Services électriques locaux et petits opérateurs privés dans les aires d’urbanisation diffuse du Sénégal et de la Tanzanie

On assiste dans le paysage urbain en Afrique subsaharienne, dans le domaine de l’électricité, à une diversification des systèmes socio-techniques de desserte et des acteurs et structures impliqués. La croissance démographique, l’étalement urbain, ou encore les faiblesses structurelles des fournisseurs d’électricité conventionnels, se traduisent dans les villes africaines par une situation d’absence ou de défaillance du réseau, sur des territoires où coexistent riverains non raccordés et riverains raccordés mais subissant des délestages réguliers. En résulte le déploiement de diverses solutions électriques locales portées par des opérateurs privés pour répondre à la demande hétérogène des habitants. Dans le cadre de cette recherche doctorale, nous choisissons d’appréhender ces offres de services marchandes, formelles ou informelles, qui se développent en marge du réseau conventionnel, au sein d’espaces urbains spécifiques : les aires d’urbanisation diffuse.

Les aires d’urbanisation diffuse : des espaces propices à l’émergence et la structuration d’un marché local de l’électricité ?

A ce stade des recherches, plusieurs caractéristiques spécifiques aux aires d’urbanisation diffuse ont été retenues pour la pré-sélection de terrains d’étude, dont nous faisons l’hypothèse qu’elles jouent un rôle dans la construction d’un marché de l’électricité. Tout d’abord, ces espaces sont caractérisés par une urbanisation rapide, étalée, peu dense, qui conditionne les choix technologiques et gestionnaires des opérateurs. Ensuite, ces aires abritent une population hétérogène, aux caractéristiques socio-économiques (pouvoir d’achat, statut du foncier, profession, etc.) diverses desquelles découle une inégalité d’accès aux services et des usages et pratiques différenciés. Enfin, ces aires sont marquées par la prévalence de l’informel, et par une temporalité régie par l’incertitude (changements rapides et non planifiés/coordonnés). Ces caractéristiques ont guidé les premières investigations de terrain et ont servi à identifier des terrains potentiels dans chacun des deux pays d’étude.

Boutique proposant un service de recharge de téléphones dans le district de Gongolamboto, périrubain autour de Sar es Salaam, Tanzanie. Dans une localité non raccordée au réseau de l’opérateur national, certains ménages ont recours à des générateurs et panneaux solaires PV, tandis que les autres se rendent à 2 km, dans une zone raccordée, pour faire recharger leurs téléphones, lampes et autres appareils. Cette boutique facture 200 TZS (0,075 euros) la recharge.

Le point de départ de ces recherches est de considérer les aires d’urbanisation diffuse comme des lieux propices à l’émergence de dispositifs de fourniture de services électriques hors-réseaux. Ainsi, le paysage énergétique dans ces espaces prendrait forme autour de l’hybridation de solutions électriques diverses, dont la nature de la coexistence et des relations varie (coexistence pacifique, compétition, collaboration, succession de solutions dans le temps, etc.). Par hybridation, nous entendons ici désigner la diversité d’offres de services fournis par différents opérateurs à travers différents dispositifs sociotechniques. L’idée n’est donc pas de hiérarchiser les différents dispositifs et leurs acteurs, mais bien d’analyser les relations et les frictions pouvant exister entre eux au sein d’un même espace. Il s’agira donc, dans chacun des terrains d’étude, d’analyser les conditions de l’hybridation du paysage électrique en présence, et le rôle des acteurs dans ce marché concurrentiel. La forme hybridée du paysage électrique se vérifie-t-elle quelles que soient les aires d’urbanisation diffuse considérées ? Si tel est le cas, pourquoi cette configuration émerge-t-elle dans ces espaces comme la solution retenue pour répondre à la question énergétique ? Dans quelle mesure les différentes caractéristiques liées à l’urbanisation de ces zones (urbanistiques, démographiques, économiques, politiques, etc.) jouent-elles un rôle dans la constitution, la nature et le mode d’organisation de ces hybridations et des dispositifs sociotechniques qui les composent ? Enfin, dans quelle mesure (et à quelles conditions) cet équilibre est-il pérenne face aux évolutions du marché et à l’incertitude entourant le développement des aires d’urbanisation diffuse ? C’est donc le couple territoire-marché en action que nous cherchons à analyser à travers plusieurs cas d’étude en Tanzanie et au Sénégal.

Les terrains d’étude : le Sénégal et la Tanzanie, des cas d’étude à affiner

Le choix du Sénégal et de la Tanzanie se justifie par une réalité commune aux aires d’urbanisation diffuse observées dans ces deux pays : une infrastructure en réseau lacunaire favorisant l’émergence et le dynamisme d’un marché local de l’électricité autour d’initiatives privées, marchandes, individuelles ou collectives, pour pallier les défaillances du réseau. Partant de ce constat commun, de nombreux paramètres diffèrent entre les deux pays, tant du point de vue du contexte historique du processus d’électrification que du cadre institutionnel ou des dynamiques d’urbanisation, la démographie, la superficie du pays, la structuration sociale dans les aires d’urbanisation diffuse considérées, etc. Plutôt qu’une comparaison, il s’agit de mettre en regard les formes des dispositifs, les modes d’organisation du marché, et les conditions d’émergence et de pérennisation de ces marchés électriques locaux au regard des différents paramètres et contextes.

 

Sénégal

Tanzanie

Superficie

196 712 km²

945 087 km²

Population

15,7 millions d’habitants

51 millions d’habitants

Répartition urbain/rural de la population

Majoritairement urbain, 54% de la population sénégalaise vit à Dakar

Majoritairement rural, 70% de la population vit en zone rurale

Taux d’accès à l’électricité

54%, avec des fortes disparités entre zones rurales (90% d’accès à l’électricité à Dakar par exemple, contre 24% en zones rurales)

13,9%, avec de fortes disparités d’accès (39% en zones urbaines et 2% en zones rurales)

Statut de l’opérateur principal

En 1998, la SENELEC est privatisée, et une agence d’électrification rurale (ASER), ainsi qu’un organe de régulation (CRSE) sont créés. Le territoire sénégalais est divisé en concessions attribuées à des concessionnaires internationaux par le biais d’appels d’offres. Ces concessionnaires sont chargés de l’électrification rurale, tandis que la Sénélec garde la main sur l’électrification urbaine.

Suite aux échecs successifs des tentatives de privatisation, la Sénélec revient dans le giron de l’Etat dès le milieu des années 2000.

A ce jour, 6 des 10 concessions ont été attribuées. Les 4 dernières, faute de repreneur, ont été cédées à la Sénélec.

La TANESCO est une entreprise nationale sous l’autorité du Ministry of Energy and Minerals, dont l’Etat est le seul actionnaire. Le champ d’action de la TANESCO comprend aussi bien les zones urbaines que rurales.

Malgré le Rural Energy Act promulgué en 2005, qui affichait la volonté d’ouvrir le secteur de l’énergie au privé, la TANESCO produit encore 80% de l’énergie en Tanzanie et exploite la majorité des centres urbains et ruraux raccordés au réseau principal ou via des mini-réseaux diesel.

En parallèle, l’agence de régulation EWURA créée en même temps que l’agence d’électrification rurale REA encadrent et arbitrent le développement d’une offre privé de fourniture d’électricité dans les nombreuses zones rurales encore non desservies. A ce jour, une centaine de mini-réseaux sont installés sur le territoire tanzanien.

Il arrive, dans certains villages, que réseau et mini-réseau coexistent, bien que la régulation officielle prévoie la rétrocession des équipements par l’opérateur privé à la TANESCO à l’arrivée de l’opérateur national.

Place des énergies renouvelables et du secteur privé (PME) dans le paysage énergétique

Même dynamique (au moins dans le discours) favorable aux énergies renouvelables et aux PME, à travers les agences d’électrification rurale. Tandis que le gouvernement tanzanien a pris des mesures incitatives comme la libre fixation des prix de revente de l’électricité pour des mini-réseaux inférieurs à 100 kW ou encore la suppression des taxes d’importation et des taxes sur la valeur ajoutée pour les équipements solaires, le Sénégal a créé un cadre visant à soutenir le développement des PME sur le territoire.

Place du secteur informel dans le paysage énergétique

Face aux défaillances du réseau conventionnel, même recours aux solutions hors réseau (initiatives individuelles, collectives, formelles ou informelles).dans les aires d’urbanisation diffuse observées dans les deux pays.


Une réflexion sur « Services électriques locaux et petits opérateurs privés dans les aires d’urbanisation diffuse du Sénégal et de la Tanzanie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.