Cinq remarques sur le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du sud

Alain Dubresson analyse le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du Sud à la veille des élections du 29 mai 2024.

Note en accès libre sur Research Gate.

Citation:

Alain Dubresson, “Cinq remarques sur le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du sud“, Avril 2024,
DOI: 10.13140/RG.2.2.20113.85600

Résumé:

Contrairement aux précédents plans (IRP2010 et IRP2019), la révision 2023 ne propose pas un chemin clair de changement du mix électrique actuel et ne traduit pas un réel arbitrage de long terme, conforme aux engagements inclus dans le plan national de transition juste (Just Energy Transition Investment Plan, JET-IP) finalisé en 2022. Restreint aux années 2023-2030, le calendrier, assorti d’objectifs définis pour chaque source d’énergie en fonction de plusieurs scénarios mais sans choix réel, est contesté et qualifié, au mieux d’irréaliste, au pire d’irresponsable dans la quasi totalité des analyses. Sans vision, l’IRP2023 ne questionne pas non plus la libéralisation du marché électrique, ses conséquences et la montée en puissance des producteurs privés. À la veille des élections nationales et provinciales du 29 mai 2024, aucun consensus relatif au choix d’une énergie pilotable permettant une “transition juste” n’est identifiable et le devenir du charbon divise toujours autant les protagonistes. Cinq remarques sur l’IRP2023 sont formulées dans ce document de travail : – La capacité du réseau national à répondre efficacement à la demande projetée demeure insuffisante durant toute la décennie – La décarbonation significative du mix électrique est reportée après 2030 – L’essor des énergies renouvelables est freiné par les déficiences du réseau de transport, des contraintes réglementaires et des narratifs politiques hostiles – Le pouvoir d’État n’arbitre pas vraiment entre tournant gazier, retour du nucléaire ou une combinaison raisonnée des deux – L’émergence de la flexibilité, celle de nouveaux acteurs et l’ouverture du marché électrique à la concurrence posent le problème de la régulation et mettent en question la dimension “juste” du changement.

[thèse] Alix Chaplain, Désintégration sociotechnique et territoriale au Liban. Le cas de l’électricité

Alix Chaplain soutiendra sa thèse de doctorat en études urbaines, Désintégration sociotechnique et territoriale au Liban. Le cas de l’électricité, préparée sous la direction d’Éric Verdeil, le 14 décembre 2023. Cette thèse a bénéficié du financement de l’Agence nationale de la recherche dans le cadre du projet Hybridelec.

Jury : Marco Cremaschi, Sciences Po; Mona Harb, Université américaine de Beyrouth (rapportrice) ; Sylvy Jaglin, Université Gustave Eiffel ; Francesca Pilo’, Université d’Utrecht ; Sébastien Velut, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle (rapporteur).

Résumé (english below)

Depuis plus de trente ans, le quotidien des Libanais est rythmé par des coupures d’électricité, qui faute des réformes et investissements nécessaires dans les infrastructures publiques, ne cessent de s’aggraver. Jusqu’en 2021, l’opérateur national Électricité du Liban (EDL), impose un rationnement allant de 3 à 12 heures par jour selon les localités, et atteignant depuis des pics de 22 heures. Le réseau public est pourtant présent sur plus de 99% du territoire national, mais EDL ne s’est jamais totalement relevé de la guerre civile, et sa capacité de production d’électricité est bien inférieure à la demande. Loin d’être passifs face à cette situation, les Libanais mobilisent des dispositifs diversifiés d’approvisionnement pour sécuriser leur fourniture d’électricité en complément du réseau public intermittent. Dès la fin de la guerre civile, l’usage individuel et solidaire du générateur diesel se développe, pour ensuite devenir l’objet d’un commerce lucratif, des opérateurs privés de mini-réseaux fournissant des abonnements mensuels d’électricité. En parallèle, depuis une dizaine d’années, les consommateurs investissent dans des dispositifs photovoltaïques en complément du générateur. Dans ce contexte, le réseau conventionnel n’est plus le mode dominant de fourniture : usagers et fournisseurs développent des modèles diversifiés, et de plus en plus complexes, pour pallier les coupures d’EDL et optimiser leur accès à l’électricité.

Le point de départ de cette recherche est donc celui d’une hétérogénéisation structurelle des pratiques, des acteurs, et des dispositifs d’accès à l’électricité au Liban. Or, non seulement cette diversité coexiste avec le réseau, mais elle transforme son système sociotechnique. Ce processus est caractérisé dans ce travail par le concept d’« hybridation », qualifiant les interactions et les interdépendances croissantes entre une diversité de dispositifs sociotechniques et le réseau conventionnel. En croisant la littérature des Science and Technology Studies (STS), de l’écologie politique urbaine, et un corpus de travaux sur la politisation des infrastructures au Liban, la thèse démontre que les hybridations électriques sont façonnées par deux principales variables. D’un côté, en articulant différents dispositifs sociotechniques (générateurs, batteries, panneaux solaires), et en modulant leur relation avec le réseau conventionnel, les usagers régulent les interdépendances entre ces systèmes diversifiés. De l’autre, différents acteurs ayant leurs propres objectifs et rationalités instrumentalisent les dispositifs électriques à des fins politiques, selon des modalités et échelles différenciées.

Ces arrangements sociotechniques et politico-territoriaux contribuent à différencier les conditions d’accès à l’électricité, et à aggraver les inégalités entre des usagers multi-connectés, car disposant de ressources politiques, économiques, sociales, territoriales, etc., et les autres consommateurs, dépourvus de solutions alternatives au réseau défaillant. Avec un phénomène de dislocation, de fragmentation, et d’atomisation, non régulé des pratiques électriques, dans leur forme actuelle les hybridations mettent en tension les interdépendances et solidarités associées au réseau. Ainsi, à travers le cas du Liban, cette recherche pose une question à l’intersection entre le défi de décarboner les mix électriques et celui de garantir un accès équitable à l’électricité : quelle « transition énergétique » dans un contexte de crise chronique d’électricité ?

Sociotechnical and territorial disintegration in Lebanon. The case of electricity.

PhD supervised by Eric Verdeil, Professeur des universités, IEP de Paris

Abstract

For the past thirty years, the daily lives of the Lebanese people have been punctuated by power cuts, which are continually getting worse in the absence of the necessary reforms and investments in public infrastructure. Until 2021, the national operator, Électricité du Liban (EDL), resorted to rationing from 3 to 12 hours a day depending on the area, reaching peaks of 22 hours. Although the public grid covers more than 99 % of the national territory, EDL has never fully recovered from the civil war, and its electricity production capacity is well below demand. Far from being passive, the Lebanese are mobilising diversified systems to secure their electricity supply to supplement the intermittent public grid. Since the end of the civil war, individual use of diesel generators has been growing, and has become a lucrative business. Private operators of mini-grids provide monthly electricity subscriptions. At the same time, over the last ten years or so, consumers have been investing in photovoltaic systems to supplement their generators. In this context, the conventional grid is no longer the dominant mode of supply: users and suppliers are developing diversified and increasingly complex models to compensate for EDL power cuts and optimise their access to electricity.

The starting point of this research is the structural heterogeneity of practices, actors, and systems for access to electricity in Lebanon. This diversity not only coexists with the grid, but also transforms its socio-technical system. This process is characterised in this research by the concept of ‘hybridisation’, which describes the growing interactions and interdependencies between a diversity of socio-technical devices and the conventional grid. Combining the literature of Science and Technology Studies (STS), urban political ecology, and a body of work on the politicisation of infrastructures in Lebanon, the dissertation demonstrates that electrical hybridisations are shaped by two main variables. On the one hand, by articulating different socio-technical devices (generators, batteries, solar panels), and by modulating their relationship with the conventional grid, users regulate the interdependencies between these diverse systems. On the other hand, various actors with their own objectives and rationales instrumentalise electrical devices for political purposes, in different ways and on different scales. These socio-technical and politico-territorial arrangements contribute to the differentiation of access conditions to electricity and exacerbate inequalities between multi-connected, users who have political, economic, social, and territorial resources, and other consumers, who have no alternative solutions to the failing grid. With the unregulated dislocation, fragmentation and atomisation of electrical practices, hybridisation in its current form is placing a strain on the interdependence and solidarity associated with the national grid. Through the case of Lebanon, this research raises a question at the intersection between the challenge of decarbonising electricity mixes and that of guaranteeing equitable access to electricity: which “energy transition” is possible in a context of chronic electricity crisis?

[new publication] Solar Rooftop Systems and the Urban Transition: Shall the Twain Ever Meet? Interrogations from Rewari, India

We are happy to announce the publication of this article, part of the theme issue “Electrical Hybridizations in Cities of the South: From Heterogeneity to New Conceptualizations of Energy Transition”:

M. Zérah, S. Das, Solar Rooftop Systems and the Urban Transition: Shall the Twain Ever Meet? Interrogations from Rewari, India, Journal of Urban Technology. 30 (2023) 103–125. https://doi.org/10.1080/10630732.2023.2172305.

Abstract:

India is facing two major transitions. In 2040, its energy demand will double while 800 million Indians will live in cities by 2050. Situated at this intersection, this article contributes to the field of urban energy research by looking at Solar Rooftop Systems (SRS) in a district located in the extended periphery of Delhi. Using a multi-pronged qualitative methodology in a corridor made of villages and small towns, we argue that public policies are framed applying a rigid territorial grid opposing urban and rural, ignoring the motivations of both residential and professional users, which are not bounded by the rural/urban binary. This disjunction explains that renewable energy does not lead to a new imagination of urban and energy systems. These two fields remain disconnected while solar energy fuels consumption and the city expansion in its peripheries. Finally, the observed variegated urban energy landscapes (UEL) embody a land and energy intensive form of urban growth.

[new publication] Electrical Hybridizations in Cities of the South: From Heterogeneity to New Conceptualizations of Energy Transition

We are happy to announce the publication of the introduction to the theme issue in the Journal of Urban Technology, under the above mentioned title.

The full quote is: É. Verdeil, S. Jaglin, Electrical Hybridizations in Cities of the South: From Heterogeneity to New Conceptualizations of Energy Transition, Journal of Urban Technology. 30 (2023) 1–10. https://doi.org/10.1080/10630732.2023.2172301.

Abstract:
This issue addresses the hybridization of urban electricity configurations in cities of the Global South. The hybridization process is shaped by the interplay of two infrastructural trends that transform cities, the patchy and limited extension of the conventional grid and the widespread socio-technical heterogeneity that recent research has highlighted. The case studies presented in the issue vary according to two main criteria. First, they straddle a wide variety of urban settlements, from city-center and relatively wealthy districts to poor areas and urbanizing peripheries. They also take into consideration various stages in the development of the grid and their uneven levels of service, between dynamic deployment pushed by state techno-politics and situations of regress or even collapse, forcing users to adapt. Two cross-cutting results emerge. First, the widespread and ever extending heterogeneity does not eliminate the grid but transforms it through various material and institutional interfaces and intermediations aiming at securing energy supply and operations. Second, the process makes way for an increased presence of private actors. These trends leave a twofold question unanswered. How and with which policies and tools to govern the hybridized energy configurations in order to promote energy justice and to enable clean energy transitions?

Afrique du Sud. Eskom, une centenaire à l’agonie

Alain Dubresson publie un article sur Afrique XXI à l’occasion du centenaire de la création d’ESKOM.

Résumé · Incapable de répondre aux besoins des Sud-Africains et minée par la corruption de l’élite politique, la compagnie d’électricité traverse sa pire crise depuis sa création, en 1923. Alors que son directeur exécutif a été remercié, l’avenir s’annonce tout aussi sombre : la libéralisation du marché fait craindre le pire.

A lire sur Afrique XXI

[English translation of] Negotiations, mobilisations and everyday reproduction of electricity infrastructures in Ibadan (Nigeria)

We are happy to announce the publication of the English translation of Mélanie Rateau’s article “Negotiations, mobilisations and everyday reproduction of electricity infrastructures in Ibadan (Nigeria)” in Flux, 2023. Online at https://www.cairn-int.info/journal-flux-2022-3-page-44.htm

Abstract

This paper explores the everyday and negotiated reproduction of electricity infrastructures in Ibadan (Nigeria) in the midst of a deep crisis in the electricity sector. The study focuses not on the activities of the institutions and workers officially in charge of the service, but on the relations and interactions between urban residents and the electricity company, and on the ordinary practices of access to electricity in order to examine how and by whom the infrastructures are maintained in a relatively functional state. The community mobilisations, negotiations and compromises around official norms and the securing practices observed turn out to be ambivalent: they help keep local infrastructures in operation on a day-to-day basis, but threaten the overall economic and technical balance of the sector. Finally, the study demonstrates the importance of paying attention to both the mobilisation and negotiation within the grid and the securing practices, whether on- or off-grid, because of their functional interdependence.

[publication] Négociations, mobilisations et reproduction quotidienne des infrastructures électriques à Ibadan (Nigéria)

Installation électrique pour maintenir l’accès au service en réseau chez un ménage aisé (source : Rateau)

Mélanie Rateau vient de publier « Négociations, mobilisations et reproduction quotidienne des infrastructures électriques à Ibadan (Nigéria) », Flux, vol. 129-130, no. 3-4, 2022, pp. 44-58.

Résumé : Cet article explore la reproduction quotidienne et négociée des infrastructures électriques à Ibadan dans un Nigéria en proie à une profonde crise du secteur électrique. L’étude porte non pas sur les activités des institutions et des travailleurs officiellement chargés du service, mais sur les relations et interactions entre citadins et compagnie d’électricité et sur les pratiques ordinaires d’accès à l’électricité pour interroger comment et par qui les infrastructures sont maintenues dans un relatif état de fonctionnement. Les mobilisations communautaires, les négociations, les arrangements avec les normes officielles et les pratiques de sécurisation observés s’avèrent ambivalents : ils participent localement au maintien en fonctionnement des infrastructures au jour le jour, mais menacent l’équilibre économique et technique d’ensemble du secteur. La recherche démontre finalement l’importance de prêter attention à la fois aux mobilisations et négociations du réseau et aux pratiques de sécurisation, qu’elles soient en réseau ou hors-réseau, du fait de leurs interdépendances fonctionnelles.

Negotiations, mobilisations and everyday reproduction of electricity infrastructures in Ibadan (Nigeria)

Abstract : This paper explores the everyday and negotiated reproduction of electricity infrastructures in Ibadan (Nigeria) in the midst of a deep crisis in the electricity sector. The study focuses not on the activities of the institutions and workers officially in charge of the service, but on the relations and interactions between urban residents and the electricity company and on the ordinary practices of access to electricity in order to interrogate how and by whom the infrastructures are maintained in a relative state of functioning. The community mobilisations, negotiations, arrangements with official norms and securing practices observed turn out to be ambivalent: they participate locally in keeping the infrastructures in operation on a day-to-day basis, but threaten the overall economic and technical balance of the sector. Finally, the research demonstrates the importance of paying attention to both the mobilisation and negotiation within the grid and the securing practices, whether they are in or off-grid, because of their functional interdependence.

[Publication] Note sur le secteur électrique en Afrique du Sud en 2022. À propos d’une “transition juste”

Alain Dubresson vient d’écrire Note sur le secteur électrique en Afrique du Sud en 2022. À propos d’une “transition juste”. Il s’agit d’une réflexion basée sur ses recherches et missions de terrain dans le cadre du programme Hybridelec.

Résumé : Lors de COP 27, la version finale du plan de “transition énergétique juste” (Just Energy Transition Investment Plan, JET IP) de l’Afrique du Sud a été validée par ses partenaires occidentaux. Après une présentation de ce plan, surtout consacré au secteur électrique en crise, cette note le remet en perspective depuis l’amorce du relatif déclin du charbon au début des années 2010. Elle interroge ensuite le contenu de la notion de “transition électrique juste” en Afrique du Sud et examine les problèmes que posent, d’une part, le changement de mix électrique et, d’autre part, la séparation en cours de l’opérateur national, Eskom. La conclusion revient sur les questions de justice et d’équité que soulèvent le JET IP et la réforme d’Eskom.

En téléchargement sur Hal-SHS.

[new publication] Urban Electric Hybridization: Exploring the Politics of a Just Transition in the Western Cape (South Africa)

We are happy to announce the release of Sylvy Jaglin’s article “Urban Electric Hybridization: Exploring the Politics of a Just Transition in the Western Cape (South Africa)” in The Journal of Urban Technology (ahead of press), 2023. Online at https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10630732.2022.2111176

Abstract:

Focusing on the adoption of rooftop solar photovoltaics (PV) by high-income households and businesses in the Western Cape, South Africa, the article analyzes its effects on the hybridization of urban electricity systems and the ability of municipalities to drive a just transition in cities where inequality remains very high. By reducing municipal electricity sales, decentralized solar technologies threaten the surpluses generated from charges paid by grid customers, which are essential to subsidize electricity services for the poor and support other municipal services. Based on fieldwork in four Western Cape cities, the paper shows that municipalities are implementing a variety of local arrangements (regulatory, tariff, and technical) to control distributed electricity generation and are seeking, with mixed success, to avoid a post-carbon transition model that undermines grid benefits by creating a new energy divide.

[new publication] Governing Hybridized Electricity Systems: The Case of Decentralized Electricity in Lebanon

Chaplain A. et Verdeil É., 2022, Governing Hybridized Electricity Systems: The Case of Decentralized Electricity in Lebanon, Journal of Urban Technology, ahead of print, https://doi.org/10.1080/10630732.2022.2105587

Policymakers see decentralized electricity supply as a way to both decarbonize energy systems and to fill the gap of electricity access in many countries where strong growth leave the grid lagging behind. This article sheds some light on the case of countries such as Lebanon, where diesel-fueled decentralized electricity systems have existed for years and increasingly coexist with, rather than being replaced by, solar powered systems. It is based on a synthesis of public quantitative data and qualitative information gathered through surveys. The article argues that understanding such dynamics involves an analysis, not only of the technological and socioeconomic determinants of the adoption of decentralized energy technologies but also of the political struggles between the various actors, with a particular focus on corporate actors, and wealthy users. In addition, the article shows how different political temporalities play in reproducing or opening the assemblage of technologies and interests that shape the hybridized energy landscape. The article also shows that hybridization has repercussions on the energy configuration as a whole, both in the evolving market share of each technology but also by deeply fragmenting the access to electricity along social and territorial lines and by pushing essential private actors to disconnect from the grid. As a conclusion, the promises of sustainable transitions need to be critically examined in light of these trends.

[Publication] Une lecture géographique de la crise électrique au Liban et des bonus cartographiques

Je me réjouis de la publication du dossier consacré au Liban dans le n° 56 de la revue Moyen Orient. J’y contribue avec un article proposant une lecture géographique de la crise électrique au Liban, dont voici l’introduction/résumé.

Depuis l’été 2021, la population du Liban n’a plus accès à l’électricité publique que 2 à 3 heures par jour, avec parfois des pannes totales. Cette déliquescence extrême a des origines remontant à la guerre civile (1975-1990), malgré une amélioration temporaire jusqu’à 2006. Depuis, le secteur connaît une dégradation aux raisons multiples, entre insuffisance de la capacité installée, manque d’investissement, blocage des importations de combustible, corruption, clientélisme… Cette gabegie a également des dimensions géographiques.

Trois grilles de lecture s’imposent. La première est celle du communautarisme libanais, ancré dans des territoires divisés. Pour les élites politico-confessionnelles, l’électricité est à la fois une ressource à sécuriser pour leur territoire et une source de pouvoir. La deuxième renvoie à l’opposition entre centre et périphéries du pays et aux inégalités spatiales dans la distribution de l’électricité. La troisième est régionale et géopolitique : la dépendance du Liban aux importations d’hydrocarbures est une source majeure de vulnérabilité face aux conflits et blocus affectant les infrastructures énergétiques, mais aussi face aux évolutions brutales des marchés internationaux, à l’impact aggravé par la dévaluation récente.
Face à ces défis, le territoire libanais offre-t-il des ressources permettant une autonomisation de la production énergétique ? Les promesses du gaz du bassin levantin sont encore incertaines, et si les énergies renouvelables ont un vrai potentiel, leur exploitation dépend d’une transformation de la gouvernance. En attendant, l’essor rapide des technologies individuelles ne comble pas les lignes de fracture internes au Liban et risque de les accentuer.

Éric Verdeil, 2022, La crise électrique du Liban : une lecture géographique, Moyen Orient, n°56, oct.-déc., pp.56-62.
Continuer la lecture de « [Publication] Une lecture géographique de la crise électrique au Liban et des bonus cartographiques »

[Publication] L’artisanat de la réparation solaire à Nairobi (Kenya) : sur les apories d’une politique électrique « soutenable »

Nous sommes heureux d’annoncer cette nouvelle publication réalisée dans le cadre du programme Hybridelec. Théo Baraillé, étudiant au master International Development à Sciences Po, a réalisé son stage au LATTS sous la direction de Sylvy Jaglin, ce qui lui a permis de rassembler les éléments de son mémoire soutenu en 2021, Le soleil est-il vert ? Artisans de la réparation et soutenabilité du déploiement du solaire au Kenya [Master Sciences Politiques – International Development], Sciences Po. Ces matériaux sont repris dans cet article :

Boutique d’un fundi wa stima du quartier de Ngara à Nairobi (Baraillé, 2020)

Baraillé T. et Jaglin S., 2022, L’artisanat de la réparation solaire à Nairobi (Kenya) : sur les apories d’une politique électrique « soutenable », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. Territory in movement Journal of geography and planning. https://journals.openedition.org/tem/9139

En voici le résumé :

Les solutions d’électrification solaire décentralisées portent l’espoir, au Kenya comme plus largement en Afrique subsaharienne, d’un développement local respectueux de l’environnement et créateur d’emplois. En s’intéressant aux activités de maintenance, de réparation et de recyclage des équipements solaires photovoltaïques, l’article confronte ces attentes aux effets de la politique solaire kenyane sur l’évolution d’un secteur généralement considéré comme pourvoyeur d’emplois locaux et dont la contribution environnementale à une économie circulaire sobre en ressources, propice au recyclage et au réemploi, est potentiellement importante. Il montre d’abord que la stratégie kenyane de développement d’un marché solaire dynamique a peu d’effets sur les activités de réparation : d’une part, les fundis, artisans d’une économie urbaine du dépannage et du recyclage préexistante sont contournés par les entreprises dominantes du secteur ; d’autre part, la réparation occupe une place marginale dans les modèles d’affaires de ces entreprises. Il souligne ensuite que les services et savoir-faire de la réparation sont progressivement rendu caducs par l’intégration croissante de composants micro-électroniques jetables dans les équipements solaires, et interroge les conséquences environnementales d’une industrie productrice de quantités croissantes de déchets dans un contexte où leur gestion reste problématique. Au regard de ces constats, il discute enfin les ambiguïtés d’une politique électrique présentée comme favorable à l’émergence d’une nouvelle économie verte relocalisée.

[new publication] Mini-Grids at the Interface: The Deployment of Mini-Grids in Urbanizing Localities of the Global South

Mini-grid observed in Senegal (Keur Madiaye Fatim)
Source: Authors

We are happy to announce the latest article from our Hybridelec research: Guillou, Emmanuelle, and Bérénice Girard. 2022. « Mini-Grids at the Interface: The Deployment of Mini-Grids in Urbanizing Localities of the Global South ». Journal of Urban Technology 0 (0): 1‑20. (Online first)

https://doi.org/10.1080/10630732.2022.2087170.

Abstract

Based on fieldwork conducted in Senegal, Tanzania, and India, this article argues for a territorialized approach to mini-grids. One of the most sought-after solutions to electrification and transition to renewable energies in the Global South, mini-grids can be defined as decentralized collective systems of electricity supply. Whereas the academic and grey literature has mostly focused on their presence in rural areas, this paper looks at their development in urbanizing localities. It documents access to electrical service in these spaces and shows that, behind the rather uniform vision associated with the mini-grid object, the service provided takes different forms depending on the environment in which it is deployed. The presence of mini-grids also raises issues of social and territorial equity of access to essential services. A territorialized approach to mini-grids, therefore, furthers our understanding of the complex energy changes at work in cities of the Global South.

[Parution] Effondrement infrastructurel et interdépendance des réseaux : leçons du Liban en temps de blackout

Nous sommes heureux d’annoncer une nouvelle publication en lien avec le projet Hybridelec.

Verdeil, Éric. « Le sens de l’événement. Effondrement infrastructurel et interdépendance des réseaux : leçons du Liban en temps de blackout », Flux, vol. 128, no. 2, 2022, pp. 66-74.

Via ce lien, accès gratuit jusqu’au 8 juillet 2022.

Premières lignes:

Dimanche 10 octobre 2021, de nombreux médias internationaux ont fait des gros titres sur le blackout complet du réseau électrique public du Liban : plusieurs centrales à court de combustible ayant cessé de tourner, la faible production restante n’était plus suffisante pour maintenir l’équilibre du réseau. Électricité du Liban (EDL), l’entreprise publique nationale d’électricité, avait mis en garde depuis longtemps contre l’inéluctabilité de cet effondrement si elle ne pouvait importer plus de combustible. Certains internautes libanais s’étonnaient toutefois de cette mise à la une  : pour eux, cet événement n’en était pas un, puisque depuis des mois, et même des années, l’opérateur public ne fournissait plus que quelques heures de courant par jour, et que l’essentiel de leur électricité provient de générateurs privés. Depuis l’été, même ces solutions alternatives ont subi des intermittences, étant elles aussi touchées par la pénurie de carburant et la hausse des coûts d’approvisionnement.

Pour comprendre cette crise énergétique, ce qu’il convient d’expliquer est la combinaison et le renforcement de ces défaillances, sur fond de crise financière politique majeure, que la Banque Mondiale considère comme l’une des trois plus graves depuis 150 ans (World Bank, 2021). Cette situation paroxystique offre une fenêtre pour analyser ce que le fonctionnement des infrastructures doit à l’interdépendance des réseaux (objet de ce dossier de la revue Flux), en se situant plus particulièrement dans le champ d’étude sur les infrastructures en crise (Graham, 2010). La crise illustre d’abord la forte imbrication de réseaux socio-techniques différents, où l’interdépendance est asymétrique : l’effondrement d’un réseau a des conséquences systémiques, soulignant ici la centralité de l’énergie électrique. Mais l’interdépendance concerne aussi des ressources nécessaires au bon fonctionnement des infrastructures, ici en particulier les énergies fossiles qui conditionnent la production d’électricité, tant publique que d’origine privée (Coutard, Florentin, 2022). Enfin, le cas libanais permet d’interroger l’encastrement des réseaux dans des « dynamiques macro-structurelles », notamment les marchés internationaux de gaz et de pétrole, mais aussi le marché des capitaux.

L’originalité et l’intérêt du cas libanais peuvent alors être dégagés. D’abord, la temporalité lente de cette crise, comparée à des catastrophes soudaines qui affectent les pays avancés (d’origine climatique – inondations, vagues de froid – sismique ou tout simplement technologique), permet de mettre en évidence une structure réseautique paradoxalement hyper-connectée (Barles, Guillerme, 2016) pour faire face aux défaillances chroniques. Elle pointe en même temps combien la négligence des infrastructures s’est imposée, depuis une quinzaine d’années, comme un mode de domination politique, rejoignant les analyses de Fregonese (2020). Ensuite cette crise de l’interdépendance des réseaux au Liban met en lumière une caractéristique géographique en même temps qu’énergétique de ce petit pays : son absence d’autonomie énergétique et sa dépendance aux importations, essentiellement fossiles. Cet argument a pour corollaire de placer le fonctionnement des infrastructures dans une économie politique où le coût de l’énergie est dépendant du taux de change, lui-même en décrochage brutal et profond en raison d’un endettement largement produit par une consommation non régulée d’énergie importée. Avant d’aborder ces points d’analyse, revenons sur le déroulement factuel de la crise infrastructurelle libanaise en prenant un peu de recul temporel avant de détailler l’accélération récente .

[New Publication] Urban transition and domestic electrification in East Africa

We are happy to announce Rémi de Bercegol’s publication of

Urban transition and domestic electrification in East Africa: The diversification of energy in the peripheries of Dar Es Salaam

in Territoires en Mouvement, https://journals.openedition.org/tem/8479

This is a translation of the already published article in the same journal : Transition urbaine et électrification domestique en Afrique de l’Est: La diversification énergétique des périphéries de Dar Es Salaam

Abstract:

In the remote districts of the Dar Es Salaam periphery, low density and urban sprawl do not facilitate connection to basic urban infrastructures. Through the analysis of the district of Ilala, this article focuses on the modalities and effects of electrification of these areas located at the end of the network. Strongly supported by the inhabitants, TANESCO’s access to electricity is finally made possible, thanks to the subsidized extension of its networks, thus quickly relegating the few off-grid backup electrical systems (generators, solar systems). But counter-intuitively, the arrival of electricity does not mean that other pre-existing energy sources (such as kerosene and coal) disappear. In these intermediate areas between the city and the countryside, there is rather an ‘energy diversification’, resulting from the widening of the available offers: users quickly adopt electricity to access new services more easily (television, refrigerator, light bulb) while continuing to prefer non-electric energy for other domestic uses (cooking and ironing with coal, for example; or occasional lighting and rapid cooking with kerosene). Less expensive, easily available, requiring minimal equipment, these so-called traditional energies will continue to be used alongside new exclusively electrical uses. This diversification is neglected in the country’s energy strategy, which focuses on electricity despite the financial difficulties in implementing it. Documented in the literature, the explanatory factors of household fuel choices are usually centered on user practices, but more rarely placed in a broader perspective of understanding energy governance. By revealing the structural factors of energy diversification in intermediate spaces undergoing electrification, this article contributes to the reflections on the particularities of the energy transition in order to better understand the particularities of African urbanization.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search