[Publication] Une lecture géographique de la crise électrique au Liban et des bonus cartographiques

Je me réjouis de la publication du dossier consacré au Liban dans le n° 56 de la revue Moyen Orient. J’y contribue avec un article proposant une lecture géographique de la crise électrique au Liban, dont voici l’introduction/résumé.

Depuis l’été 2021, la population du Liban n’a plus accès à l’électricité publique que 2 à 3 heures par jour, avec parfois des pannes totales. Cette déliquescence extrême a des origines remontant à la guerre civile (1975-1990), malgré une amélioration temporaire jusqu’à 2006. Depuis, le secteur connaît une dégradation aux raisons multiples, entre insuffisance de la capacité installée, manque d’investissement, blocage des importations de combustible, corruption, clientélisme… Cette gabegie a également des dimensions géographiques.

Trois grilles de lecture s’imposent. La première est celle du communautarisme libanais, ancré dans des territoires divisés. Pour les élites politico-confessionnelles, l’électricité est à la fois une ressource à sécuriser pour leur territoire et une source de pouvoir. La deuxième renvoie à l’opposition entre centre et périphéries du pays et aux inégalités spatiales dans la distribution de l’électricité. La troisième est régionale et géopolitique : la dépendance du Liban aux importations d’hydrocarbures est une source majeure de vulnérabilité face aux conflits et blocus affectant les infrastructures énergétiques, mais aussi face aux évolutions brutales des marchés internationaux, à l’impact aggravé par la dévaluation récente.
Face à ces défis, le territoire libanais offre-t-il des ressources permettant une autonomisation de la production énergétique ? Les promesses du gaz du bassin levantin sont encore incertaines, et si les énergies renouvelables ont un vrai potentiel, leur exploitation dépend d’une transformation de la gouvernance. En attendant, l’essor rapide des technologies individuelles ne comble pas les lignes de fracture internes au Liban et risque de les accentuer.

Éric Verdeil, 2022, La crise électrique du Liban : une lecture géographique, Moyen Orient, n°56, oct.-déc., pp.56-62.

Je me suis entretenu le 11 octobre avec Eric Bataillon, pour son émission Orient-Hebdo sur Radio France Internationale, au sujet de cet article : vous pouvez écouter le podcast qui en présente les principaux arguments (à partir de dimanche 23/10). (NB : l’entretien a eu le jour où l’accord sur le tracé frontalier a été annoncé. Les informations à ce sujet était encore très fraiches et incomplètes).

La taille imposée pour cet article, ainsi que les contraintes et le parti-pris éditorial grand public, ont conduit à réduire quelque peu ce que j’avais prévu, notamment au sujet des énergies renouvelables, et à couper les références et les remerciements. Je profite de ce billet pour mettre ici à disposition certains éléments complémentaires, notamment des cartes à partir de jeux de données obtenus avec Alix Chaplain auprès du Lebanese Center for Energy Conservation.

La première carte, basée sur les données du LCEC pour l’année 2018, représente le nombre de systèmes photovoltaïques installés au Liban à cette date (la capacité étant alors d’environ 55 MWc), en distinguant les usagers résidentiels des autres catégories. Le résidentiel ne représentait alors que 10% des usagers. La carte met en avant l’avance des régions centrales du Liban : Zahlé, Beyrouth, le Metn, Baabda, Jbeil et Kesrouan, ainsi que Saïda. A cette date, et jusqu’en 2020, l’investissement dans les PV restait principalement le fait des entreprises, industrielles d’abord, du secteur tertiaire ensuite (centres commerciaux, hopitaux,…) et des organisations publiques ou du secteur non lucratif (non-profit). A Zahlé, le mode dominant de connexion était via la connexion au réseau, grâce à l’usage du net-metering, c’est-à-dire un compteur double flux permettant de déduire des factures les quantités d’énergie électrique produites mais non-consommées et envoyée sur le réseau. Le fonctionnement 24/24 du réseau d’EDZ permettait alors ce fonctionnement, très rentable pour les entreprises. Dans le reste du pays, non seulement l’accès au net-metering était difficile en raison d’obstacles bureautiques témoignant sans doute de la réticence mais aussi du manque de moyens humains d’EDL.
Les dernières informations du LCEC, et les observations de terrain, font état d’une très forte hausse des investissements ces dernières années : selon les chiffres qui circulent, la quantité installée à la fin 2022 représentera 450 MWc, dont environ 90 MWc existant en 2020, une addition de 100 MWc en 2021 et 250 MWc supplémentaires pour la seule année 2022. Une poussée très impressionnante, où les usagers résidentiels représenteront certainement une proportion beaucoup plus importante. Il sera intéressant de disposer de données sur la géographie de ces investissements. Même si ils progresseront dans les régions rurales, il me semble probable qu’on constatera une concentration dans les régions les plus aisées du pays, même si les difficultés techniques ne manquent pas dans les zones urbaines denses, notamment Beyrouth où les surfaces disponibles sur les toits sont disputées par d’autres usages et équipements volumineux : cuves de stockage d’eau, chauffe-eau solaires, installations TV, etc.

Par contraste, la géographie des chauffe-eau solaires en 2021 (CES, SWH pour solar water heaters en anglais) se distingue fortement de la carte précédente, comme le montrent les deux cartes suivantes. La première représente la proportion des ménages qui disposent d’un CES. Deux régions se distinguent : d’abord, la partie nord du Mont-Liban et le Sud du Liban-Nord, c’est-à-dire les cazas de Jbeil, Batroun, Zghorta, Bcharré. Ensuite, les zones intérieures du Sud-Liban: Nabatieh, Marjayoun, Bint Jbeil,… Deux zones rurales où l’habitat est largement individuels et en petits immeubles, et dont une partie de la population se rattache aux classes moyennes. Ces groupes ont bénéficié des programmes de subvention montés par le LCEC. Bien qu’il soit peu spectaculaire, il me semble qu’il faut voir dans le déploiement de ces équipements un succès de la politique de promotion des énergies renouvelables par des aides à l’importation et des subventions. Le taux d’équipement de 9% au niveau national est comparable à celui de la Tunisie, où la politique de rationalisation de la consommation d’énergie est une priorité du gouvernement depuis plus longue date.

La dernière carte permet de comparer l’implantation des systèmes PV résidentiels et non résidentiels (données de 2018) et des CES (2021). Elle montre bien le décalage en termes de nombre de systèmes installés et de répartition géographique. Cela montre bien que le potentiel de déploiement des PV se trouve dans les villes, en zones denses comme dans les zones de banlieue, notamment autour de Beyrouth.

Je remercie particulièrement Pierre Khoury, le président du LCEC, Rani EL Achkar son actuel directeur et Hussein El-Samra, ingénieur, pour le partage des données sur les chauffe-eau solaires, dont d’autres visualisations et analyses sont accessibles dans le rapport : LCEC, 2022, Lebanese Solar Water Heater Market Study. Update 2017-2020.

Pour la carte qui illustre le dossier Moyen Orient, je remercie sincèrement Ghaleb Faour directeur du Center for Remote Sensing au CNRS Liban, qui a partagé des données cartographiques sur le système électrique libanais, ainsi que Marc Ayoub, de l’Issam Fares Institute, qui m’a permis de mettre à jour ces données. Enfin, je remercie Gaëlle Sutton, la cartographie de la revue Moyen-Orient, pour la cartographie finale, bien plus belle que ce que je suis capable de faire.

Je ne peux qu’inviter les personnes résidant en France à acheter le n° en librairie/kiosque de presse, ou à le consulter via l’app PressReader. Je peux également l’envoyer par mail.

Références/travaux pour approfondir:

Chaplain A. et Verdeil É., 2022, Governing the hybridization of electricity systems? The case of decentralized electricity in Lebanon, Journal of Urban Technology (online ahead of print). DOI: 10.1080/10630732.2022.2105587

Cuyler Z. D., 2022, Competing Visions for Rebuilding Lebanon’s Collapsing Energy Sector, MERIP. https://merip.org/2022/06/competing-visions-for-rebuilding-lebanons-collapsing-energy-sector/

Verdeil É., 2009, Electricité et territoires : un regard sur la crise libanaise, Revue Tiers Monde, 198 , p. 421‑438. En ligne : https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2009-2-page-421.htm

Verdeil É., 2018, septembre, Electricity Subsidies: Benefiting some Regions More than Others, LCPS. En ligne : http://lcps-lebanon.org/featuredArticle.php?id=163

Verdeil É., 2022, Le sens de l’événement. Effondrement infrastructurel et interdépendance des réseaux : leçons du Liban en temps de blackout, Flux, 128 (2), p. 66‑74. En ligne: https://www.cairn.info/revue-flux-2022-2-page-66.htm



Citer ce billet
Eric Verdeil (2022, 10 octobre). [Publication] Une lecture géographique de la crise électrique au Liban et des bonus cartographiques. Hybridelec. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/prnz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search