaisons Nord/Sud et plus récemment Sud/Sud), l’urbanisme comparatif n’embrasse pas l’ensemble des mutations en cours et ne prend pas la mesure des transformations et des innovations localisées hors des métropoles. D’autre part, il questionne les propositions récentes autour d’une planétarisation de l’urbanisation qui rendrait caduques les frontières
entre le rural et l’urbain. Cet essai rejoint certaines conclusions relatives à l’effacement des frontières et à l’expansion de l’urbanisation. Néanmoins, il souligne la contingence et l’autonomie de logiques locales qui font la ville, à contre-courant d’une analyse mettant en avant la dépendance des espaces en voie d’urbanisation au phénomène d’agglomération. Face à ces deux paradigmes dominants, le cas de l’Inde offre une hétérogénéité de situations démontrant que, dans les limites actuelles des recherches qu’elles suscitent, les voies tracées par ces courants de pensée sont des sources d’inspiration encore insuffisantes pour penser le fait urbain dans sa diversité.

CERI: Centre de recherche internationale

CERI, Center of International research, established in 1952 at Sciences Po, focuses on Comparative Political Studies.

In recent years, several researchs have dealt with issues of energy transition.

Eric Verdeil, Professor of Geography and Urban Studies at Sciences Po, focuses on the political ecology of urban infrastructure and steers the Hybridelec project.

François Bafoil has lead research in association with EDF, for instance about the development of wind power in Europe, and about access to energy in Europe and South East Asia  (Bafoil, Fodor et Le Roux (eds.) 2014; Bafoil (ed.) 2016). He will provide the project with his scientific expertise as a discussant during the intermediary workshops and the final conferences.

Laurent Gayer, political scientist, is a political scientist who has long specialized on the issue of order and violence in Karachi (Pakistan). In this project, he is interested in the way industrials manage and secured their access to electricity, including thanks to individual generators.

LATTS: Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés

Le Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (UMR 8134) associe en tant qu’unité mixte de recherche des chercheurs de l’Ecole des Ponts ParisTech (ministère de l’Equipement), du CNRS et des enseignants-chercheurs, principalement de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Fort de sa quarantaine de chercheurs en aménagement, économie, ergonomie, géographie, gestion, histoire, science politique, sociologie et de sa quarantaine de doctorants, le Latts étudie les entreprises, les administrations, les institutions locales, s’intéressant à l’action collective, aux dynamiques territoriales et aux systèmes techniques afférents. Par enquêtes de terrain, investigations comparatives, réflexions conceptuelles, ces travaux en sciences sociales poursuivent une ambition de transversalité : entre les disciplines, entre la théorie et l’empirie, entre les controverses scientifiques et les débats sociétaux. Deux domaines empiriques principaux
– Les organisations (publiques et privées), l’innovation, le travail
– Les systèmes territoriaux, les réseaux et les services urbains, l’action publique locale
Cette double orientation – originalité du laboratoire – permet des croisements de points de vue multiples : logiques territoriales des entreprises, logiques industrielles des services urbains, modèles organisationnels du public et du privé, transitions socio-techniques urbaines…
Chercheurs participants au projet Hybridelec : Sylvy Jaglin, Mélanie Rateau (blog), Emmanuelle Guillou, Marie-Hélène Zérah (chercheuse IRD, accueillie au Center for Policy Research, Dehli et rattachée à l’équipe LATTS dans le cadre du présent projet).

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

This recently published chapter is one of the cornerstones on which the project Hybridelect is based:  Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120.

Here is the introduction. Continuer la lecture de « Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions »

Hybridelec: Objectives of the research

Pico-grid et kit photovoltaïque, Cotonou, Bénin (photo Mélanie Rateau, 2017)

The Hybridelec research is adressing the issue of the hybridization of electrification configurations in”Southern Cities” fuelled by the emergence of off-grid devices and logics of unachieved “infrastructuralisation”. By hybridization, we mean the coalescence – technically and politically complex – of various technical worlds of production, distribution and power consumption, of different scales, isolated or interconnected at the margin. Such processes are currently overlooked by research foscusing on rural electrification and research concentrating on new technologies implemented in a few spaces in big metropolis of the developping and emerging countries. Continuer la lecture de « Hybridelec: Objectives of the research »

Hybridelec : démarrage du projet

Ce carnet présente et accompagne le développement d’un projet de recherche ANR consacré à l’hybridation des systèmes électriques dans les villes des pays en développement et émergents. Les villes des pays émergents et en développement connaissent de lourds problèmes de fourniture en électricité que les réponses conventionnelles telles que l’extension du réseau ne parviennent pas à résoudre. C’est pourquoi on assiste au développement de solutions alternatives, individuelles ou collectives, tels que des réseaux décentralisés et hybrides. Appliquant le concept d’hybridation aux études socio-techniques, la recherche propose d’étudier ces nouvelles configurations, qui restent mal connues, et leurs impacts sur le futur du système électrique. D’une durée de 4 ans, la recherche étudiera empiriquement ces objets (par enquête auprès des acteurs du marché et analyse des pratiques de régulation) et examinera leur impact sur les conceptions usuelles de la transition énergétique. L’équipe se compose de 8 chercheurs juniors et seniors et recrutera un doctorant, un postdoc et plusieurs masterants, pour aborder 7 terrains en Afrique et en Asie.