[Publication] L’artisanat de la réparation solaire à Nairobi (Kenya) : sur les apories d’une politique électrique « soutenable »

Nous sommes heureux d’annoncer cette nouvelle publication réalisée dans le cadre du programme Hybridelec. Théo Baraillé, étudiant au master International Development à Sciences Po, a réalisé son stage au LATTS sous la direction de Sylvy Jaglin, ce qui lui a permis de rassembler les éléments de son mémoire soutenu en 2021, Le soleil est-il vert ? Artisans de la réparation et soutenabilité du déploiement du solaire au Kenya [Master Sciences Politiques – International Development], Sciences Po. Ces matériaux sont repris dans cet article :

Boutique d’un fundi wa stima du quartier de Ngara à Nairobi (Baraillé, 2020)

Baraillé T. et Jaglin S., 2022, L’artisanat de la réparation solaire à Nairobi (Kenya) : sur les apories d’une politique électrique « soutenable », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. Territory in movement Journal of geography and planning. https://journals.openedition.org/tem/9139

En voici le résumé :

Les solutions d’électrification solaire décentralisées portent l’espoir, au Kenya comme plus largement en Afrique subsaharienne, d’un développement local respectueux de l’environnement et créateur d’emplois. En s’intéressant aux activités de maintenance, de réparation et de recyclage des équipements solaires photovoltaïques, l’article confronte ces attentes aux effets de la politique solaire kenyane sur l’évolution d’un secteur généralement considéré comme pourvoyeur d’emplois locaux et dont la contribution environnementale à une économie circulaire sobre en ressources, propice au recyclage et au réemploi, est potentiellement importante. Il montre d’abord que la stratégie kenyane de développement d’un marché solaire dynamique a peu d’effets sur les activités de réparation : d’une part, les fundis, artisans d’une économie urbaine du dépannage et du recyclage préexistante sont contournés par les entreprises dominantes du secteur ; d’autre part, la réparation occupe une place marginale dans les modèles d’affaires de ces entreprises. Il souligne ensuite que les services et savoir-faire de la réparation sont progressivement rendu caducs par l’intégration croissante de composants micro-électroniques jetables dans les équipements solaires, et interroge les conséquences environnementales d’une industrie productrice de quantités croissantes de déchets dans un contexte où leur gestion reste problématique. Au regard de ces constats, il discute enfin les ambiguïtés d’une politique électrique présentée comme favorable à l’émergence d’une nouvelle économie verte relocalisée.



Citer ce billet
hybridelec (2022, 24 septembre). [Publication] L’artisanat de la réparation solaire à Nairobi (Kenya) : sur les apories d’une politique électrique « soutenable ». Hybridelec. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/prny

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search