[Publication] Transition urbaine et électrification domestique en Afrique de l’Est

Une offre disponible diversifiée à MsGongola (Source : Rémi de Bercegol)
Légende : dans les zones encore peu raccordées de la périphérie de Dar Es Salaam, des boutiques proposent à la vente des technologies solaires à côté des fours à charbon amélioré (en bas à droite) qui permettent d’économiser la quantité de charbon consommé tout en générant moins de fumée. Les systèmes solaires s’adressent d’abord à une clientèle non raccordée au réseau d’électricité, ils sont avant tout destinés au marché rural, dans l’attente d’une connexion à la TANESCO.

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution d’un nouvel article lié au programme Hybridelec :

Rémi de Bercegol, « Transition urbaine et électrification domestique en Afrique de l’Est: La diversification énergétique des périphéries de Dar Es Salaam », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. Territory in movement Journal of geography and planning, 2021, Université Lille 1 Sciences et Technologies, En ligne : https://journals.openedition.org/tem/8230.

Résumé:

Dans les quartiers lointains de la périphérie de Dar Es Salaam, la faible densité et l’étalement urbain ne facilitent pas le raccordement aux infrastructures urbaines de base. A travers l’analyse du district d’Ilala, cet article s’intéresse aux modalités et aux effets de l’électrification de ces espaces situés en bout de réseau. Fortement plébiscité par les habitants, l’accès à l’électricité de la TANESCO est finalement permise grâce à l’extension subventionnée de ses réseaux, reléguant alors vite les quelques systèmes électriques d’appoint hors-réseau (groupes électrogènes, systèmes solaires). Mais de manière contre-intuitive, l’arrivée de l’électricité ne provoque pas pour autant la disparition des autres sources énergétiques lui préexistantes (comme le kérosène et le charbon). Dans ces zones intermédiaires entre la ville et la campagne, on observe plutôt une ‘diversification énergétique’, résultante de l’élargissement de l’offre disponible : les usagers adoptent rapidement l’électricité pour accéder plus aisément à de nouveaux services (télévision, frigidaire, éclairage à l’ampoule) tout en continuant à préférer des énergies non-électriques pour d’autres usages domestiques (cuisson et repassage au charbon par exemple ; ou éclairage ponctuel et cuisson rapide au kérosène). Moins chères, facilement disponible, nécessitant un équipement minimal, ces énergies dites traditionnelles sont amenés à perdurer dans les pratiques aux côtés de nouveaux usages exclusivement électriques. Cette diversification est négligée dans la stratégie énergétique du pays, centrée sur l’électricité malgré les difficultés financières à la mettre en place. Documentés par la littérature, les facteurs explicatifs des choix de combustibles des ménages sont habituellement centrés sur les pratiques des usagers, mais plus rarement replacés dans une perspective de compréhension plus large de gouvernance énergétique. En révélant les facteurs structurels de la diversification énergétique des espaces intermédiaires en cours d’électrification, cet article permet ainsi de contribuer aux réflexions sur les particularités de la transition énergétique pour in fine mieux appréhender les particularités de l’urbanisation africaine.

A lire en ligne



Citer ce billet
Rémi de Bercegol (2021, 29 décembre). [Publication] Transition urbaine et électrification domestique en Afrique de l’Est. Hybridelec. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/prns

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search