ANR Hybridelec : intentions de recherche dans la province du Western Cape (Afrique du Sud)

Sylvy Jaglin, professeur Université Paris-Est Marne-la-Vallée et chercheur au Latts
Alain Dubresson, professeur Université Paris Nanterre et chercheur au Lavue

Le contexte national sud-africain de “transition énergétique”

Depuis la crise électrique survenue en 2008, dont les symptômes – coupures tournantes, délestages sectoriels – affectant ménages et entreprises ont resurgi en 2014 et 2015, les municipalités sud-africaines tentent de négocier avec le pouvoir d’État une redéfinition de leur périmètre d’action énergétique. Dépendantes d’Eskom, entreprise publique nationale verticalement intégrée cumulant des fonctions de production, de transport et de revente et bénéficiant d’une position dominante, à laquelle elles achètent l’électricité en gros pour la revendre ensuite dans leur territoire de juridiction, les autorités municipales cherchent à modifier un système vertical très contraignant, dont les dysfonctionnements les vulnérabilisent.

Or, deux ‘game changers’ bouleversent la donne antérieure. D’une part, la crise électrique contraint Eskom à pratiquer des hausses de tarif considérables pour financer son programme d’investissements, ce qui modifie la compétitivité relative des énergies renouvelables dans le mix national. D’autre part, pour desserrer l’étau et respecter ses engagements climatiques, le pouvoir d’État tente de s’affranchir des sources d’énergie carbonées en promouvant un plan national de gestion intégrée des ressources (Integrated Resource Plan, IRP). Dans sa version de 2011, les énergies renouvelables étaient censées fournir 26% du bouquet énergétique sud-africain en 2030 ; dans la version révisée de 2016, elles devraient constituer environ 44% des nouvelles capacités à installer d’ici 2050. L’accent mis sur les énergies renouvelables, essentiellement le solaire et l’éolien, est conforté par le succès du programme national de développement des énergies renouvelables, reposant sur des appels d’offres destinés au secteur privé (Renewable Energy Independent Power Producer Procurement Programme, REI4P, 193 milliards de rands d’investissements privés, 6 236 MW installés en 2019).

En ouvrant le jeu énergétique national, l’IRP et le REI4P valorisent de nouveaux systèmes socio-techniques dont certaines caractéristiques, propriété privée du capital productif, localisations dispersées par rapport au réseau Eskom et baisse rapide des coûts du production du kWh ouvrent de nouvelles perspectives pour les municipalités. Elles permettent d’envisager la création de partenariats public-privé à l’échelle urbaine, la diffusion rapide et massive de panneaux photovoltaïques et d’équipements éoliens au sein des territoires urbanisés, à toutes les échelles, quartiers, parcelles d’activité ou d’habitat. Elles suscitent une réflexion sur les modes efficaces de diffusion des nouvelles technologies et sur l’articulation entre ces dernières et la desserte existante des consommateurs, via les réseaux municipaux.

L’une des questions posées est celle de l’autonomisation des nouvelles productions d’électricité, qui peut être conçue en termes d’encastrement d’installations individuelles et de mini réseaux dans le réseau municipal (embedded generation) ou bien en termes de déconnexion totale (self generation). Cette question, déjà très débattue dans les municipalités et au sein d’organisations nationales comme AMEU (the Association of Municipal Electricity Utilities of Southern Africa), SALGA (South African Local Government Association) ou SEA (Sustainable Energy Africa), est au centre des travaux de terrain proposés.

Les enquêtes proposées dans la province du Western Cape

Le choix de cette province sur les 9 que compte l’Afrique du Sud est lié à deux éléments principaux. D’abord, du fait de son éloignement du cœur économique national (province du Gauteng) et des centrales à charbon (dont celles du Mpumalanga), elle a toujours été très pénalisée par les dysfonctionnements du réseau national haute tension. Depuis son intégration dans ce réseau, des revendications en faveur d’une relative autonomisation nourrissent nombre de discours politiques locaux, la demande de ‘distinction électrique’ étant intégrée dans l’affirmation de la ‘distinction politique’[1], La ville est pionnière en termes de soutien aux énergies renouvelables et la province entend devenir le ‘hub vert’ national.

Ensuite, dans la phase très récente de ‘décompression règlementaire’ favorisant les petits producteurs indépendants d’électricité, les municipalités de la province sont particulièrement dynamiques: 13 des 23 municipalités sud-africaines ayant pris des initiatives en faveur de technologies alternatives, encastrées ou non dans les réseaux locaux de distribution, sont localisées dans le Western Cape.

Les enquêtes seront conduites selon deux axes :

(i) Les conditions et les modalités d’émergence des hybridations : quel nouveau ‘business model’  ?

On observe depuis la fin de la décennie 2000 une lente mais réelle “décompression réglementaire” à la demande de nombreuses municipalités. Le cadre institutionnel énergétique national évolue vers l’ouverture d’un champ d’action légal pour les autorités municipales, qui revendiquent une clarification de textes ambigus, à commencer par la Constitution de 1996, et une modification de règles existantes leur permettant soit de produire elles mêmes de l’énergie électrique, soit de conclure rapidement des partenariats avec des acteurs privés locaux, marchands ou non marchands, soit de se positionner en tant que facilitatrices institutionnelles d’arrangements locaux entre acteurs privés.

Depuis 2017, 7 business models sont en discussion/gestation : un état des lieux sera réalisé et les choix des municipalités étudiées seront explicités.

(ii) Quels sont les enjeux des configurations hybrides ?

Pour les municipalités, comment gérer le nouvel ensemble hybride de manière efficace et coordonnée (mise en place, par exemple, de l’Advanced Metering Infrastructure) ? Comment compenser les pertes de recettes induites par des formes d’autonomisation sortant du “business as usual” (en particulier, comment sont calculés les feed-in tarifs) ? Est-il possible de reconduire à l’identique les péréquations financées par des excédents décroissants provenant de la revente de l’électricité ? La question est d’autant plus sensible que nombre de municipalités, les plus petites en particulier, sont déjà dans une situation financière précaire.

Pour les entreprises, comment prendre un ‘risque acceptable’ en assurant la régularité de la desserte des bureaux, ateliers et usines avec des équipements dont la production, solaire ou éolienne, est intermittente et en négociant au mieux les prix des kWh achetés ou revendus à la municipalité ? Au Cap, quelques exemples de production encastrée entre nouveaux parcs d’affaires et réseau municipal seront analysés : est-ce un modèle viable et reproductible ailleurs ?

Pour les ménages des couches moyennes supérieures et riches, grosses consommatrices d’électricité, comment choisir entre une autonomie relative procurée par le solaire et/ou l’éolien et sécurisée par une connexion au réseau municipal et une déconnexion totale surtout fondée, pour le moment, sur l’utilisation de groupes électrogènes ? Ceux-ci sont coûteux mais ils peuvent favoriser une sortie du réseau au détriment des recettes municipales : comment les municipalités peuvent-elles réagir face aux risques de sécession électrique ?

Méthodologie

La collecte des textes règlementaires nationaux et locaux est déjà en grande partie réalisée; elle est à compléter par un suivi permanent sur les sites concernés (municipalités, SALGA, AMEU, SEA), les blogs académiques et militants (ONG, associations nationales, urbaines, de quartiers, subcouncils, de wards..).

Des entretiens semi-directifs, suivis de conversations ouvertes, seront menés auprès des responsables des services électriques et financiers municipaux, chefs d’entreprises, associations de rate payers, ménages équipés.

Les données quantitatives agrégées sont déjà traitées statistiquement par les services municipaux et les résultats sont disponibles. Elles seront, si nécessaire, complétées par une collecte des données particulières aux entreprises et aux ménages interrogés.

Les entretiens qualitatifs porteront surtout sur les fondements des choix adoptés et sur leurs enjeux exprimés par les acteurs concernés. Le traitement des résultats empiriques ne sera pas d’ordre statistique; il ne cherchera pas à déterminer ce qui est représentatif ou non, mais plutôt à traquer ce qui est significatif des évolutions en cours à travers l’identification de régularités dans les réponses obtenues aux mêmes questions posées aux divers interlocuteurs.

[1] Surtout depuis l’arrivée au pouvoir de la DA (Democratic Alliance), principal parti d’opposition à l’ANC, qui gouverne la province et sa capitale, Le Cap, par ailleurs capitale législative du pays.



Citer ce billet
hybridelec (2018, 13 mars). ANR Hybridelec : intentions de recherche dans la province du Western Cape (Afrique du Sud). Hybridelec. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/prms

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search