Le nouveau plan sud-africain de gestion intégrée des ressources : un facteur d’accélération de l’hybridation à l’échelle urbaine

Alain Dubresson

Le nouveau plan national de ressources 2019 (Integrated Resource Plan, IRP2019) a été publié officiellement le 18 octobre 20191, sept mois après la mise en circulation du document provisoire ( Republic of South Africa, Department of Energy (DoE), Draft IRP2018 update for Nedlac Energy task team) soumis aux débats publics obligatoires dans le processus légal d’adoption des textes réglementaires, et après plusieurs reports consécutifs aux affrontements d’une part entre les lobbys énergétiques et, d’autre part, au sein de l’ANC à propos du charbon et du nucléaire.

Ce plan décline clairement les grandes options de diversification de l’actuel mix énergétique2 retenues par le gouvernement du président Cyril Ramaphosa jusqu’en 2030 : réduction de la part relative du charbon, qui demeurera néanmoins la première source d’énergie, report de l’accroissement de la capacité nucléaire après 2030 (prolongation de la durée de vie de la centrale de Koeberg de 2024 à 2030), montée en puissance des énergies renouvelables (surtout l’éolien), exploration des possibilités offertes par le gaz naturel des pays voisins (Mozambique) et du potentiel national de gaz de schistes, reconnaissance du rôle des productions privées décentralisées de puissance modeste dont le nombre est croissant (ménages et surtout entreprises) et qui sont tournées vers l’autoconsommation (‘own use’).

L’IRP2019 innove en introduisant la notion de ‘transition juste’, mais sans toutefois en préciser le contenu tant la question sociale charbonnière est compliquée à résoudre. Il met l’accent sur la fragilité de l’actuel système électrique due à la faillite de l’opérateur national, Eskom, monopole public dont la dé-intégration est inscrite à l’agenda du gouvernement. Cette fragilité, illustrée par le retour des coupures tournantes en février-mars 2019, puis en octobre, a conduit les rédacteurs du plan à définir une période de court terme (‘immediate term security supply’, 2019-2022) durant lesquelles le déficit permanent estimé (2 000 MW) pourrait être rapidement comblé par les petits producteurs privés afin d’éviter les coupures tournantes et de réduire le coût financier exorbitant des centrales de secours…fonctionnant à plein temps.

Sont encouragés non seulement les investissements municipaux et privés dans l’usage de la biomasse et des déchets urbains, mais également les installations photovoltaïques de toiture, plusieurs fois citées dans le texte et légitimées par son contenu. Les investisseurs privés urbains voient l’horizon s’éclaircir après la première décompression réglementaire en leur faveur opérée en 2017 (voir nos précédents billets). La règle est que le régulateur national, NERSA, qui délivre les permis d’exploitation, ne doit pas dépasser les montants d’allocation annuelle de puissance par types d’énergie et programmés dans l’IRP. Toutefois, il est prévu que lallocation en MW reste ouverte et non précisée jusqu’en 2022, puis passe à 500 MW/an jusqu’en 2030. Mais  la dérogation à ces règles est possible.  

Reste à lever une ambigüité, la notion de ‘own use’ pour les petites installations privées demeurant controversée. Reste également à franchir une seconde étape de décompression par l’extension du texte de 2017 (suppression de l’autorisation d’exploitation accordée aux installateurs de puissances allant jusqu’à 1 MW) à tous les acteurs, surtout les entreprises, qui envisagent ou ont programmé des investissements pour des puissances de > 1 MW à 10 MW. C’est l’objectif poursuivi par la South African Photovoltaic Industry Association (SAPVIA). L’hybridation en cours des dispositifs sociotechniques dans les villes sud-africaines, encore modeste, va probablement connaître une phase d’accélération dans le court terme, ce qui va peser sur l’évolution de l’actuel modèle électrique municipal, déjà mis en question par les projets de réforme du marché de l’électricité liés à celui de la dé intégration d’Eskom (voir le dernier billet évoquant cette question).


  1. Republic of South Africa, Department of Energy, Integrated Resource Plan (IRP2019), Government Notices, n° 1359, Government Gazette n° 42778, 18 October 2019. La version utilisée est celle publiée dans l’après-midi du 18 octobre 2019, une première publication matinale ayant fourni une version erronée du document final approuvée par le Cabinet le jeudi 16 octobre, en raison d’une ‘confusion’ sur le programme nucléaire. []
  2. Capacité nominale installée en GW : charbon 38 ; nucléaire 1,8 ; stockage-pompage 2,7 ; hydroélectricité 1,7 ; centrales à gaz/ diesel 3,8 ; énergies renouvelables 3,7. []

[Document de travail] Entreprises et hybridation des dispositifs sociotechniques locaux dans les villes du Western Cape (Afrique du Sud)

Auteur : Alain Dubresson

Document de travail produit dans le cadre du programme Hybridelec. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02306527

Mossel Bay: Equipements des bâtiments et services municipaux, réalisation en 2016 (Photo : Alain Dubresson)

Résumé

La diversification des dispositifs sociotechniques (DST) d’entreprises par adjonction d’énergies ‘vertes’, particulièrement le solaire photovoltaïque (PV), est très inégale dans le Western Cape. Les changements observés semblent préfigurer une hétérogénéisation croissante des DST avec le développement, outre du PV, de solutions concurrentes ou complémentaires, voire avec l’émergence de symbioses industrielles locales façonnées autour de la biomasse. Après avoir rappelé le contexte dans lequel progresse la production d’électricité ‘verte’ dans les entreprises elles-mêmes, les nouvelles caractéristiques d’une offre de plus en plus sophistiquée sont exposées. Puis est soulignée l’extrême diversité des situations selon les types d’activité économique ainsi que l’hétérogénéité de la demande des entreprises en énergie électrique. Il est suggéré en conclusion de confronter les données empiriques à un croisement de deux corpus conceptuels, la ville néolibérale et la justice énergétique. Les exemples choisis sont extraits de monographies réalisées à partir d’enquêtes de terrain conduites au second semestre 2018 avec Sylvy Jaglin dans quatre villes de la province du Western Cape, Le Cap, George, Mossel Bay et Swellendam.

La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides

Du fait d’une dégradation structurelle du réseau conventionnel d’électricité, émergent au Liban des pratiques alternatives dans la production, la transmission et la distribution d’électricité. Alors même que le pays est électrifié à plus de 99%, la sous-production et une gestion erratique des infrastructures entraînent des délestages de 3 à 12 heures par jour, variables selon les régions et les localités. Lourdement touché par la guerre civile puis la guerre de 2006, le secteur de l’électricité accumule les mauvaises performances techniques et financières, et doit être restructuré depuis près de 20 ans[1]. Mais les controverses juridiques, le manque de ressources et l’instabilité politico-économique ont jusqu’à présent empêché la mise en œuvre de nombreux plans de réforme du secteur publiés par le gouvernement libanais. Continuer la lecture de « La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides »

Services électriques locaux et petits opérateurs privés dans les aires d’urbanisation diffuse du Sénégal et de la Tanzanie

On assiste dans le paysage urbain en Afrique subsaharienne, dans le domaine de l’électricité, à une diversification des systèmes socio-techniques de desserte et des acteurs et structures impliqués. La croissance démographique, l’étalement urbain, ou encore les faiblesses structurelles des fournisseurs d’électricité conventionnels, se traduisent dans les villes africaines par une situation d’absence ou de défaillance du réseau, sur des territoires où coexistent riverains non raccordés et riverains raccordés mais subissant des délestages réguliers. En résulte le déploiement de diverses solutions électriques locales portées par des opérateurs privés pour répondre à la demande hétérogène des habitants. Dans le cadre de cette recherche doctorale, nous choisissons d’appréhender ces offres de services marchandes, formelles ou informelles, qui se développent en marge du réseau conventionnel, au sein d’espaces urbains spécifiques : les aires d’urbanisation diffuse.

Continuer la lecture de « Services électriques locaux et petits opérateurs privés dans les aires d’urbanisation diffuse du Sénégal et de la Tanzanie »

Retour de mission en Afrique du Sud (province du Western Cape) : deux éléments du contexte national en août-septembre 2018 et présentation d’études de cas

Un café “solaire” au Cap

Auteurs :
Sylvy Jaglin , Alain Dubresson

Les travaux de terrain – entretiens, collecte de données et visites de sites – dans la province de Western Cape (19 août-16 septembre 2018), dont les fondements et les modalités ont été présentés le 6 janvier 2018 (pour les détails du programme,  S. Jaglin, A. Dubresson, ‘Intentions de recherche dans la province du Western Cape, Afrique du Sud ) ont été réalisés dans un contexte national très particulier en termes de débats énergétiques, avec des conséquences diverses à l’échelle locale des municipalités dans lesquelles les travaux ont été conduits.

Premièrement, le 22 août 2018, deux jours après notre arrivée en Afrique du Sud et alors que les premiers entretiens ont commencé à Swellendam, le ministère de l’énergie (DoE, Department of Energy) publie le document actualisé du plan national de gestion intégrée des ressources (Integrated Resource Plan, IRP), dont la version initiale et approuvée par le gouvernement date de 2011 et la première révision (qui n’a jamais approuvée par le gouvernement) de 2016.  Longtemps attendu, ce document met en débat les scénarios proposés par le DoE  jusqu’à la fin janvier 2019, prélude à l’approbation d’un projet définitif prenant en compte, ou non, les remarques et suggestions issues des débats publics. Il n’est pas du tout évident, compte tenu des enjeux, que la version finale soit approuvée par le gouvernement avant la tenue des élections nationales en mai 2019, mais deux certitudes demeurent, qui ont pesé sur les échanges avec nos interlocuteurs. D’abord, le document mis en circulation (Integrated Resource Plan. Final Draft, 22/08/18, For Public Input, Government Notice, Department of Energy, n°R 2018) amplifie le poids relatif des énergies renouvelables dans le mix énergétique à l’horizon 2030, en particulier celui de l’énergie solaire. Ensuite et pour la première fois dans une version de l’IRP, les SSEG (Small Scale Embedded Generation), qui intéressent directement le programme Hybridelec, sont non seulement mentionnées, mais font également l’objet d’une programmation annuelle (200 MW) au même titre que les autres composantes du mix.

Or, deuxièmement, cette promotion des SSEG dans le débat énergétique national via l’IRP pose des questions non résolues au moment des enquêtes de terrain, accroît l’incertitude antérieure et entretient l’existence de « zones réglementaires grises » avec lesquelles tous les acteurs, en particulier les services électriques municipaux et les entreprises privées, peuvent composer et sur lesquelles ils peuvent jouer. Deux éléments majeurs, producteurs d’incertitude, ont surplombé les entretiens.

Le régime juridique des SSEG

Le 10 novembre 2017, un amendement au Electricity Regulation Act n° 4 of 2006 as amended in 2007 (ERA) exempte tout exploitant d’une installation dont la puissance est inférieure ou égale à 1 MW de solliciter une licence auprès du régulateur national de l’énergie, NERSA (National Energy Regulator of South Africa, qu’il remplace par une obligation d’enregistrement. Dans une proposition de réglementation publiée le 26 avril 2018 et soumise à la discussion publique jusqu’au 30 mai, le régulateur précise les conditions et modalités de la procédure d’enregistrement pour tous les types de SSEG d’une puissance installée n’excédant pas 1 MW, non connectés ou connectés à un réseau basse tension (low voltage) allant jusqu’à 132 kV seulement (Draft consultation paper. Rules for Registration of Small Scale Embedded Generation). De manière notable, le texte propose de confier la fonction d’enregistrement à l’opérateur titulaire d’une licence d’exploitation du réseau local de distribution, généralement la municipalité[1]. Lorsqu’il s’agit d’un SSEG raccordé, ce distributeur doit garantir un accès non discriminatoire à son réseau, il est chargé de vérifier la conformité technique et réglementaire de l’installation, de transmettre la demande d’enregistrement accompagnée de l’agrément technique et financier à NERSA, auquel il doit également fournir trimestriellement les données relatives à chaque SSEG doté d’un certificat et d’un numéro inclus dans une base nationale.

La proposition de NERSA a toutefois suscité de vives oppositions provenant d’ONG comme Outa (Organisation Undoing Tax Abuse), d’organisations patronales, de lobbies et de think tank libéraux, qui considèrent qu’elle vise, à travers la constitution d’une base nationale de données, à taxer les producteurs privés d’électricité, connectés ou non aux réseaux, à punir ceux qui ont fait des efforts pour compenser les dysfonctionnements d’Eskom et à les (ré)intégrer de manière draconienne dans le champ de l’opérateur public défaillant et des municipalités, qui le sont tout autant. Finalement, après une tentative de précision sur les modalités et les objectifs réels, le 21 mai, le manager exécutif pour la régulation électrique au NERSA, annonce que le texte est retiré dans l’attente de la publication d’une nouvelle notice par le DoE… toujours non publiée. Notons toutefois que la municipalité du Cap, confrontée à la prolifération d’installations PV considérées comme dangereuses pour la sécurité du réseau municipal, a décidé de lancer sa propre procédure d’enregistrement. Celle-ci vise rétroactivement les installations existantes, dont les propriétaires doivent transmettre leur déclaration au plus tard le 28 février 2019 sous peine de sanction financière, ainsi que toute nouvelle installation.

La définition des SSEG et de leurs bornes

Ensuite, durant les enquêtes et depuis lors, la résolution de la ‘question SSEG’ butte sur un problème de seuil de puissance installée. L’IRP 2018 incorpore certes les SSEG dans la programmation (200 MW/an), mais seulement pour les puissances installées allant de 1 MW à moins de 10 MW. Celles-ci correspondent plutôt, dans le grand programme national d’énergie renouvelables REI4P[2], au volet dit Small project IPPP Procurement Programme réservé aux puissances installées allant de 1 à moins de 5 MW et soumises au système national d’appel d’offres. Cette définition exclut de fait les petites puissances inférieures à 1 MW, installables par les citadins et les petites entreprises urbaines, qui sont aujourd’hui les plus nombreuses dans le pays. Autorisées sans licence mais dans un régime de déclaration controversé et potentiellement en concurrence avec les tranches supérieures de SSEG dans la programmation nationale, elles se multiplient dans un cadre juridique et politique instable.

Dans nos enquêtes, cette hétérogénéité des définitions et approches des SSEG selon les protagonistes et leurs intérêts s’est exprimée à travers, d’une part, une grande perplexité des acteurs locaux quant à la place réelle consentie, dans la politique nationale, aux petites installations dans la décentralisation électrique et dans la transition énergétique, d’autre part, un contournement des normes exploitant les incertitudes réglementaires (de nombreux malls fractionnent ainsi leurs installations en lots inférieurs à 1 MW pour échapper à la demande de licence d’exploitation auprès de NERSA). De cette double incertitude résultent, plus généralement, des situations locales souvent contrastées tant les représentations des acteurs publics et privés que leurs choix sont divers et variables selon les localités. C’est ce que le ppt présenté lors de la journée Hybridelec du 15 octobre 2018, document d’étape, cherche à montrer.

Les situations locales

Hybridelec Retours de Terra… by on Scribd

[1] Par défaut, les réseaux de distribution concernés fonctionnent avec du courant alternatif, aucun texte réglementaire ne faisant mention du courant continu (zone grise qu’ont commencé à exploiter des entreprises privées).

[2] Renewable Energy Independant Power Project Procurement Programme.

Observations on some hybrid energy systems in Delhi and its periphery

The Hybridelec research project started to explore the Indian reality, inparticular the city of Delhi and its southern suburb, during group visits which were conducted in the wake of the seminar co-organised by AFD, CPR and CERI on 30 October at CPR (see separate report). These field trips (Marie-Hélène Zérah,Bérénice Girard, Rémi de Bercegol, Gowda Shankare, Federico de Lorenzo, andEric Verdeil) have allowed us to identify five socio-technical setups and observe their typical ways of producing and accessing electricity.

Solar-roofed public buildings

dav

Photovoltaic plant on the roof of NPC, Delhi (Eric Verdeil, CC)

The first setup concerns numerous public agencies and enterprises which are having solar equipment installed on their roofs. For example, in the government district of south Delhi, we visited the National Productivity Council (NPC), a public enterprise acting as a consultant which helps public agencies or enterprises to improve their productivity, including with regard to their environmental or energy policies. When we arrived, there was a power cut which, according to our hosts, was highly unusual. Nevertheless, a dedicated generator powered the lift and emergency lighting.

dav

Other plants on the roofs of neighbouring buildings in the government district of Delhi (Eric Verdeil, CC)

Those in charge of NPC’s Environmental Management Department showed us a system of photovoltaic panels, with a total capacity of 30 kW, which had been installed on their roof in 2015. The system was connected to thehigh-voltage grid it supplied. Thus, the electricity produced was not directlyused in their building, however, NPC benefited from a reduction in itselectricity bill equivalent to the number of kW injected into the (high-voltage) grid. The electricity generated represented around 10% of thebuilding’s annual consumption (Rs. 30,000 per month) so this was a saving for the enterprise. Our interlocutors strongly emphasised the need for regular cleaning to remove the dust and maintain good production capacity. Several other buildings in the surrounding area were also equipped with solar panels of thesame type, albeit they were a lot less well maintained. Although this was not very clear, our interlocutors put forward several contributing factors behind this recent equipment:

  • a decision by the central government that tends to oblige public agencies to have this kind of systems installed;
  • the adoption of rules that favour net metering (which, however, did not apply in this case since the electricity produced was fed directly into the HV grid);
  • the project was completed with the help of a grant obtained from the Ministry of New and Renewable Energy as part of the National Solar Mission initiative;  
  • another incentive for this project was the obligation to have solar panels installed in order to be considered a “green building”;
  • the financial incentives were substantial overall: the project, which cost a total of Rs 2,157,000, received Rs 647,000 in subsidies;
  • finally, a swift drop in the cost of solar panels which has halved since 2015 was another essential factor in this investment.

The policy of Delhi Metro Rail Corporation (DMRC) for installing solar panels

The DMRC represents a second very impressive example of solar-panel installation. Wevisited a workshop depot east of the Yamuna River, in the Karampura district. Our interlocutor showed us a 100 kW plant installed on the roof but, in reality, all the roofs of the complex, including round-shaped ones which arenot very suitable, as well as, more widely, metro stations and various empty fields were covered in panels. This was the result of a series of contracts since 2015, with an installed capacity reaching 24 MW in 2018, and a new installation phase was currently under way. DMRC’s objective is to produce a part of the electricity it needs for traction and lighting. We learnt that solar production represented 30% of the daytime consumption, but only 5% for the whole day, bearing in mind that there are two peak times: early in the morning when the sun has not yet risen and in the evening when it has already set. The cleaning operation is very important but very difficult. Indeed, because train and network maintenance has to take place at night, the only time cleaners can intervene and panels can be installed is between 1 and 4 o’clock in the morning. This obviously represents a logistical, technical and safety challenge for the night workers. Upkeep and maintenance are subcontracted to the company (Sun Edison) which has installed the panels under a 25-year maintenance contract.

dav

PV plant on the DMRC workshop roof

Aerial view of the Yamuna Bank depot, with its roofs covered in PV (Google)

Whilst the government incentives cited above applied here too, we could see that DMRC’s mobilisation went further and showed a veritable appropriation of the self-production objective in order to reduce operation costs, of which electricity represents a big proportion. Our interlocutor further stressed that the public too had a direct interest in this since a reduction in outgoings translated directly into a reduction in production costs and therefore in the fares thepublic was charged (or into a reduction in subsidies, one might think). He informed us that discussions had therefore been going on with the regulating authorities: DMRC would wish to break free of DISCOMs, who have local monopoly over the distribution of electricity, as it would like to be able to develop its own production capabilities outside Delhi. For example, it already has a supply agreement with a solar park in Madhya Pradesh (under the RESCO model) from which it buys electricity at a price lower than the DISCOM one (around Rs 2 difference), and this despite the charges imposed by the Central Electricity Regulatory Commission (interstate charges) and the Delhi Electricity Regulatory Commission (intrastate charges). One may think, subject to confirmation,that this evolution of things would not be favourable to DISCOMs’ business model since, thanks to these adjustments, big industrial clients such as DMRCplay an essential role in the implementation of a policy for the social integration of small consumers (for further details see Kohler, Zerah 2013). This most definitely explains why DMRC was refused exemption from the interstate andintrastate charges. The same goes for DMRC’s failed application – it intends to reapply – to obtain a “deemed licensee” status (already granted to the railways) which would allow it to develop a strategy forachieving complete autonomy.

Gurgaon: solar condos

dav

View of a part of the PV plant on the roof of the Wellington Estate condominium (Eric Verdeil, CC)

We witnessed another very impressive example of solar equipment in a condominium of around 500 apartments in Gurgaon, a new city south of Delhi developed in thepast 20 years to serve the needs of the tertiary industry. In the past twoyears, the estate had been investing in an initial stage of PV panels representing 200 kW. The plant covered around 50% of the roofs of the residence. Thanks to the success of the operation, a new phase is being planned.

There are several favourable factors worth mentioning: first of all, the personality of the estate’s current president seemed decisive. This businessman who had retired from the advertising sector and had nothing to occupy him (his children were abroad and his wife had her own activities) wanted to find savings for the estate and do something for the environment even though he did not define himself as an activist. As it happened, the implementation of the project had led to a reduction in costs, not least because his style of management seemed more widely geared toward the rationalisation of outgoings – lighting in the communal areas had already been switched over to LED bulbs, which had resulted in a big saving comparable to the amount saved by the solar production. Further, we can again cite the regulatory incentives (net metering, etc.). Above all else, this estate, like many of its counterparts in Gurgaon, had a long history of infrastructural autonomy. It had been equipped with water wells, which now seemed to play only a supporting role, but also with generators, which at first used to supply all the electricity within the complex. If today this production capability only played a back-up role in case of power cuts (very short ones amounting to around 10 hours a month), this was the result of the relatively recent improvements in electricity supply made by DISCOM. In this context, the solar investment was part of a continuum, even if it did not in and of itself represent a new back-up capability – the solar system could work in conjunction with the public grid or the generators, but not on its own.


Aerial view of the Wellington Estate solar plant (source: YouTube, Wellington Board, uploaded on 6 December 2017)

A truly remarkable characteristic was the estate’s desire to customise this technology and guarantee the quality of the work carried out. For this purpose, and despite the opposition of many residents, the estate’s president and a couple of other individuals involved had worked together with the selected consultant to improve the project. Indeed, they had chosen a small company (Green Roots) over a bigger one that provided only standard solutions. The president actually had an interesting view on the circumstances that would allow this solar sector to take off. According to him, there should be third-party consultants who could help residences to negotiate with the companies. Indeed, he told us that their discussions with Tata or Hero Solar had failed because they had refused any design changes or had wanted to impose their own choice of panel supplier. Finally, even though the supplier was supposed to be in charge of maintenance for five years, in reality it was the estate that would take care of the upkeep and maintenance of the plant.

In economic terms, they did not hesitate to invest for the long term by buying good-quality material and now they were able to reduce their electricity bill by 10%. They planned to use their monitoring system to optimise their plants. This was part of a wider optimisation strategy (installation of more energy-efficient ventilators, motor replacement, etc.) and in-house management, which, according to the president, explained why their outgoings were far lower than those of other Gurgaon residences. This, he maintained, would explain the end of the protests witnessed at the beginning of the project.

To what extent could this situation be replicated in other parts of the city? This question seemed all the more relevant since CPR’s work on the Smart City programme shows that the development of solar roofs is a clearly stated priority for Gurgaon. Nevertheless, according to our interlocutor, the city had not provided any support and its achievements in this area seemed more or less non-existent. Only 6 or 7 other building complexes seemed to have developed similar investment programmes, but less successfully and especially with a lower degree of customisation. And yet, the lowering of installation costs seems a powerful incentive, albeit expertise is also required, something that not all estates and their subcontractors have.

The rapid electrification of Delhi’s slums and working-class neighbourhoods

Rémide Bercegol and Gowda Shankare took us to visit two slum areas, which were also waste collection and treatment hubs. First we went to Hanuman Mandir, Rama Krishna Puram, a completely illegal neighbourhood located in a low area with a nala, an open-air sewer, running across. Many of the houses there were made of scrap materials. The collected waste, which was deposited in huge enclosures or just along the sewer, was sorted and then sent to wholesalers who would then negotiate with the recycling industries. We were greeted by the periwalah, the entrepreneur in charge of this trade, who was also the sarpanch or head of the neighbourhood. Collectors deposited their bales on a scale outside his house which measured the quantities collected every day. This dwelling, made of brick and cement with steel girders, was connected to the power grid, just as the rest of the neighbourhood was, as attested by the perfectly visible meters. Furthermore, our interlocutor received the bills and was in charge of their distribution to the residents. We found it hard to understand what the amounts quoted corresponded to, some of which seemed very high to us. Could they perhaps have been arrears?

Our host also pointed out the recently installed public lighting, which was in keeping with a national policy that had been presented to us at the CPR/AFD/CERI seminar. It involved the use of LED lights which allowed work to go on well after night had fallen.

Rémi de Bercegol highlighted that the AamAadmi (Common Man) Party’s recent access to power (the State Assembly) could explain the development of these infrastructure networks in an otherwise clearly informal neighbourhood: since this party’s coming to power in Delhi in 2012, the policy of repression against slums had lost in its intensity and certain residents who no longer feared being evicted had added an upper storey to their houses.

When asked about the consistency in supply, our interlocutor estimated that power cuts were rare and that there had been clear improvement in the past few years. However, they seemed to happen almost on a daily basis, albeit for very short periods of time and they didn’t cause any inconvenience nor did they require the acquisition of complementary devices.

The second neighbourhood was in Okhla, south Delhi. We visited several recycling workshops that dealt particularly in glass and metal. The foremen there told us that their machinery was supplied with electricity and that they were hardly disrupted by the rare power cuts. They did not have any generators.


A recently installed electric meter (Eric Verdeil, CC)

Unauthorised urbanisation on agricultural land, but the buildings were connected to the grid (Eric Verdeil, CC)

A generator outside a furniture workshop (Eric Verdeil, CC)

Behind these workshops, in an area where vegetables were still being grown, a new neighbourhood had been developing along elevated streets. Small developments,workshops, sometimes individual houses had appeared visibly fast, according to Rémi de B. and Gowda S. who had regularly been there in the past year. There too we were struck by the electrification under way, as attested by theelectricity cables and meters suspended from pylons or attached to houses. We also visited a furniture workshop which was equipped with modern machinery and supplied with electricity. A brand new generator stood grandly outside theentrance. Bought only five months previously, it was, our interlocutors told us, seldom used. Nevertheless, it was interesting that they felt the need to have aback-up plan. We also noticed an electric rickshaw whose battery was being recharged.


Urbanisation and electrification moving forward in tandem (EricVerdeil, CC)

A bit further way, on a road under construction (along a natural-gas pipeline), we had a long discussion with an estate agent about the neighbourhood’s urbanisation rationale. This urbanisation was in fact illegal as the neighbourhood was not part of the master plan. However, the agricultural land had been bought by developers who planned a (very dense) housing estate and many transactions had been conducted which, according to the agent, had been marked by various abuses. As far as access to the infrastructures was concerned, he also pointed out that electricity theft happened and was tolerated (indeed, therewere some suspicious-looking connections attached to a cable just behind us) and that, whilst the electricity distribution company had equipped the neighbourhood, the same could not be said for the supply of water which depended on a public operator. Hence residents relied on drilling into the water table.


“Bengali” camp. The satellite dish no longer workedfollowing the disconnection of an illegal electrical network by thedistribution company (Eric Verdeil, CC)

We continued our field trip by going through nearby areas inhabited by migrantswho called themselves “Bengali” but who were very likely illegalimmigrants from Bangladesh. They too were involved in waste collection and sorting for the purposes of recycling. These populations’ situation was extremely precarious and their camp dwellings were equally very basic: wood, sheet metal, fabric, plastic. We noticed a communal water point (a hand pumpwhich it was unclear whether it pumped from the water table or the nearby public network of the resettlement-colony of Madanpur). We noticed a satellite dish outside a dwelling but the residents told us it no longer worked as the electric connections they had installed had been withdrawn by the distribution company after a fire had been started by a short circuit in another camp.

These visits in slums and working-class neighbourhoods showed that electrification was advancing very fast, despite the areas’ land situation. Furthermore, theimprovement in supply meant that residents seemed to rely mainly on electricity– if they could afford it – without needing other sources of electricity production.

Dharuhera: hybrid setups in the development corridor south of Delhi


Former Rajput palace in Dharuhera (Eric Verdeil, CC)

This rapidly growing town (around 35,000 inhabitants currently, compared to 18,000 in 2011) is located in a development corridor south of Delhi: it is home to industrial areas and residences meant for middle classes and workers linked to these new economic activities. Its social and physical structure is marked by the juxtaposition of these new groups with the old village. Politically, a family of landowners, which used to be linked with the British (they organised the conscription), dominates the municipal bodies. As it happened, we were received in turn by the former mayor in his villa, then by his aunt, the current mayor, in her big modern house in the village centre, close to the neglected former palace.}

The council had recently been modernised. It occupies a big modern building where we met the executive secretary who was in fact a representative of the state. There too we learnt that the electricity supply had improved considerably and that power cuts were residual. Nevertheless, a generator outside the building had to regularly be switched on. Our municipal interlocutors mentioned the development of photovoltaic panels and the incentives from or even obligation by the stateto have them installed. The council was therefore looking at the possibility of installing them on its roof and even considered having a bigger-sized plant so as to draw additional income from it. However, we noticed that within the council there was little technical and legal grasp of these issues. We were told about an owner who apparently had had panels installed in the town and about several plants in the surrounding villages. Even if there seemed to be awell-established installer in the area (whom we were unable to meet), we saw few panels on top of the buildings. Further investigations would be required.

dav

Urban landscape in Dharuhera (E. Verdeil, CC)}

burst

Waste ground and, in the background, urbanisation in the form of apartment blocks in Dharuhera (E. Verdeil, CC)

Conclusion

A first converging observation concerns the impressive improvement in the access to electricity, in keeping with the increase in electricity production and the extension of the distribution networks. The once chronic power cuts seem today to be residual. Back-up practices are still in use by a proportion of the companies and of the middle- or upper-class households (generators, inverters) but do not concern the poorest.

The second major factor is the arrival of photovoltaic plants for production at an individual or a company and condominium level, in response to state incentives and regulatory changes, but also in order to benefit from the economic advantages provided by this increasingly approachable technology. We may well wonder whether a habit of managing shortages and disrupted supply represents afactor that favours investment in these technologies.

Report written by Eric Verdeil with additional material by Bérénice Girard, Rémi de Bercegol and Marie-Hélène Zérah.Translated from the French by Monica Biberson thanks to AFD funding to Sciences Po-CERI.

Observations sur quelques hybridations électriques à Delhi et dans sa périphérie

Le projet de recherche Hybridelec a commencé à explorer le terrain indien, en particulier la ville de Delhi et sa périphérie sud, à l’occasion de visites collectives menées à la suite du séminaire co-organisé par l’AFD, le CPR et le CERI au CPR le 30 octobre dernier (voir compte rendu séparément). Ces visites de terrain (Marie-Hélène Zérah, Bérénice Girard, Rémi de Bercegol, Gowda Shankare, Federico de Lorenzo et Eric Verdeil) ont permis d’identifier cinq configurations socio-techniques et d’observer les formes de production d’électricité et d’accès à cette ressource qui les caractérisent.

Toits solaires des bâtiments publics

Installation photovoltaïque sur le toit de la NPC, Dehli (Eric Verdeil, CC)

Une première configuration concerne de nombreuses administrations et entreprises publiques qui se dotent d’équipements solaires installés sur leurs toits. Nous avons ainsi visité, à South Delhi, dans le quartier des administrations, la National Productivity Corporation (NPC), une entreprise publique qui intervient comme consultant pour aider des administrations ou des entreprises à améliorer leur productivité, entre autres sur le plan de leur politique environnementale ou énergétique. A notre arrivée, l’alimentation électrique était interrompue, une situation tout à fait inhabituelle selon nos hôtes. Néanmoins, un groupe électrogène dédié alimentait l’ascenseur et l’éclairage d’urgence.

Autres installations sur les toits de bâtiments voisins dans le Delhi administratif (Eric Verdeil, CC)

Les responsables du département Environmental management au sein de la NPC nous ont montré l’installation d’un ensemble de panneaux voltaïques sur leur toit, pour une capacité totale de 30 kW, datant de 2015. Ce système est relié au réseau haut voltage qu’il alimente. L’électricité produite n’est donc pas consommé directement dans cet immeuble mais le NPC bénéficie d’une diminution de sa facture électrique à hauteur du nombre de KW injectés dans le réseau (haute tension). L’électricité générée représente environ 10% de la consommation annuelle de l’immeuble (30.000 Rs par mois): c’est donc une économie pour cette entreprise. Nos interlocuteurs ont beaucoup insisté sur la nécessité d’un nettoyage régulier pour éliminer la poussière et maintenir une bonne capacité de production. Aux alentours, plusieurs autres immeubles sont également équipés de panneaux de même type, quoique beaucoup moins bien entretenus. Sans que cela soit très clair, nos interlocuteurs mettent en avant plusieurs facteurs incitatifs pour expliquer cet équipement récent :

  • une décision du gouvernement central tendant à obliger les administrations à faire ce type d’installation;
  • la mise en place d’une réglementation favorable aux compteurs doubles-flux (netmetering) [mais ici ce n’est pas le cas puisque l’électricité produite alimente directement le réseau HT];
  • La réalisation de ce projet a été facilitée par l’obtention d’une subvention du Ministère des Energies Renouvelables dans le cadre de la National Solar Mission.  
  • Une autre incitation pour ce projet est l’obligation d’installer des panneaux solaires pour pouvoir être considéré comme un “green building”.
  • Au total, ces incitations financières sont substantielles: dans le cas de ce projet d’un coût total de 2.157.000 Rs, la subvention reçue fut de 647.000 rs.
  • Enfin, la baisse très rapide du coût des panneaux qui a été divisé par 2 depuis 2015 est un autre facteur essentiel de l’investissement.

La politique d’installation de panneaux PV de la Delhi Metro Rail Corporation (DMRC)

La DMRC représente un deuxième exemple très impressionnant d’installation de panneaux PV. Nous visitons un dépôt-atelier situé à l’est de la rivière Yamuna , dans le quartier de Karampura. Notre interlocuteur nous montre une installation de 50 kW ?? situé sur le toit mais en réalité, l’ensemble des toitures du complexe, y compris celles de forme arrondie, donc peu propice, sont couvertes et plus largement les stations de métro, ainsi que divers terrains libres. C’est le résultat d’une série de contrats successifs depuis 2015, avec une capacité installée qui atteint en 2018 24 MW, et une nouvelle phase d’installations est en cours. L’enjeu pour la DMRC est de produire une partie du courant dont elle a besoin pour alimenter la traction et l’éclairage de ses installations. Nous apprenons que la production solaire représente 30% de la consommation diurne, mais seulement 5% sur l’ensemble de la journée, sachant que deux pics de transport se produisent au petit matin et en soirée, lorsque le soleil n’est pas levé ou est déjà couché. L’enjeu du nettoyage est très important mais très contraint. En effet, en raison de la maintenance des trains et du réseau qui est nécessairement nocturne, le seul moment où les nettoyeurs peuvent intervenir et où les installations de panneaux sont possibles se situe entre 1 et 4 heures du matin. Cela constitue évidemment un défi logistique, technique et sécuritaire pour les employés qui travaillent de nuit. L’entretien et la maintenance sont confiés à l’entreprise (Sun Edison) qui a posé les panneaux via un contrat d’entretien sur 25 ans.

Si les incitations gouvernementales évoquées ci-dessus sont aussi valables, nous comprenons aussi que la mobilisation de la DMRC va au-delà et témoigne d’une véritable appropriation de l’enjeu d’auto-production, en vue de réduire ses coûts de fonctionnement, dont l’électricité représente une part majeure. Notre interlocuteur souligne du reste qu’il y a aussi un intérêt direct du public, puisque la réduction des charges se traduit directement dans la baisse des coûts de revient et donc des tarifs offerts au public (ou dans une baisse des subventions, peut-on penser). De ce fait, il nous fait part d’un débat avec les autorités régulatrices: la DMRC souhaiterait s’affranchir des DISCOMS qui ont le monopole local de la distribution d’électricité: la DMRC voudrait pouvoir développer ses propres capacités de production en dehors de Delhi. Elle a déjà par exemple un contrat d’approvisionnement avec un parc solaire au Madhya Pradesh (via le RESCO model) auquel elle achète l’électricité à un prix inférieur à celui de la DISCOM (environ 2 Rs. d’écart), et ce malgré l’imposition de frais imposés par la Central Electricity Regulatory Commission (interstate charges) et la Delhi Regulatory Commission (intrastate charges). On peut penser, sous réserve de vérification, que cette évolution ne serait pas favorable au modèle d’affaire des DISCOMS car les gros clients industriels comme la DMRC jouent un rôle essentiel, à travers la péréquation, pour permettre de mener une politique socialement intégratrice auprès des petits consommateurs (voir pour plus de détail Kohler, Zerah 2013). C’est très certainement ce qui explique le refus opposé à la DMRC d’être exemptée des interstate et intrastate charges. De même la demande, que la DMRC compte réitérer, pour obtenir le statut de “deemed licensee” (obtenu par les chemins de fer)  et qui permettrait de construire une stratégie d’autonomisation complète, n’a pas été accordée.

Gurgaon: des condos solaires

Vue d’une partie de l’installation PV sur le toit du condominium Wellington Estate (Eric Verdeil, CC)

Nous avons observé un autre exemple très impressionnant d’équipement solaire dans un condominium d’environ 500 appartements à Gurgaon, ville nouvelle à vocation tertiaire qui s’est développée depuis 20 ans au sud de Delhi. La copropriété a investi depuis deux ans dans une première phase de panneaux PV représentant 200 kW. Cette installation occupe environ 50% des toits de cette résidence. Devant le succès de cette opération, une nouvelle phase est prévue.

Plusieurs facteurs favorables sont à citer : en premier lieu, la personnalité de l’actuel président de la copropriété semble décisive. Cet homme d’affaires retraité du secteur de la publicité, désœuvré (ses enfants sont partis à l’étranger, sa femme a ses propres activités, …) a voulu faire faire des économies à la copropriété et faire quelque chose pour l’environnement même s’il ne se définit pas comme un activiste. De fait, la mise en œuvre du projet se traduit par des baisses de charge, d’autant que sa gestion semble plus largement orientée vers une rationalisation des dépenses – l’électricité des parties communes a déjà été changée pour des lampes LED, entraînant une grande économie, comparable au montant économisé par la production solaire. Ensuite, on peut citer de nouveau les incitations réglementaires (netmetering, etc.) Surtout la copropriété, comme beaucoup de ses semblables à Gurgaon, a une histoire ancienne d’autonomie infrastructurelle. Elle était équipée de forages pour l’eau, qui aujourd’hui n’ont semble-t-il plus qu’un rôle d’appoint, mais aussi des groupes électrogènes qui à l’origine assuraient la totalité de l’alimentation électrique du complexe. Si aujourd’hui cette capacité de production n’a plus qu’un rôle de back up en cas de coupure (environ 10 h par mois, sous la forme de petites coupures très courtes), c’est le résultat de l’amélioration de fourniture électrique par la DISCOM et c’est une situation relativement récente. Dans ce contexte, l’investissement en solaire s’inscrit dans une continuité même si il ne représente pas, en lui-même une nouvelle capacité de back up. Le solaire peut fonctionner couplé avec le réseau public ou les générateurs, mais pas seul.

Vue aérienne de l’installation solaire de Wellington Estate (source: YouTube, Wellington Board, mise en ligne 2 décembre 2017)

Une caractéristique très remarquable est la volonté de la copropriété de s’approprier cette technologie et de garantir une qualité des travaux. Pour cela, et malgré une opposition de nombreux résidents, le président de cette copropriété et une ou deux autres personnes impliquées ont travaillé avec le consultant sélectionné pour améliorer le projet. Ils ont d’ailleurs préféré une petite entreprise (Green Roots) plutôt qu’une entreprise plus large qui propose des offres standardisées. Il a d’ailleurs une perspective intéressante sur les conditions qui permettraient de faire décoller ce segment du solaire. Il faudrait selon lui des tierce parties (third party consultants) qui permettraient d’aider les résidences à négocier avec les entreprises. En effet, il raconte que leurs discussions avec Tata ou Hero Solar ont échoué car ces dernières ont refusé tout changement dans le design ou voulaient imposer le fournisseur de panneaux. Enfin, même si le fournisseur est en charge, pour cinq ans, de la maintenance, en pratique c’est la copropriété qui réalise l’entretien et la maintenance des installations.

En termes économiques, ils n’ont pas hésité à investir sur la longue durée en achetant du matériel de qualité et aujourd’hui, ils arrivent à réduire leur facture d’électricité de 10%. Ils ont pour projet d’utiliser leur système de monitoring pour optimiser leurs installations. Cette action fait partie d’une stratégie d’optimisation plus large (installation de ventilateurs moins consommateurs d’énergie, remplacement des moteurs, …) et d’une gestion in-house, qui explique selon lui que les charges sont très inférieures aux autres résidences de Gurgaon. Ceci expliquerait selon lui la fin des protestations constatées au début du projet.

Dans quelle mesure cette situation se reproduit-elle ailleurs dans la ville? La question semble d’autant plus pertinente que les travaux du CPR sur le programme Smart City montrent que pour la ville de Gurgaon, le développement des toits solaire est une priorité affichée. Toutefois, selon notre interlocuteur, la ville n’a apporté aucun soutien et ses réalisations dans ce domaine semblent à peu près inexistantes. Seuls 6 ou 7 autres complexes immobiliers semblent avoir développé des programmes d’investissement similaires, et encore, avec moins de réussite et surtout moins d’appropriation. Pourtant, la baisse des coût d’installation semble un facteur incitatif puissant, même si une maîtrise est aussi nécessaire, que toutes les copropriétés et leurs sous-traitants ne maîtrisent pas.

L’électrification rapide des slums et quartiers populaires de Delhi

Emmenés par Rémi de Bercegol et Gowda Shankare, nous visitons deux quartiers de slums qui sont aussi des points centraux dans la collecte et le traitement des déchets. Le premier, à Hanuman Mandir, Rama Krishna Puram, est un squat situé dans une zone basse traversée par un nala, un égout à ciel ouvert, un quartier est tout à fait irrégulier et dont beaucoup des maisons sont faites de matériaux de récupération. Les déchets collectés, déposés dans de vastes enclos ou simplement le long de l’égout, y font l’objet d’un premier tri avant d’être envoyés auprès de grossistes qui les négocieront avec des industriels du recyclage. Nous sommes accueillis par le periwalah, l’entrepreneur qui contrôle ce commerce, et qui en même temps est le sarpanch, le chef du quartier. Devant sa maison, les récupérateurs viennent déposer leurs ballots sur la balance mesurant les quantités collectées chaque jour. Cette habitation, en brique et ciment avec poutres d’acier, est connectée au réseau électrique, comme le reste du quartier, comme en atteste les compteurs bien visibles. Du reste, notre interlocuteur reçoit les factures et est chargé de les distribuer aux habitants. Il nous est difficile de comprendre à quoi correspondent les sommes visibles, qui dans certains cas nous paraissent très élevées. S’agit il d’arriérés de paiement?

Notre hôte met aussi en avant l’éclairage public récemment installé, ce qui correspond à une politique nationale, dont nous avons eu une présentation lors du séminaire CPR-AFD-CERI. Il s’agit de lampes LED sous lesquelles le travail se poursuit alors que la nuit est déjà bien tombée.

Rémi de Bercegol souligne que le récent accès au pouvoir (à l’assemblée de l’Etat) du groupe politique Aam Aadmi Party (parti de l’Homme commun)  peut expliquer le développement de ces réseaux d’infrastructure dans un quartier par ailleurs si clairement informel :  depuis l’arrivée de ce parti au pouvoir à Delhi en 2012, la politique de répression vis-à-vis des bidonvilles s’est amenuisée et certains habitants ont ajouté un premier étage à leur habitations, ne craignant plus une éviction.

Interrogé sur la régularité de l’alimentation, notre interlocuteur considère que les coupures sont rares et qu’il y a eu une nette amélioration depuis quelques années. Elles semblent néanmoins quasi-quotidiennes, mais de très courtes durées et ne suscitent pas de gêne ni n’obligent à l’acquisition de dispositifs complémentaires.

Le second quartier visité se situe à Okhla, au Sud de Delhi. Nous visitons plusieurs ateliers de recyclage, notamment de verre et de métal. Les contremaîtres sur place nous indiquent que leurs machines sont alimentées par l’électricité, et qu’ils ne sont guère perturbés par les rares coupures. Ils ne disposent pas de générateurs.

Un générateur devant un atelier de meubles (Eric Verdeil, CC)

A l’arrière de ces ateliers, dans un espace encore maraîcher, se développe un nouveau quartier le long de rues surélevées. Des petits immeubles de promotion, des ateliers, parfois des maisons individuelles se développent visiblement très rapidement d’après le témoignage de Rémi de B. et de Gowda S. qui passent régulièrement par là depuis un an. Nous sommes frappés, là aussi, par l’électrification en cours du quartier, visible à travers les fils du réseau de distribution et les compteurs suspendus aux pylônes ou accrochés aux maisons. Nous visitons aussi un atelier de meubles, équipés de machines modernes et alimenté à l’électricité. Un générateur tout neuf trône devant l’entrée. Acheté il y a seulement cinq mois, il sert peu selon nos interlocuteurs mais il est néanmoins intéressant qu’ils aient éprouvé le besoin de s’assurer un back up. Nous observons aussi un rickshaw à batterie électrique en train d’être rechargé.

L’urbanisation et l’électrification avancent de concert (Eric Verdeil, CC)

Un peu plus loin, le long d’une rue en construction (le long d’une canalisation de gaz naturel), nous discutons longuement de la logique d’urbanisation du quartier avec un agent immobilier. L’urbanisation est en fait illégale, le quartier étant en dehors du master plan. Mais les terrains agricoles ont été acheté par des développeurs, qui ont fait un plan de lotissement (très dense) et de nombreuses transactions ont lieu, marquées selon lui par divers abus. Concernant l’accès aux infrastructures, il souligne aussi l’existence et donc la tolérance du piratage (juste derrière nous, des connexions suspectes semblent en effet accrochées à un fil) et le fait que si la compagnie de distribution électrique a équipé le quartier, ce n’est pas le cas pour l’eau, qui dépend d’un opérateur public. De ce fait, les habitants se reposent sur des forages dans la nappe.

Campement ”bengali”. L’antenne parabolique ne fonctionne plus, suite à la déconnexion d’un raccordement électrique illégal par la compagnie de distribution (Eric Verdeil, CC)

Nous poursuivons notre visite de terrain en traversant, non loin de là, des zones habitées par des migrants qui se disent “Bengalis” mais qui sont très probablement des migrants du Bangladesh en situation illégale. Ils sont également impliqués dans la collecte des déchets et le tri en vue du recyclage. Il s’agit de populations extrêmement précaires, et leur habitat, de type campement, est également très frustre: bois, tôle, tissus, plastiques. Nous observons un point d’eau collectif (une pompe manuelle, sans savoir si elle pompe dans la nappe ou sur le réseau public de la cité de relogement de Madanpur qui passe à proximité). Devant une habitation, nous notons la présence d’une antenne satellite mais les habitants nous disent qu’elles ne fonctionnement plus, les connexions électriques qu’ils avaient installé ayant été retirées par la compagnie de distribution après qu’un incendie s’est déclenché dans un autre campement à la suite d’un court circuit.

Ces visites de slums et de quartiers populaires montrent une électrification en marche très rapide, en dépit de la situation foncière de ces zones. De plus, l’amélioration de l’alimentation fait que les habitants semblent principalement se reposer sur l’électricité – s’ils peuvent se la payer – sans avoir besoin d’autres sources de production électrique.

Dharuhera: quelles configurations hybrides dans le corridor de développement au sud de Delhi?

L’ancien palais des rajputs à Dharuhera (Eric Verdeil, CC)

Cette petite ville en forte croissance (environ 35000 habitants actuellement, contre 18000 en 2011) se situe dans un corridor de développement vers le sud de Delhi : elle accueille des zones industrielles et des résidences destinées aux classes moyennes et aux ouvriers liés à ces nouvelles activités économiques. La structure sociale et spatiale est marquée par la juxtaposition de ces nouveaux groupes avec l’ancien village. Politiquement, une famille de propriétaires terriens, qui était aussi liée aux Anglais (ils organisaient la conscription), domine les instances municipales. Nous sommes d’ailleurs successivement reçu par l’ancien maire dans sa villa puis par sa tante, maire actuelle, dans sa grande maison moderne au coeur du village à proximité de l’ancien palais en déshérence.

La municipalité a récemment été modernisée. Elle occupe un grand bâtiment moderne où nous rencontrons le secrétaire exécutif, qui est en fait le représentant de l’Etat. Nous apprenons que là aussi, les conditions d’alimentation électrique se sont fortement améliorées, les coupures étant résiduelles. Un générateur devant le bâtiment se met néanmoins en marche à intervalle régulier. Nos interlocuteurs de la municipalité mentionne le développement des panneaux photovoltaïques, et les incitations voire obligations de l’Etat à en installer. La municipalité étudie ainsi le projet d’en installer sur son toit, et envisage même de surdimensionner l’installation afin d’en tirer un revenu complémentaire. Nous comprenons toutefois la faible maîtrise technique et juridique de ces questions au sein de la municipalité. On nous parle d’un propriétaire qui aurait installé des panneaux dans la ville et de quelques installations dans les villages alentours. Même si un installateur semble avoir pignon sur rue (nous n’avons pu le rencontrer), on distingue peu de panneaux sur les immeubles. Des investigations complémentaires seront nécessaires.

Conclusion

Une première observation convergente a trait à l’amélioration impressionnante de l’accès à l’électricité, en lien avec l’augmentation de la production électrique et l’extension des réseaux de distribution. Les coupures de courant, naguère chroniques, semblent aujourd’hui résiduelles. Les pratiques de back up demeurent pour une partie des entreprises et des ménages de classe moyenne ou supérieure (générateurs, inverteurs) mais ne concernent pas les plus pauvres.

Le deuxième fait majeur est le décollage d’installations photovoltaïques de production individuelles ou à l’échelle d’entreprises et de condominiums, en réponse aux incitations étatiques et à la transformation du cadre réglementaire, mais aussi pour bénéficier des avantages économiques offertes par cette technologie de plus en plus abordable. On peut se demander si l’habitude de gérer des pénuries ou une alimentation perturbée constitue un facteur favorisant l’investissement dans ces technologies.

Compte rendu rédigé par Eric Verdeil et complété par Bérénice Girard, Rémi de Bercegol et Marie-Hélène Zérah.

Stockage de l’électricité: la nouvelle solution anti-pénurie? Retours d’Ibadan et de Cotonou – Présentation de Mélanie Rateau

Extrait diapo 9 “Stockage de l’électricité: la nouvelle solution anti-pénurie? Retours d’Ibadan et de Cotonou”

Mélanie Rateau a présenté deux des terrains d’Hybridelec dans le cadre de la demi-journée “Le stockage de l’énergie électrique. Potentielles applications des nouveaux systèmes et retours sur les terrains” du 12 septembre 2018 à Champs sur Marne, organisée par le GT “Ville et énergie” du Labex Futurs Urbains.

Le diaporama “Stockage de l’électricité: la nouvelle solution anti-pénurie? Retours d’Ibadan et de Cotonou” est issu de sa recherche doctorale, dont les terrains ont bénéficié du soutien de l’ANR Hybridelec, de l’IFRA à Ibadan et de l’IRD à Cotonou.

Son plan de présentation est:

  • Partie 1 : Contexte
    • Secteur électrique nigérian chaotique
    • Distribution de l’électricité à Ibadan
    • Terrain d’étude : Ibadan
  • Partie 2 : Offres d’accès
    • Dispositifs marchands d’accès à l’électricité
    • Dispositifs de stockage de l’électricité
    • Appareils rechargeables et cabines de recharge
  • Partie 3 : Chez les ménages
    • Carte des modes d’accès à l’électricité
    • Batteries Back-up chez les ménages aisés
    • Éclairage et cabine de recharge
  • Partie 4 : Et à Cotonou ?
  • Conclusion : Complexification

Electricity Subsidies in Lebanon: Benefiting some Regions More than Others – analysis featured on the LCPS website

Eric Verdeil’s analysis of electricity subsidies in Lebanon is featured on the website of the Lebanese Center for Policy Studies.

While the recent political showdown over where to connect the Esra Gul barge to Lebanon’s power grid is indicative of the country’s unequal electricity supply, it also unearthed something more fundamental, namely, how electricity subsidies exacerbate geographical and social inequalities. Indeed, one major problem facing Electricité Du Liban (EDL) concerns the fact that production costs exceed revenues from consumers. For many years, the difference has been covered/subsidized by the state but these subsidies impact citizens differently depending on where they reside.

More precisely, because the periphery have access to a smaller supply of electricity per day, they incur greater generator use costs than those living in the central agglomeration, particularly   municipal Beirut. Consequently, my recent study demonstrates that effective subsidies disproportionately benefit wealthier households and in particular those who live in Beirut, as the latter are supplied with more power on a daily basis compared to other regions.[1] Therefore, electricity subsidies exacerbate both geographical and social inequalities.

While the production cost of electricity—indexed to the international hydrocarbon market—has significantly increased since 1994, prices have not been reevaluated in that period. According to the National Electricity Strategy Plan of 2010, the price represented on average only 55% of the production cost per kilowatt hour. While the price structure should reflect a principle of fairness and employ progressive rates designed to ease the burden for small consumers—among whom are the country’s poorest people—a 2009 World Bank study reported the opposite. In fact, fixed costs added onto an EDL bill resulted in small consumers (who use up to 300 kilowatt hours) paying disproportionately more of their income toward energy bills than larger users. Practically, the more they consume, the more users are subsidized by the state. This is not an open and deliberate subsidy, but rather a largely unseen mechanism at work.

In fact, the study highlights geographic variances that result from the length of time that power is supplied. This adds an essential component to the distortion caused by this effective subsidy. Since 2006­-2007, Beirut has received on average nineteen to twenty-one hours of electricity per day, while other regions have received only twelve to fifteen hours if not less (depending on the time of year and in which year data was gathered). The capital’s residents use more public electricity by default and consequently benefit more from subsidies.

…/…

Read the end of the article on the LCPS website. The translation of this article has been made possible thanks to the financial support of AFD.

A French longer version, including the detailed data, is to be read on Rumor, Eric Verdeil’s own blog.

A One-year Post-doctoral position: Emerging forms of hybrid energy systems in urban India

Content and context of the post-doctoral position 

The advertised post-doctoral position is part of an interdisciplinary social sciences team working on the project HYBRIDELEC: Electric hybrids and emerging forms of energy transition in southern cities, funded by the ANR (The French National Research Agency) (for more information on the project, see http://hybridelec.hypotheses.org). The starting point of the research is the acknowledgment that cities in the developing and emerging countries experience many problems of electricity supply, including lack of access for all as well as irregular and load quality issues, which conventional responses such as solely extending the grid cannot fix. Therefore, collective and individual alternatives such as decentralized and hybrid  systems evolve. In a relational approach to infrastructure, both shaped by and shaping the social contexts in which they are embedded, the research aims to analyse the co-evolutions of local electricity supply systems and urban change. Continuer la lecture de « A One-year Post-doctoral position: Emerging forms of hybrid energy systems in urban India »

Contrat post-doctoral d’un an. Hybridations électriques : formes émergentes de la transition énergétique dans les villes de l’Inde

For an English Version, see here.

Programme et contexte du post-doctorat

Ce contrat post-doctoral est proposé dans le cadre d’un projet, mené par une équipe interdisciplinaire en sciences sociales, intitulé HYBRIDELEC – Hybridations électriques : formes émergentes de la transition énergétique dans les villes du Sud – et financé par l’Agence Nationale pour la recherche (pour plus d’information, voir http://hybridelec.hypotheses.org). Ce projet part du postulat que les villes des pays en développement et émergents connaissent de lourds problèmes de fourniture en électricité (accès inégal et non généralisé, coupures et irrégularités du service) que les réponses conventionnelles telles que l’extension du réseau ne parviennent pas à résoudre. C’est pourquoi on assiste au développement de solutions alternatives, individuelles ou collectives, tels que des réseaux décentralisés et hybrides. Appliquant le concept d’hybridation aux études socio-techniques, la recherche propose d’étudier ces nouvelles configurations, qui restent mal connues, leurs impacts sur le futur du système électrique ainsi que sur la coévolution des systèmes locaux d’approvisionnement en électricité et du changement urbain. L’objectif de cette recherche est d’analyser ces configurations, qui sont façonnées par les contextes sociaux dans lesquels elles sont intégrées, comme des assemblages urbains constitués d’acteurs, d’objets techniques, d’institutions, d’intérêts économiques, de pratiques sociales et de représentations. Continuer la lecture de « Contrat post-doctoral d’un an. Hybridations électriques : formes émergentes de la transition énergétique dans les villes de l’Inde »

ANR Hybridelec : intentions de recherche dans la province du Western Cape (Afrique du Sud)

Sylvy Jaglin, professeur Université Paris-Est Marne-la-Vallée et chercheur au Latts
Alain Dubresson, professeur Université Paris Nanterre et chercheur au Lavue

Le contexte national sud-africain de “transition énergétique”

Depuis la crise électrique survenue en 2008, dont les symptômes – coupures tournantes, délestages sectoriels – affectant ménages et entreprises ont resurgi en 2014 et 2015, les municipalités sud-africaines tentent de négocier avec le pouvoir d’État une redéfinition de leur périmètre d’action énergétique. Dépendantes d’Eskom, entreprise publique nationale verticalement intégrée cumulant des fonctions de production, de transport et de revente et bénéficiant d’une position dominante, à laquelle elles achètent l’électricité en gros pour la revendre ensuite dans leur territoire de juridiction, les autorités municipales cherchent à modifier un système vertical très contraignant, dont les dysfonctionnements les vulnérabilisent. Continuer la lecture de « ANR Hybridelec : intentions de recherche dans la province du Western Cape (Afrique du Sud) »

Configurations hétérogènes de fourniture de l’électricité et inégalités d’accès aux services énergétiques, Grand-Cotonou (Bénin) et Ibadan (Nigéria)

Recherche doctorale : Configurations hétérogènes de fourniture de l’électricité et inégalités d’accès aux services énergétiques, Grand-Cotonou (Bénin) et Ibadan (Nigéria)

La généralisation de l’accès à l’électricité en Afrique Subsaharienne est entravée par des problèmes d’infrastructures lacunaires et de pénurie d’énergie (Africa Progress Panel 2015). Ces défaillances constituent un terreau favorable à l’émergence de pratiques illégales, informelles et alternatives. La part de la population ayant accès au réseau conventionnel y est de 30% en moyenne en 2012 (International Energy Agency 2014), mais ce chiffre cache des différences entre les pays de cette Afrique plurielle. Par exemple, seulement 25,5% de la population a accès au réseau conventionnel au Bénin (Direction Générale de l’Énergie 2017), contre 45% au Nigéria (Ley, Gaines et Ghatikar 2015). Ces inégalités d’accès se retrouvent aux échelles nationales, entre zones urbaines et rurales (Direction Générale de l’Énergie 2017; Ley, Gaines et Ghatikar 2015), mais aussi au sein même des villes. La recherche se concentre sur ces échelles urbaines et porte sur les agglomérations de Cotonou au Bénin (en y incluant Abomey-Calavi et Semè-Kpodji) et d’Ibadan au Nigéria. Continuer la lecture de « Configurations hétérogènes de fourniture de l’électricité et inégalités d’accès aux services énergétiques, Grand-Cotonou (Bénin) et Ibadan (Nigéria) »

Durabilité et diversité des modèles d’hybridation électrique à Ibadan, Nigéria

Mémoire de recherche : Durabilité et diversité des modèles d’hybridation électrique à Ibadan, Nigéria

Dans le cadre de son Master 1 de recherche en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la recherche d’Andrée-Anne Nicolas codirigée par Géraud Magrin et Rémi de Bercegol, étudie la question de l’hybridation électrique à Ibadan, troisième ville du Nigéria par sa population de près de 6 millions d’habitants et première ville la plus étendue spatialement du pays où elle est accueillie par l’Institut Français de Recherche en Afrique (IFRA) pour une période de deux mois et demi. Le Nigéria, surnommé « géant de l’Afrique » du fait de sa démographie et de l’importance de ses revenus économique illustre efficacement un paradoxe énergétique : alors que ses ressources énergétiques potentielles sont très nombreuses (pétrole, gaz, énergie solaire, thermale, hydrique…), près de 35% de la population du pays n’a pas accès à l’électricité, et l’ensemble du pays souffre de la mauvaise qualité du réseau électrique conventionnel (les usagers ne font pas seulement face à des coupures fréquentes, la norme même est de ne pas avoir d’électricité plus de 5 à 10 heures par jour). Continuer la lecture de « Durabilité et diversité des modèles d’hybridation électrique à Ibadan, Nigéria »

Choices of case studies

Case studies

Case studies have been chosen to reflect a set of diverse geographical (urban) and technological situations and to analyse their evolution with regard to the social, political, economic and urban environment. The choice also follows a principle of efficiency: by choosing places and cases that they are already accustomed to, researchers will minimize the entry cost (knowledge of geographical, historical, political and legal environment). In several cases, the proposed research will built on previous work (South Africa, Lebanon, India, Pakistan). The fieldwork undertaken by the students (master and doctoral students) or postdoc will be tightly supervised by experienced researchers and they will last longer to compensate for the “learning costs”. Several of these countries are almost totally out of map of energy studies (Nigeria, Pakistan, Benin, Chad…).