[Parution] Effondrement infrastructurel et interdépendance des réseaux : leçons du Liban en temps de blackout

Nous sommes heureux d’annoncer une nouvelle publication en lien avec le projet Hybridelec.

Verdeil, Éric. « Le sens de l’événement. Effondrement infrastructurel et interdépendance des réseaux : leçons du Liban en temps de blackout », Flux, vol. 128, no. 2, 2022, pp. 66-74.

Via ce lien, accès gratuit jusqu’au 8 juillet 2022.

Premières lignes:

Dimanche 10 octobre 2021, de nombreux médias internationaux ont fait des gros titres sur le blackout complet du réseau électrique public du Liban : plusieurs centrales à court de combustible ayant cessé de tourner, la faible production restante n’était plus suffisante pour maintenir l’équilibre du réseau. Électricité du Liban (EDL), l’entreprise publique nationale d’électricité, avait mis en garde depuis longtemps contre l’inéluctabilité de cet effondrement si elle ne pouvait importer plus de combustible. Certains internautes libanais s’étonnaient toutefois de cette mise à la une  : pour eux, cet événement n’en était pas un, puisque depuis des mois, et même des années, l’opérateur public ne fournissait plus que quelques heures de courant par jour, et que l’essentiel de leur électricité provient de générateurs privés. Depuis l’été, même ces solutions alternatives ont subi des intermittences, étant elles aussi touchées par la pénurie de carburant et la hausse des coûts d’approvisionnement.

Pour comprendre cette crise énergétique, ce qu’il convient d’expliquer est la combinaison et le renforcement de ces défaillances, sur fond de crise financière politique majeure, que la Banque Mondiale considère comme l’une des trois plus graves depuis 150 ans (World Bank, 2021). Cette situation paroxystique offre une fenêtre pour analyser ce que le fonctionnement des infrastructures doit à l’interdépendance des réseaux (objet de ce dossier de la revue Flux), en se situant plus particulièrement dans le champ d’étude sur les infrastructures en crise (Graham, 2010). La crise illustre d’abord la forte imbrication de réseaux socio-techniques différents, où l’interdépendance est asymétrique : l’effondrement d’un réseau a des conséquences systémiques, soulignant ici la centralité de l’énergie électrique. Mais l’interdépendance concerne aussi des ressources nécessaires au bon fonctionnement des infrastructures, ici en particulier les énergies fossiles qui conditionnent la production d’électricité, tant publique que d’origine privée (Coutard, Florentin, 2022). Enfin, le cas libanais permet d’interroger l’encastrement des réseaux dans des « dynamiques macro-structurelles », notamment les marchés internationaux de gaz et de pétrole, mais aussi le marché des capitaux.

L’originalité et l’intérêt du cas libanais peuvent alors être dégagés. D’abord, la temporalité lente de cette crise, comparée à des catastrophes soudaines qui affectent les pays avancés (d’origine climatique – inondations, vagues de froid – sismique ou tout simplement technologique), permet de mettre en évidence une structure réseautique paradoxalement hyper-connectée (Barles, Guillerme, 2016) pour faire face aux défaillances chroniques. Elle pointe en même temps combien la négligence des infrastructures s’est imposée, depuis une quinzaine d’années, comme un mode de domination politique, rejoignant les analyses de Fregonese (2020). Ensuite cette crise de l’interdépendance des réseaux au Liban met en lumière une caractéristique géographique en même temps qu’énergétique de ce petit pays : son absence d’autonomie énergétique et sa dépendance aux importations, essentiellement fossiles. Cet argument a pour corollaire de placer le fonctionnement des infrastructures dans une économie politique où le coût de l’énergie est dépendant du taux de change, lui-même en décrochage brutal et profond en raison d’un endettement largement produit par une consommation non régulée d’énergie importée. Avant d’aborder ces points d’analyse, revenons sur le déroulement factuel de la crise infrastructurelle libanaise en prenant un peu de recul temporel avant de détailler l’accélération récente .



Citer ce billet
Eric Verdeil (2022, 9 juin). [Parution] Effondrement infrastructurel et interdépendance des réseaux : leçons du Liban en temps de blackout. Hybridelec. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/prnw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search