Eskom en 2019 : ‘Too big to fail or to support ?’. Chronique d’un modèle intégré en phase terminale

Depuis les premières manifestations de la ‘crise électrique’ nationale en 2008, de nombreuses interrogations ont été formulées sur le devenir d’Eskom SOC Ldt[i], entreprise publique en monopole, verticalement intégrée, que ni les hausses continuelles de tarifs accordées par le régulateur national (NERSA), ni la recapitalisation par l’État ne semblaient pouvoir sauver du naufrage.

L’une des réponses à ces interrogations est désormais connue : au premier trimestre 2019, alors que la puissance totale installée, 47 000 MW, n’a jamais été aussi importante, Eskom, dont la marge de réserve est redevenue quasi nulle, a été incapable de faire face régulièrement au pic de demande journalier (28 000 à 30 000 MW) dans un contexte où la consommation nationale ne cesse pourtant de diminuer. L’entreprise publique a multiplié les coupures tournantes (load shedding) pour éviter le pire et tous ses indicateurs financiers sont passés au rouge. Une autre réponse est contenue dans le discours à la Nation prononcé le 7 février 2019 par le président sud-africain : Cyril Ramaphosa y a annoncé la dé-intégration du monopole public dans les plus brefs délais ainsi que la mise en place de mesures financières d’urgence.

Huit mois plus tard, le 16 octobre, les coupures tournantes ont repris, le réseau est constamment menacé de rupture et la situation financière d’Eskom est qualifiée d‘intenable par Cyril Ramaphosa. L’opérateur public est un fardeau économique et financier pour l’Afrique du Sud et ses dysfonctionnements répétés sont considérés par la Banque africaine de développement comme un risque majeur pour le réseau électrique interconnecté d’Afrique australe (Southern African Power Pool). Le 29 octobre, Pravin Gordhan, ministre des Entreprises publiques, a révélé un plan de restructuration dont le calendrier débutera en mars 2020, la séparation fonctionnelle en trois entités distinctes devant être achevée en 2021. Le 18 novembre, il a dévoilé le nom du nouveau directeur exécutif d’Eskom, Andre de Ruyter, qui prendra ses fonctions le 15 janvier 2020 et devra engager la restructuration annoncée.

Le modèle Eskom est donc en phase terminale, mais nul ne peut prédire ce qui résultera de sa dé-intégration, à laquelle sont hostiles les organisations syndicales, ni quelles en seront les conséquences, d’une part sur l’organisation et le fonctionnement du réseau électrique national et, d’autre part, sur les conditions et les modalités de la transition énergétique engagée depuis 2010 par le pouvoir d’État, dont les nouveaux objectifs ont été officiellement publiés le 18 octobre 2019 (voir le précédent billet).

Cette chronique récapitule les principaux événements survenus en 2019. Elle rappelle, en conclusion, qu’il faut inscrire l’année 2019 dans un temps long pour comprendre ce qui se joue autour du devenir d’Eskom, qui n’est pas seulement un opérateur électrique mais aussi un pilier technopolitique du pouvoir de l’ANC. Elle souligne également que la nouvelle architecture d’Eskom ainsi que le nouveau paysage électrique qui est esquissé à l’échelle nationale auront des conséquences majeures à l’échelle municipale, en particulier sur les conditions et les modalités de l’hybridation des dispositifs sociotechniques locaux.

4 Décembre 2019

Lire la chronique déposée sur HAL-SHS.


[i] Eberhard A., Godinho C., 2017, Eskom Inquiry. Reference Book. A Resource for Parliament’s  Public Enterprises Inquiry., Civil Society, Journalists & Engaged Citizens, Cape Town, University of Cape Town, Graduate School of Business

Greenpeace Africa, 2019, Eskom : A roadmap to powering the future. The future role of Eskom in the transition process of the South African Electricity sector, Johannesburg, Greenpeace Africa.

Hofstatter S., 2018, Licence to Loot. How the plunder of Eskom and other parastatals almost sank South Africa,  Johannesburg, Penguin Random House South Africa.

Jaglin S., Dubresson A., 2015a, « Portrait d’entreprise. Eskom Holdings SOC Limited », Flux, 2, n° 101-102, pp. 133-144.

Jaglin S., Dubresson A., 2016, Eskom. Electricity and technopolitics in South Africa, Cape Town, UCT Press. (Version française : Jaglin S., Dubresson A., 2015b, Eskom. Electricité et pouvoir en Afrique du Sud, Paris, Karthala).

Makgetla, N. (2017). The Crisis at Eskom and Industrialisation, Working Paper, November,

Pretoria, Trade and Industrial Policy Strategies.

Mondi L., 2018, ‘State, Market and Competition. Can Eskom be rescued ?’, Viewpoints, n°3, September 2018 (Centre for Development and Entreprises)

Le nouveau plan sud-africain de gestion intégrée des ressources : un facteur d’accélération de l’hybridation à l’échelle urbaine

Alain Dubresson

Le nouveau plan national de ressources 2019 (Integrated Resource Plan, IRP2019) a été publié officiellement le 18 octobre 20191, sept mois après la mise en circulation du document provisoire ( Republic of South Africa, Department of Energy (DoE), Draft IRP2018 update for Nedlac Energy task team) soumis aux débats publics obligatoires dans le processus légal d’adoption des textes réglementaires, et après plusieurs reports consécutifs aux affrontements d’une part entre les lobbys énergétiques et, d’autre part, au sein de l’ANC à propos du charbon et du nucléaire.

Ce plan décline clairement les grandes options de diversification de l’actuel mix énergétique2 retenues par le gouvernement du président Cyril Ramaphosa jusqu’en 2030 : réduction de la part relative du charbon, qui demeurera néanmoins la première source d’énergie, report de l’accroissement de la capacité nucléaire après 2030 (prolongation de la durée de vie de la centrale de Koeberg de 2024 à 2030), montée en puissance des énergies renouvelables (surtout l’éolien), exploration des possibilités offertes par le gaz naturel des pays voisins (Mozambique) et du potentiel national de gaz de schistes, reconnaissance du rôle des productions privées décentralisées de puissance modeste dont le nombre est croissant (ménages et surtout entreprises) et qui sont tournées vers l’autoconsommation (‘own use’).

L’IRP2019 innove en introduisant la notion de ‘transition juste’, mais sans toutefois en préciser le contenu tant la question sociale charbonnière est compliquée à résoudre. Il met l’accent sur la fragilité de l’actuel système électrique due à la faillite de l’opérateur national, Eskom, monopole public dont la dé-intégration est inscrite à l’agenda du gouvernement. Cette fragilité, illustrée par le retour des coupures tournantes en février-mars 2019, puis en octobre, a conduit les rédacteurs du plan à définir une période de court terme (‘immediate term security supply’, 2019-2022) durant lesquelles le déficit permanent estimé (2 000 MW) pourrait être rapidement comblé par les petits producteurs privés afin d’éviter les coupures tournantes et de réduire le coût financier exorbitant des centrales de secours…fonctionnant à plein temps.

Sont encouragés non seulement les investissements municipaux et privés dans l’usage de la biomasse et des déchets urbains, mais également les installations photovoltaïques de toiture, plusieurs fois citées dans le texte et légitimées par son contenu. Les investisseurs privés urbains voient l’horizon s’éclaircir après la première décompression réglementaire en leur faveur opérée en 2017 (voir nos précédents billets). La règle est que le régulateur national, NERSA, qui délivre les permis d’exploitation, ne doit pas dépasser les montants d’allocation annuelle de puissance par types d’énergie et programmés dans l’IRP. Toutefois, il est prévu que lallocation en MW reste ouverte et non précisée jusqu’en 2022, puis passe à 500 MW/an jusqu’en 2030. Mais  la dérogation à ces règles est possible.  

Reste à lever une ambigüité, la notion de ‘own use’ pour les petites installations privées demeurant controversée. Reste également à franchir une seconde étape de décompression par l’extension du texte de 2017 (suppression de l’autorisation d’exploitation accordée aux installateurs de puissances allant jusqu’à 1 MW) à tous les acteurs, surtout les entreprises, qui envisagent ou ont programmé des investissements pour des puissances de > 1 MW à 10 MW. C’est l’objectif poursuivi par la South African Photovoltaic Industry Association (SAPVIA). L’hybridation en cours des dispositifs sociotechniques dans les villes sud-africaines, encore modeste, va probablement connaître une phase d’accélération dans le court terme, ce qui va peser sur l’évolution de l’actuel modèle électrique municipal, déjà mis en question par les projets de réforme du marché de l’électricité liés à celui de la dé intégration d’Eskom (voir le dernier billet évoquant cette question).


  1. Republic of South Africa, Department of Energy, Integrated Resource Plan (IRP2019), Government Notices, n° 1359, Government Gazette n° 42778, 18 October 2019. La version utilisée est celle publiée dans l’après-midi du 18 octobre 2019, une première publication matinale ayant fourni une version erronée du document final approuvée par le Cabinet le jeudi 16 octobre, en raison d’une ‘confusion’ sur le programme nucléaire. []
  2. Capacité nominale installée en GW : charbon 38 ; nucléaire 1,8 ; stockage-pompage 2,7 ; hydroélectricité 1,7 ; centrales à gaz/ diesel 3,8 ; énergies renouvelables 3,7. []