Cinq remarques sur le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du sud

Alain Dubresson analyse le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du Sud à la veille des élections du 29 mai 2024.

Note en accès libre sur Research Gate.

Citation:

Alain Dubresson, “Cinq remarques sur le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du sud“, Avril 2024,
DOI: 10.13140/RG.2.2.20113.85600

Résumé:

Contrairement aux précédents plans (IRP2010 et IRP2019), la révision 2023 ne propose pas un chemin clair de changement du mix électrique actuel et ne traduit pas un réel arbitrage de long terme, conforme aux engagements inclus dans le plan national de transition juste (Just Energy Transition Investment Plan, JET-IP) finalisé en 2022. Restreint aux années 2023-2030, le calendrier, assorti d’objectifs définis pour chaque source d’énergie en fonction de plusieurs scénarios mais sans choix réel, est contesté et qualifié, au mieux d’irréaliste, au pire d’irresponsable dans la quasi totalité des analyses. Sans vision, l’IRP2023 ne questionne pas non plus la libéralisation du marché électrique, ses conséquences et la montée en puissance des producteurs privés. À la veille des élections nationales et provinciales du 29 mai 2024, aucun consensus relatif au choix d’une énergie pilotable permettant une “transition juste” n’est identifiable et le devenir du charbon divise toujours autant les protagonistes. Cinq remarques sur l’IRP2023 sont formulées dans ce document de travail : – La capacité du réseau national à répondre efficacement à la demande projetée demeure insuffisante durant toute la décennie – La décarbonation significative du mix électrique est reportée après 2030 – L’essor des énergies renouvelables est freiné par les déficiences du réseau de transport, des contraintes réglementaires et des narratifs politiques hostiles – Le pouvoir d’État n’arbitre pas vraiment entre tournant gazier, retour du nucléaire ou une combinaison raisonnée des deux – L’émergence de la flexibilité, celle de nouveaux acteurs et l’ouverture du marché électrique à la concurrence posent le problème de la régulation et mettent en question la dimension “juste” du changement.



Citer ce billet
alaindubresson (2024, 10 avril). Cinq remarques sur le nouveau projet de transition du secteur électrique en Afrique du sud. Hybridelec. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6wr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search